Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER NÉOCLASSIQUE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Concerto Moon
 

 Site Officiel (306)
 Myspace (160)

GALNERYUS - Vetelgyus (2014)
Par JEFF KANJI le 14 Février 2015          Consultée 2313 fois

Si nos chers voisins allemands et italiens semblent disposer d’un panel quasi inépuisable de formations à tendance Heavy, Power ou Sympho, soit grâce à la vigueur des formations établies soit via cette jeunesse fougueuse qui enfonce les portes pour jouer des coudes avec des supergroupes de qualité (SERIOUS BLACK ou NOVERIA encore récemment), elle ne fait qu’accélérer la sensation que la grande ère du Speed Mélodique à la finlandaise est derrière nous, et ce ne sont pas les opus des deux petits nouveau ARION et ASTRALION (vous noterez l’originalité) qui risquent de changer la donne.

En revanche, bien loin de nos radars, la scène japonaise est plus vivace que jamais et ce malgré un turn-over bien plus intense que dans notre veille Europe. Entre les opus de LIGHT BRINGER, DRAGON GUARDIAN, JUPITER et GALNERYUS il y a de quoi faire.

Rentrée 2014, GALNERYUS, fort d’un nouveau line-up des plus conquérants depuis l’arrivée de Masatoshi Ono au chant, décide de nous délivrer son Metal néoclassique avec autant de soin qu’en 2013. À l’image d’AMORPHIS, qui a pris un nouvel élan avec l’arrivée de Tomi Joutsen, GALNERYUS est sûr de ses armes et a même entrepris de se réapproprier son propre passé en réenregistrant une bonne partie des compositions de l’ère Yama-B, parti pour divergences musicales après "Reincarnation", ironique d’ailleurs avec un titre d'album pareil quand on y pense.

Le nouveau matériel proposé par GALNERYUS, malgré un titre d’album un peu ridicule, est des plus enthousiasmants ! Les Japonais ont trouvé un chanteur qui n’est pas un ersatz de Nicola Sirkis (comme c’est souvent le cas au Japon) avec un anglais des plus corrects (pas de syndrome Minoru Niihara) et les compositions sont empreintes d’énergie positive même si on sent toujours cette pointe de mélancolie sourdre dans une musique qui joue avec la palette émotionnelle.

GALNERYUS a incontestablement, tout comme VERSAILLES en son temps, subi l’influence du tout puissant X-JAPAN, dont on retrouve certains attraits, comme ces progressions d’accords néoclassiques, cette énergie de tous les instants dans les parties véloces, et ces refrains aux faux-airs de génériques de manga. L’introduction, chouette et sobre, nous introduit sur le X-JAPAN-esque "Endless Story" qui durant six minutes va montrer l’étendue du talent vocal de Masatoshi Ono et de l’insolente maîtrise des musiciens. Mention particulière à Syu le guitariste, qui ne succombe pas à la tentation d’en mettre partout. Toutefois quand les mecs s’y mettent, on assiste à des petits exercices de voltige que n’auraient pas renié un Timo Tolkki (n’oublions pas que la formation a débuté sa carrière par l’enregistrement d’une reprise du "Black Diamond" de STRATOVARIUS). Les mises en place sur le final de "The Judgment" évoqueront lointainement ANGRA dans ce souci de ne pas proposer quelque chose de déjà fait auparavant.

Après je ne vais pas parler de la question de l’originalité. Si on la cherche, on n’écoute pas du Metal Néoclassique. En revanche ce dont je peux vous parler, ce sont des douze compositions (dont trois instrumentales réussies) de "Vetelgyus" qui, contrairement à son titre, ne sont pas à prendre à la légère. Déjà l’alternance avec les instrumentaux est idéale (un au début, un au milieu et un à la fin) car ces derniers sont de doux moments manifestant une très grande musicalité, notamment chez Syu dont la guitare devient la voix principale ; mention spéciale à "The Voyage" qui permet de terminer l’album de la plus belle des façons.

En outre, Uhki produit un travail d’orchestration et d’arrangement fabuleux, donnant un élan épique et classieux à la musique de GALNERYUS, ouvrant encore plus le spectre sonore, pour goûter aux prouesses vocales de Masatoshi Ono. Si les outsiders de grande qualité qu’étaient PERSUADER ou encore HIBRIA ont quelque peu déçu avec leurs dernières sorties, les Japonais gardent le cap et nous délivrent un onzième opus de grande classe à en faire rougir le dernier DRAGONFORCE.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


HELLOWEEN
Master Of The Rings (1994)
Willkommen Andi!

(+ 3 kros-express)



SONATA ARCTICA
Successor (2000)
Bouillon de culture


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Junichi Sato (batterie)
- Masatoshi Ono (chant)
- Taka (basse)
- Yuhki (claviers, orgue hammond)
- Syu (guitare)


1. Redstar Rising
2. Endless Story
3. There’s No Escape
4. Ultimatum
5. Enemy To Injustice
6. The Judgment Day
7. Vetelgyus
8. Attitude To Life
9. Secret Love
10. The Guide
11. I Wish
12. The Voyage



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod