Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Masterplan, Saxon, Jorn, Jag Panzer, Doro, Dio, Chastain, Astral Doors, SortilÈge
- Membre : Lonewolf, Architekt, Hellfest Open Air Edition, Virus Iv
- Style + Membre : Beautiful Sin
 

 Site Officiel (421)
 Soundcloud (397)
 Chaîne Youtube (262)

NIGHTMARE - Insurrection (2009)
Par JEFF KANJI le 5 Février 2013          Consultée 2521 fois

NIGHTMARE, sans faire de bruit, continue à porter l’étendard du Heavy Metal made in France. Après avoir tenté l’aventure suédoise en compagnie du très réputé Fredrik Nordström et accouché d’un excellent "Genetic Disorder", NIGHTMARE remet le couvert en cette rentrée 2009 avec un nouvel opus vindicatif dont le titre promet : "Insurrection".

Même univers graphique, cette fois-ci nos Grenoblois semblent avoir troqué les manipulations génétiques pour quelque chose de plus guerrier. Qu’en est-il ?
Sans mauvaise surprise, NIGHTMARE maintient un niveau de composition constant et parvient même sur "Insurrection" à dépasser ses prédécesseurs, notamment grâce à une production mettant mieux en valeur les lignes de chant de Jo Amore. Ce dernier ne s’économise pas et propose maintenant de petites incartades plus écorchées presque death par instants, ajoutant une autre couleur à sa palette vocale déjà variée, le vocaliste pouvant se permettre d’utiliser une voix aiguë bien claire et un chant plus rocailleux inspiré de Ronnie James Dio. Ça fait pas mal pour un batteur non ? (1) Les textes sont une nouvelle fois à la fois sérieux, plutôt tournés vers l’agressivité tout en faisant appel à de nombreuses expressions/clins d’œil accrochant notre oreille immédiatement (« Son of a bitch » dans "Insurrection", « The battle rages on » dans "Legions Of The Rising Sun"). Les morceaux traitent tantôt de la nécessité de s’insurger contre le fascisme, des dangers de la pollution ("Three Miles Island") ou bien de thématiques plus typiquement Heavy Metal (le questionnement sur soi, les démons, le mal etc.).

Les guitares sont plus charnues que jamais et dès les premières notes de "Eternal Winter", le mur du son est là et la lourde rythmique de la paire Milleliri/Lefèvre installe une pulsation martiale. NIGHTMARE pratique un Metal plutôt lourd teinté de Power qu’il réussit à moderniser un peu tout en restant bien ancré dans le Heavy traditionnel où les influences de DIO, BLACK SABBATH ou encore IRON MAIDEN sont parfois perceptibles ; je pense au pont de "Three Miles Island", par ailleurs l’une des grandes réussites de la galette, qui évoque assez directement celui de "Seventh Son Of A Seventh Son". Alternant tempi mesurés ("Eternal Winter", "Target For Revenge"), cavalcades plus guerrières ("Legions Of The Rising Sun", "Mirrors Of Damnation") et élans plus Speed/Power ("Decameron", "Angels Of Glass"), NIGHTMARE sait rendre son Heavy Metal accrocheur et nous tenir en haleine tout au long des dix morceaux que compte "Insurrection", l’avant-dernier titre "Cosa Nostra" s’offrant même le luxe d’être un des plus enthousiasmants de la galette.

D’ailleurs globalement, plus on progresse dans "Insurrection", plus il se révèle excellent, à l’image de "Decameron" qui a tout du single avec un refrain simple et hymnique. Tout en usant de techniques ayant fait leurs preuves (pas mal de riffs sont assez caractéristiques du style), les mélodies proposées par Jo Amore et l’application des musiciens à proposer des structures soignées est à saluer et contribuent à faire de NIGHTMARE une formation qui propose régulièrement des albums de qualité et parvient avec "Insurrection" à enfoncer le clou après un "Genetic Disorder" qui était déjà un pari osé. Si pas mal d’albums de NIGHTMARE se valent d’un point de vue qualitatif, celui-ci possède un petit plus qui lui permet de dominer ses prédécesseurs et d’installer un peu plus NIGHTMARE dans le paysage Metal.

Les tubes : "Legions Of The Rising Sun", "Decameron".
Les mélodies : "Insurrection", "Target For Revenge".

(1) Je rappelle, qu’historiquement, Jo Amore tenait les baguettes au sein de la formation grenobloise et a pris en charge le chant à l’aube des années 2000 lorsque le groupe a repris ses activités de façon plus soutenue.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SAVATAGE
Streets: A Rock Opera (1991)
L'album des frères Oliva




MOTÖRHEAD
Under Cöver (2017)
Testify

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jo Amore (chant)
- David Amore (batterie)
- Yves Campion (basse)
- Franck Milleliri (guitare)
- J.c. Lefèvre (guitare)
- Fabrice Emmanuelson (chant sur 2, chœurs)
- Patrick Liotard (chant sur 5)


1. Eternal Winter
2. The Gospel Of Judas
3. Insurrection
4. Legions Of The Rising Sun
5. Three Miles Island
6. Mirrors Of Damnation
7. Decameron
8. Target For Revenge
9. Cosa Nostra (part I: The Light)
10. Angels Of Glass



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod