Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  REMIX

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1979 Trust
1980 Repression
1981 Marche Ou Crève
1983 Trust Iv
1984 Rock 'n Roll
1988 En Attendant
  Paris By Night
1993 The Backsides
1996 Europe Et Haines
1997 A Live
2000 Ni Dieu Ni Maître
2006 Soulagez-vous Dans Les U...
2008 13 A Table
2009 Trust A L'olympia
2018 Dans Le Même Sang
2020 Recidiv
 

- Membre : Iron Maiden, Face To Face, Fabienne Shine , Gogmagog

TRUST - Re.ci.div - Session 3 (2020)
Par DARK SCHNEIDER le 22 Février 2021          Consultée 1299 fois

Aïe aïe aïe. "Marche Ou Crève" était l'album pour lequel mes craintes étaient les plus grandes. C'est logique : avec le "IV", "Marche Ou Crève" est clairement l'album de TRUST le plus Heavy, et aussi le plus rentre-dedans, le plus agressif. On sentait que le groupe sortait de plusieurs tournées en compagnie de Metalleux anglais et ça les avait grandement influencé. Le problème on le voit très vite venir : cet album est très très loin de l'esprit de la formation actuelle de TRUST. Et forcément, c'est celui qui subit le plus de modifications pour l'adapter à ce son faussement "moderne"... Mais parler de modifications, c'est bien gentil... car franchement pour moi c'est un véritable carnage dont il s'agit.

Prenez "Répression", le titre. Un des plus virulents du groupe. Bon bah comme le groupe sait qu'il est incapable désormais de délivrer une telle violence il a pris le parti de baisser le tempo, de rendre l'ensemble hyper mou, sans énergie, d'y ajouter évidemment des chœurs tous vilains sur le refrain... Bref c'est un massacre. Et ça continue avec "La Junte", qui se retrouve considérablement modifié, bien plus bluesy que l'original, mais là encore ça ne décolle jamais tout ça.
En 1981 le groupe semblait avoir encore l'envie de tout casser, les mecs y croyaient, pensaient pouvoir même atteindre un succès international. En 2020, évidemment on ne peut pas attendre d'eux autant de niaque, mais l'âge a bon dos quand même surtout quand d'autres zicos de la même génération font preuve de bien plus de mordant. Que dire donc de ce "Misère" ??? Cette fois-ci on parle même pas d'une interprétation bluesy, mais carrément d'une ballade !! Et oui, celui qui imposait un riff aussi ravageur qu'un bulldozer se retrouve transformé en une piètre ballade qui pourra sans peine trouver sa place lors de la future tournée acoustique du groupe, qui passera par tous les Ehpad de France. Misère qu'ils disaient, ils croyaient pas si bien dire.

Je râle, je râle... Mais attendez, "Misère" ce n'est pas le pire. Non, car voilà "Les Brutes". Ca commence par un couplet à peu près fidèle, mais en simplifié, mais alors, mon Dieu... C'est quoi ce refrain ??? Un ajout totalement inédit, mais alors que c'est mauvais, c'est tellement mal fichu qu'il s'intègre très mal dans le morceau, une pièce rapportée qui enlaidit considérablement l'ensemble. Incompréhensible. Ah, et au passage on ne comprends plus grand chose au message de Bernie, qui ne semble plus spécialement ici cibler les Russes, mais, d'une façon générale, l'autorité et les forces de l'ordre. C'est franchement nul à chier.

Mine de rien, ça fait quand même quatre morceaux d'affilée qui sont complètement massacrés. On va croire que je ne supporte pas le changement, c'est faux, mais faut-il que ce soit bien fait. Et ici ce n'est pas le cas.

Le reste de l'album s'en sort un peu mieux tout de même. Plus fidèle et respectueux. Un Nono plutôt convaincant sur "Certitude Solitude" et "Marche Ou Crève", et un Vivi qui manque toujours autant sur ces titres où il était très présent. "Le Sauvage" est peut-être le titre qui conserve le plus la vigueur d'antan. "Ton Dernier Acte" s'adapte bien dans cette configuration, pas de surprise ici, les arrangements sont ceux de la version bien connue de "Paris By Night".
Bernie alterne entre nonchalance et conviction sur le title track, à l'image de ce qu'il fait depuis bien longtemps en live. "Les Templiers" reste musicalement attachant, malgré les chœurs horribles et des paroles qui auraient mérité d'être largement réécrites pour évoquer avec plus d'insistance le Moyen-Orient, ce que Bernie ne fait que très partiellement.

Désolé les gars, même si tout n'est pas à jeter quand presque la moitié de l'album fait saigner mes oreilles et que les autres titres comportent aussi leur lots de défauts je ne peux pas adhérer.

"Re.Ci.Div", une idée assez osée pour un triple échec final. Peut-être qu'avec l'image ça passe mieux, que le bonus "Acoustik À La Bougie" permet de justifier le prix de la chose (j'en doute)... Au final, ces réenregistrements ont eu un avantage : j'ai beaucoup réécouté les trois premiers albums, et me suis rappelé à quel point ils étaient bons. Je n'aime pas les adages, mais il paraît que la vieillesse est un naufrage... On en est pas loin. En tout cas, ça tangue sérieusement.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK SCHNEIDER :


URIAH HEEP
Abominog (1982)
Un HEEP nouveau qui arrache




AXXIS
Back To The Kingdom (2000)
Un come back tonitruant!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Bernie (chant)
- Nono (guitare)
- Iso (guitare)
- David Jacob (basse)
- Hervé Koster (batterie)


1. La Grande Illusion
2. Le Sauvage
3. Répression
4. La Junte
5. Misère
6. Les Brutes
7. Certitude... Solitude
8. Marche Ou Crève
9. Les Templiers
10. Ton Dernier Acte



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod