Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Masterplan, Saxon, Jorn, Jag Panzer, Doro, Dio, Chastain, Astral Doors, SortilÈge
- Membre : Lonewolf, Architekt, Hellfest Open Air Edition, Virus Iv
- Style + Membre : Beautiful Sin
 

 Site Officiel (361)
 Soundcloud (359)
 Chaîne Youtube (224)

NIGHTMARE - Silent Room (2003)
Par POWERSYLV le 19 Novembre 2003          Consultée 4347 fois

Voici 2 ans, les Grenoblois de NIGHTMARE inauguraient une nouvelle page de leur histoire avec "Cosmovision". Ce dernier, sans pour autant révolutionner le genre avait le mérite de prouver que ce groupe de vétérans avait encore des choses à dire et à prouver, et qu’il savait rivaliser en matière de compositions et de modernité avec les plus jeunes combos de la scène française. Nous sommes en 2003 et après pas mal de temps sur les routes, NIGHTMARE regagne les studios pour accoucher de leur deuxième album studio après reformation (quatrième au total) : "Silent Room". Et en cette rentrée 2003, le disque déboule comme ça dans les bacs, sans prévenir. Mais ce n’est pas qu’en cela que la surprise est au rendez-vous.

Car "Silent Room" marque encore une fois une évolution (dans le bon sens) : NIGHTMARE ici ne modifie pas foncièrement la formule inaugurée par l’album précédent mais pousse encore plus loin les frontières qu’il s’était fixé, et ce à plusieurs niveaux.
Conceptuellement d’abord : sur "Cosmovision" même si le fil rouge était le thème du surnaturel, des extraterrestres etc., on ne pouvait parler d’un concept-album. Ici, oui, c’est un concept-album. "Silent Room" traite de l’emprise du monde virtuel (jeux vidéos, Internet… ) sur les jeunes gens, au travers de l’histoire d’un garçon qui a pour habitude de s’échapper du monde réel par ce biais. La confrontation réel/virtuel, l’importance des nouvelles technologies aujourd’hui, libre à l’auditeur d’extrapoler ensuite pour créer sa propre réflexion, preuve que NIGHTMARE aime par sa musique provoquer un échange avec celui qui écoute l’album. A l’issu du disque, est-ce le virtuel qui gagnera et emmènera notre héros vers une folie sans retour, comme le suggère le dernier titre ("Prisoner Of The System") ? La clé se trouve quelques secondes après la fin du titre :). Les samples utilisés entre les morceaux (cris d’enfants dans une cour de récréation, bruit d’un modem qui se connecte… ) renforcent l’idée du concept et contribue avec la musique à l’unité du disque. On remarquera également que l’histoire est divisée en quatre chapitres.

Musicalement, le tout est nickel : le son (mixé au Finnvox Studios) est parfait, et les morceaux développent pas mal d’ambiances qui servent à illustrer l’histoire. On a des titres plutôt sombres (le calme mais violent "Paranormal Magnitude" qui débute l’album, "The Rise Of A Child", "Mind Matrix Schizophrenia"… ), le plus remarquable d’entre eux étant "A Piece Of Paradise" et ses chœurs grandioses qui donnent le frisson (sans doute un des meilleurs morceaux du disque) : mystique, lourd, majestueux, celui-ci devait à la base être une ballade. Les moments de pur Heavy sont là aussi ("Travel In The Spheres Of Dreams", "Secret Room", "Death Toll" et son surprenant changement de tempo qui prend tout le monde de court… ). L’accent est mis sur la qualité des chœurs qui sont vraiment grandioses par moments, sur les guitares qui sont plus en avant et plus incisives et on remarquera encore une fois que Jo Amore est un chanteur vraiment talentueux. Il arrive avec son timbre tout particulier à exprimer beaucoup de sentiments, je trouve même que sur certains passages sa voix s’approche de celle du grand Ronnie James Dio, c’est dire.

Élément important de l’album, la présence du nouveau guitariste Alex Hilbert (remplaçant de Jeannot, démissionnaire sur la tournée "Cosmovision") : ce jeune homme a apporté de la jeunesse dans le groupe. Sa participation aux compositions, son style de jeu beaucoup plus tranchant que son prédécesseur et son intervention au niveau production a indéniablement beaucoup compté dans l’élaboration du produit.

Ceux qui voyaient en NIGHTMARE un groupe du passé sur le retour en seront pour leurs frais, ce dernier effort vraiment très travaillé risque de les surprendre. Belle opération en effet.

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


UDO
Mission N°x (2005)
10è bon lp sans surprise de l'ex-gosier d'accept




JUDAS PRIEST
Nostradamus (2008)
Le premier concept album du priest !

(+ 6 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Jo Amore (vocals)
- Nicolas De Dominicis (guitars)
- Alex Hilbert (guitars)
- Yves Campion (bass)
- David Amore (drums)


1. Paranormal Magnitude
2. The Rise Of A Child
3. Strange Connection
4. Travel In The Spheres Of Dreams
5. Shades In The Night
6. Silent Room
7. Mind Matrix Schizophrenia
8. A Piece Of Paradise
9. Virtual Freedom
10. Sniper In The Playground
11. The Death Toll
12. Prisoner Of The System



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod