Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO INDUS METAL  |  STUDIO

Commentaires (15)
Questions / Réponses (2 / 2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Oomph!
- Style + Membre : Lindemann

RAMMSTEIN - Herzeleid (1995)
Par JEFF KANJI le 4 Juin 2017          Consultée 220 fois

Parler de "Herzeleid", c'est évoquer la chute du mur de Berlin et les remous artistiques d'une Allemagne réunifiée, la montée en puissance d'une nouvelle forme musicale, mêlant Heavy Metal, Rock, musique Electro et Gothique, le Neue Deutsche Härte. Le chef de file de cette nouvelle mouvance n'a pas encore sorti son premier album (OOMPH! le précèdera avec "Sperm"), mais dans l'ex-Allemagne de l'Est, Till, Richard, Olli, Flake, Doom et Paul se connaissent déjà et, tirant son nom de la ville de Ramstein, qui connut une catastrophe aérienne majeure sur sa base militaire américaine en 88, Flake, Paul et Doom (qui jouent au sein de FEELING B avec le futur leader d'IN EXTREMO) tagguent leur voiture en faisant une magnifique faute d'orthographe qui restera. Il suffisait à Richard de convaincre Till Lindemann, batteur dans un groupe de Punk de prendre le micro dans le groupe qu'il monte avec Olli, et RAMMSTEIN prenait enfin son envol après leur rencontre avec les trois futurs ex-FEELING B.

Non content d'avoir gagné le tremplin organisé par le sénat de Berlin, le quartette formé de Till, Richard, Olli et Doom devient sextette et "Rammstein", "Weißes Fleisch", "Seemann" et la première version de "Das Alte Leid" (qui portait le titre "Hallo Hallo") sont enregistrés. Mais c'est alors que le Neue Deutsche Härte (aussi appelé Tanz Metal) explose que RAMMSTEIN rencontre le septième membre officieux du groupe en la personne de son manager et Till, peu disposé à s'ennuyer quand il ne chante pas, passe son brevet de pyrotechnicien et va commencer à faire la réputation de RAMMSTEIN sur scène, en lançant des murs de feu à travers le public, et en ne lésinant pas sur les risques, puisqu'il se brûlera plusieurs fois, qu'une femme en bas nylon manquera de se transformer en torche humaine, et que les éléments de décor auront la fâcheuse tendance à chuter face à l'intensité des flammes.

Entre temps, RAMMSTEIN est devenu le chef de file du Neue Deutsche Härte avec un premier disque unique en son genre, qui révolutionne la musique moderne. En prenant du LAIBACH, du OOMPH!, la particularité des textes en langue de Goethe déclamés par une voix claire, profonde, mais aux consonnes gutturales, en s'associant au producteur de CLAWFINGER (Jacob Hellner) et sous le parrainage de Motor Music, RAMMSTEIN enregistre non sans mal "Herzeleid", littéralement "maux de cœur" en français. Jacob Hellner aime travailler avec Till au détriment des membres du groupe et l'album et finalement mixé au Château Du Pape (d'où sort HELLOWEEN). L'équilibre fragile des six personnalités très fortes de RAMMSTEIN va être la clef de voûte de la réussite du groupe, et aussi ce qui manquera de le faire imploser après "Mutter". La musique se fait à six ou ne se fait pas c'est aussi simple que ça.

Il en ressort des textes tantôt d'une lourdeur typiquement germanique, avec une préférence pour la sexualité sous toutes ses formes, contrebalancée par un romantisme exacerbé qui ne tombe jamais dans la barcarolle de bas étage, une musique martiale, à la rythmique droite comme un i, Metal ET Electro, un son de guitare puissant et industriel comme on n'en connaissait pas et onze titres qui leur permettront de partir en tournée rapidement, d'abord en première partie de PROJECT PITCHFORK et CLAWFINGER puis rapidement en tête d'affiche (même si début 96 ils seront de nouveau première partie, pour la tournée d'adieu des RAMONES). Le phénomène est en marche, et ce malgré les réticences de sa maison de disques qui n'y croit pas, il faudra compter sur le nez de XIII Bis pour pouvoir se procurer l'album en France (avec la traduction des paroles svp).

Si le grand succès devra attendre "Sehnsucht", "Herzeleid" n'accuse pas plus de faiblesses que le futur "Reise, Reise" par exemple. Ce premier disque, mécanique, celui où les machines sont les plus présentes, est en revanche moins abouti que ceux qui suivront, RAMMSTEIN ne manquant pas d'affirmer un peu plus son tempérament d'album en album. "Herzeleid" est le dernier RAMMSTEIN que j'ai connu et il demeure pour autant l'un de mes préférés aux côtés de l'indétrônable "Mutter".

A lire aussi en ELECTRO :


RAMMSTEIN
Live Aus Berlin (1999)
Electro indus metal

(+ 1 kro-express)



RAMMSTEIN
Stripped (1998)
Electro indus metal


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   ARKAN
   JEFF KANJI
   VOLTHORD

 
   (4 chroniques)



- Till Lindemann (chant)
- Paul Landers (guitare)
- Richard Kruspe-bernstein (guitare)
- Christian Lorenz (clavier)
- Oliver Riedel (basse)
- Christoph Schneider (batterie)


1. Wollt Ihr Das Bett In Flammen Sehen
2. Der Meister
3. Weisses Fleisch
4. Asche Zu Asche
5. Seemann
6. Du Riechst So Gut
7. Das Alte Leid
8. Heirate Mich
9. Herzeleid
10. Laichzeit
11. Rammstein



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod