Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK CELTIC METAL  |  STUDIO

Commentaires (9)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Enslaved, Ereb Altor, Darkest Era
- Membre : Dread Sovereign

PRIMORDIAL - Redemption At The Puritan's Hand (2011)
Par FIGHTFIREWITHFIRE le 11 Juillet 2011          Consultée 7889 fois

Après avoir recueilli tous les honneurs avec un album puissant, direct et extraordinairement efficace, PRIMORDIAL s’est retrouvé face au classique dilemme qui suit toute apogée: confirmer, prendre des risques pour pousser le propos encore plus en avant, ou capitaliser sur la réussite obtenue. Fidèles à ce que l’on attendait d’eux, les Irlandais ont simplement décidé de poursuivre dans cette voie qu’ils ont eux mêmes tracée, celle qui les a portés si haut, à savoir composer avec leurs tripes la musique qui leur correspond, tout simplement, sans calcul ni pression particulière. C’est du moins ce que l’on ressent à l’écoute de ce "Redemption At The Puritan's Hand", qui ne découvre ni évolution foudroyante ni régression paresseuse mais simplement du PRIMORDIAL dans tout ce qu’il peut avoir de grandiose, de sincère et de majestueux.

Le triptyque "No Grave Deep Enough", "Lain With The Wolf", "Bloodied Yet Unbowed" s’avère tout simplement fabuleux. Du PRIMORDIAL des plus inspiré, puissant, incisif et d’une profondeur inouïe, traduisant un talent d’écriture qui a de quoi forcer l’admiration et n’a jamais faibli en près de dix-huit ans d’existence.
Car musicalement ce qui bluffe chez PRIMORDIAL c’est cette propension à développer une recette maintes fois éprouvée par le passé avec toujours autant de fraîcheur. C’est que ces montées de guitares harmonisées et doublées sont toujours aussi sublimes malgré l’impression de répétition des schémas structurels proposés.
Les arpèges sont quant à eux tout bonnement extatiques et purs, empreints d’une tristesse subtilement teintée de cette fierté si particulière et touchante.
C’est qu’on se croirait, à l’orée de l’ouverture progressive, sur un navire en pleine traversée vers un monde brumeux, chaque coup de grosse caisse évoquant les vagues s’écrasant contre des falaises et chaque crissement de guitare un nouveau coup de rame. Vivifiant, frais et salvateur !
Le surnaturel et le mystique étant omniprésents chez PRIMORDIAL, on invoque également la puissance des frères morts au combat, on court avec les loups dans le respect de la Nature et le dégoût de l’attitude des hommes à son égard, bref nous sommes ici en terrain connu.

D’un point de vue technique, on ne peut que louer les efforts de Simon O’Laoghaire pour faciliter son retour au sein de la formation, après quelques soucis personnels et une bataille contre ses démons, tant celui-ci imprime cette touche absolument unique, guerrière et solennelle au propos général du groupe. Comme s’il affirmait son amour de cette œuvre tragique qu’il a marqué depuis si longtemps, après avoir réalisé dans l’adversité qu’elle représentait tout ce qui lui importe en ce bas monde. Il n’est pas le seul à faire merveille sur cet album. Nemtheanga, toujours aussi habité, transcende les riffs mélodiques et cette batterie martiale. Celui-ci a tout de même évolué dans son approche, s’il se veut toujours aussi conquérant il a plus que jamais pris conscience, après les tumultes traversés par son entité, mais également de par l’expérience accumulée au fil des années, de sa mortalité, sa faiblesse et du fait que, face à la Mort, le temps lui est compté et la défaite courue d’avance. Mais hors de question de sombrer dans le désespoir, il mourra donc les armes en mains et la fierté chevillée au corps et l’affirme avec force et conviction.

Si "To The Nameless Dead" avait mis la barre très haute en matière d’efficacité, avec une production bien plus léchée et un univers sensiblement plus clair que celui de ses prédécesseurs, "Redemption At The Puritan's Hand" traduit le choix de la formation de revenir à une écriture plus lourde et orageuse, dans la veine de "The Gathering Wilderness", mais en conservant tout de même l’avancée sonore opérée sur "To The Nameless Dead". Ce nouvel effort n’atteint donc peut-être pas l’efficacité insolente de son grand frère, mais approche en bien des manières l’excellence atmosphérique atteinte sur l’ode à la Terre Mère de 2005.
Ainsi, si les Irlandais ne repoussent certes pas les limites de leur expression, ils mettent néanmoins toute leur âme dans ces compositions qui respirent la rage et la passion, celle-ci éclaboussant en effet ce disque à chaque instant.

Outre la formidable triplette, la très sombre "Gods Old Snake", avec son chant quasiment entièrement interprété en black et son magnifique solo conquérant, la calme et solenelle "The Mouth Of Judas" et son riff final forestier, l’arpège sublime de "The Puritan's Hand" ou la grandiose et furieuse progression de "Death Of The Gods" sont autant de moments délectables, PRIMORDIAL n’ayant pas d’égal en matière de Metal Pagan. Car on parle ici de vrai Pagan, pas de celui qui verse dans un cliché de foire à la saucisse mais bien de cet art qui traduit le courage, la bravoure et évoque avec grandeur la guerre, le sang, les connexions sensibles à la Nature, Force parmi les forces. C’est tour à tour la rage, le désespoir, la mélancolie, le sentiment de faire triompher dans l’adversité des valeurs presque mystiques qui dominent sur cet album. Les Irlandais usant d’ailleurs de textes et de visuels d’une virulence particulièrement marquée vis-à-vis de la religion, comme s’ils revendiquaient plus que jamais ce passé celte et cette identité nordique qui font ainsi écho aux conflits récents auxquels leur pays a dû faire face.

C’est donc désormais une habitude, chaque sortie de PRIMORDIAL est une nouvelle pierre, massive, ciselée avec ce génie artisanal si salvateur au milieu de productions plus surannées les unes que les autres, ajoutée à cet édifice qui a tant de classe, d’orgueil et de folie qu’il touche l’auditeur prêt à plonger dans son univers au plus profond. Un monument !

Note réelle: 4,5

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME :


ARKONA
Yav (2014)
La houle d'un rituel païen richissime.




SAOR
Forgotten Paths (2019)
Dans l'orage vient la mélodie


Marquez et partagez






 
   FIGHTFIREWITHFIRE

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- A.a. Nemtheanga (chant)
- Ciáran Macuiliam (guitare)
- Michael O'floinn (guitare)
- Pól Macamlaigh (basse)
- Simon O'laoghaire (batterie)


1. No Grave Deep Enough
2. Lain With The Wolf
3. Bloodied Yet Unbowed
4. Gods Old Snake
5. The Mouth Of Judas
6. The Black Hundred
7. The Puritan's Hand
8. Death Of The Gods



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod