Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (11)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 1 Masterplan
2005 1 Aeronautics
2007 2 Mk II
2010 1 Time To Be King
2013 Novum Initium
2017 Pumpkings
 

- Style : Nightmare, Civilization One
- Membre : Jorn Lande & Trond Holter, Symfonia, Stratovarius, At Vance, Roland Grapow , Cradle Of Filth, Riot, Beautiful Sin, Helloween, Jorn, Ark
- Style + Membre : Allen - Lande, Serious Black

MASTERPLAN - Mk Ii (2007)
Par POWERSYLV le 5 Mars 2007          Consultée 9580 fois

Nous qui pensions à l'époque du très bon premier album éponyme qu'avec des personnalités aussi douées et fortes que Jorn Lande, Roland Grapow et Uli Kusch nous allions avoir une formidable équipe qui allait durer des années, nous en sommes pour nos frais. Nous qui pensions que Roland Grapow et Uli Kusch, virés comme des malpropres d'HELLOWEEN par le tyranique Mickael Weikath n'allaient pas reproduire le schéma d'un groupe en désaccord, nous tombons de haut. Nous qui pensions enfin trouver un combo où chacun de ces 3 musiciens se stabiliserait, et que dans le chaudron bouillant de leurs cerveaux réunis ils allaient nous sortir des albums majestueux où la voix de Lande prendrait son envol pour l'éternité, nous nous sommes fourrés le doigt dans l'oeil.

Pourtant il y avait eu des signes. Un Aeronautics (2005) moins heavy et accrocheur. Et surtout ce concert au Trabendo (avec CIRCLE II CIRCLE, ROB ROCK et PURE INC. en première partie) où j'ai été choqué de trouver un Roland Grapow dans son coin, tirant un peu la tronche et loin d'être en phase avec Jorn à qui il laissait tout le devant de la scène. Rien à voir avec les concerts consécutifs au premier album où une complicité régnait entre les 2 "chefs". Mon sentiment était donc justifié et je n'ai pas été réellement surpris lorsque Jorn a annoncé son départ pour divergences musicales. Lui qui voulait continuer dans la voie plus travaillée et mélodique amorcée par Aeronautics s'est mis à dos le reste du groupe qui tendait à revenir à un son plus heavy. Bon, même si celà pouvait présenter un handicap, un départ de Jorn Lande de votre groupe n'est pas vraiment un scoop car le personnage, tout talentueux qu'il soit, est volage (cf. ses précédentes aventures avec BEYOND TWILIGHT ou ARK).
Le départ d'Uli Kusch - peut-être moins handicapant musicalement parlant - était lui par contre beaucoup plus surprenant. Compagnon de misère de Grapow dans HELLOWEEN, beaucoup n'avaient pas vu l'éclipse arriver. Et pourtant, encore une fois, mon sixième sens m'avait titillé lorsque j'appris l'an dernier qu'Uli avait fondé un groupe "à lui", BEAUTIFUL SIN. Et j'avoue que la pensée m'a traversé : "Le compère Uli ne préparerait-il pas soigneusement son départ ?". Comme quoi, je suis assez bon, j'aurai du être devin :). Toujours est-il que voir en Roland Grapow un tyran comme son ex-compère Weiki serait peut-être réducteur, et je me garderai bien de donner un jugement tant je ne connais en rien les tenants et les aboutissants de ce changement de line-up radical.

Voici donc notre ami Roland bien embêté car sans frontman et sans batteur. C'est alors qu'entrent en scène Mike DiMeo (ex-RIOT) et l'inévitable Mike Terrana (batteur avec un CV long comme le bras et récent démissionnaire de RAGE). Ce qui finalement arrange bien les affaires des 3 musiciens restants, Terrana étant loin d'être une tanche et DiMeo un vocaliste hors pair, influencé par les anciens RAINBOW et le heavy mélodique des années 70/80. L'équipe finalise alors ce disque qu'elle appellera Mk II. Ceci pour marquer non seulement ce nouveau départ avec une nouvelle équipe, mais aussi peut-être pour faire un clin d'oeil aux aieux de DEEP PURPLE qui changeaient tellement de musiciens qu'ils avaient besoin de ce qualificatif pour s'y repérer (au fait, on en est à quel Mark pour DEEP PURPLE ? Mk XXIII, non ?).

Venons-en à la musique. Tout d'abord, moi je dis chapeau Monsieur DiMeo. Car quand j'écoute le travail vocal qu'il fait sur ce disque, je me dis que le groupe est loin d'avoir perdu au change (et pourtant, j'aime beaucoup Lande). Mike DiMeo a peut-être un timbre un chouia moins "personnel " que celui de son prédécesseur (même s'il s'en approche par moment), mais il ne démérite pas. Sa voix et son chant sont agréables, veloutés, convaincants, chaleureux ou plus incisifs ... bref largement satisfaisants. Niveau compositions, ça commence avec un petit instrumental qui monte en intensité, "Phoenix Rising" : logique, puisqu'il s'agit d'une renaissance pour le combo. Ca déboule sur le balaise "Warrior Cry" et son refrain accrocheur où l'on se dit quand même que MASTERPLAN a un style bien à lui. On appréciera sur ce titre la frappe de Terrana, terrible comme à son habitude, speed ou plus massive ("Take Me Over"), renforcée par la basse de Jan Eckert. Les claviers jouent leur rôle d'enjoliveurs au moyen de nappes bienvenues mais qui ne noient pas le travail d'un Roland Grapow assez efficace tant en rythmique qu'en solo, sans tomber dans l'excès. Egal à lui-même le Roland quoi.

Plus modérés mais redoutables, "Lost And Gone" est le single de l'album (il a fait l'objet d'un clip, cf. lien ci-dessous). "Keeps Me Burning" est pour moi l'une des meilleurs compos du disque : titre héroique, ses mélodies sont géniales et le refrain terriblement accrocheur (l'ombre du RAINBOW période plus FM plâne ici, tout comme l'accrocheur "Call The Gypsy" situé plus loin sur le disque). Ce morceau est superbe. "Take Me Over" mise sur la puissance. Idem pour "I'm Gonna Win" : introduit par des claviers à la "Final Countdown" (que l'on retrouve sur le refrain), ce titre magnifique véhicule une sacrée émotion dont le vecteur principal est la voix chaude et modulée de DiMeo (j'aurai bien vu Jorn Lande chanter sur ce titre). Idem pour "Trust In You" ou le final "Heart Of Darkness" (ce passage époque, terrible). "Watching The World" est un chouia plus fouillée mais dynamique, le court passage un peu planant aurait là aussi convenu à Lande. Le titre "Masterplan" rentre dans le lard et nul doute que s'il est joué live, ça va le faire (y a pas plus simple comme refrain).

Franchement, je n'hésite pas à coller un bon 5/5 à ce disque que je prend beaucoup de plaisir à écouter et qui est une de mes bonnes surprises de ce début d'année, avec d'autres. Honnêtemment je le mets au même niveau, voire même un peu au-dessus du premier album. MASTERPLAN est donc reparti sur des bonnes bases et si vous aimez le heavy racé, mélodique et les bonnes chansons, jetez-vous dessus, franchement il vaut le coup. Pour un nouveau départ, c'est un coup de maître.

PS : Video de "Lost And Gone" : http://www.youtube.com/watch?v=_kulzHdbvJY

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


BLACK SABBATH
Headless Cross (1989)
Superbe album du SAB', époque Tony Martin

(+ 1 kro-express)



MANOWAR
Gods Of War Live (2007)
Heureusement, en live, il "kille" toujours ...


Marquez et partagez



Par DARK BOUFFON




 
   POWERSYLV

 
   AAARGH
   FREDOUILLE

 
   (3 chroniques)



- Mike Dimeo (chant)
- Roland Grapow (guitare)
- Jan S. Eckert (basse)
- Mike Terrana (batterie)
- Axel Mackenrott (claviers)


1. Phoenix Rising
2. Warriors Cry
3. Lost And Gone
4. Keeps Me Burning
5. Take Me Over
6. I’m Gonna Win
7. Watching The World
8. Call The Gipsy
9. Trust In You
10. Masterplan
11. Enemy
12. Heart Of Darkness



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod