Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Akiavel
 

 Myspace Officiel (533)
 Site Officiel (552)

SINISTER - The Silent Howling (2008)
Par DEADCOM le 19 Mars 2009          Consultée 3361 fois

SINISTER prend désormais une autre forme. Une sorte d’entité terriblement musicale, concise et extrêmement solide. Un reflet de soliste apparaît sur ce lac de sang impure. La lumière jaillit des instruments. Le niveau est haut, très haut placé. Voilà ce que pourrait être le résultat du travail bien fait pour des musiciens qui officient dans la boucherie et le graillon. Sauf que le bouillon, n’est plus aussi gras qu’il n’y parait. Les saveurs sont fraîches, les parfums sont tous préservés, et la cuisson de ce plat de chef 3 étoiles ravit les papilles des êtres carnivores que nous sommes. La recette est ancestrale mais c’est justement ce qui l’a rend si délicate, si subtile à préparer. Ce n’est pas un métamorphose, mais peut-être, le point d’orgue de leur carrière. A ce moment précis, SINISTER accentue son désir de faire des phrases, de longues tirades épiques avec le culot nécessaire pour les mettre en œuvre. De ce fait, tous les éléments sont en place, l’équipe est prête pour attaquer un travail qui sera minutieux dont chaque partie fera l’objet d’un attention toute particulière.

"The Silent Howling" est intéressant et même captivant, et même bien plus que ça. Son rayon d’action est très large, il couvre toute la totalité du paysage extrême. A géométrie variable, l’orchestre façonne de sacrées belles pièces, que dis-je ? Des pur morceaux de bravoure. Sept titres pour 47 minutes au total dont il faudra compter environ 6 minutes par titres. Ce qui n’est pas très courant pour SINISTER, mis a part pour certains morceaux. Mais là, il atteint allègrement les 10 minutes dans un « Silent Howling » absolument dantesque. SINISTER apporte une touche d’émotion, il nous émeut de ses arpèges gorgés de mélancolies. De ses moments épiques et instrumentaux. Mais bon, je préfère revenir dessus plus tard, pour d’autres raisons. L’impressionnant et flamboyant « Summit of sacrifice » trône sur ses six minutes cinquante par son hardiesse et sa qualité. Dont un soli pas pourri du tout, vient nous foutre la honte sur l’avis que l’on pourrait avoir sur ce genre de formation. On serait tenter de dire : Mais qu’est-ce qu’ils ont bouffés ? Depuis quand SINISTER ce laisse t-il aller à des digressions mélodiques ? Et du meilleur effet qui plus est. Car si c’était bien nase, je ne me serais pas priver de le dire, croyez-moi, mais là cette conclusion en forme de cavalcade mélodique et lancinante ce « Summit Of Sacrifice » m’a vraiment troué le cul.

Pourtant et ce malgré l’excellente tenue musicale de l’orchestre hollandais, je me pose quelques petites questions. Car je suis un bourrin, soit, mais comment SINISTER a pu me faire avaler la pilule par le biais de la mélodie ? Ce qui est la grande classe en plus. Étant un éternel défenseur des opus poussiéreux d’une époque de joute révolue, je ne peux que féliciter SINISTER (mais toujours à demi-mot) pour son travail en amont de ce « Silent Howling » très surprenant, qui reste toutefois problématique pour son avenir futur. Car il est clair que les Hollandais ont voulu épater la galerie avec un disque qui se situe entre l’exercice physique et la science de la mélodie bovine. Rien de réducteur bien sûr, juste une fâcheuse tendance à douter du souhait réel du combo, qui fut sans doute emporter par une vague de lyrisme. Tout de même, l’excellent titre éponyme aux nombreuses parties, recèle de véritable trésors d’ambiance et un lyrisme proprement guttural et surtout émotionnel. Cette couleur en fond où les claviers sont utilisés à bon escient, n’a rien de ridicule. Non vraiment. Après tout, nous serions dans le droit le plus légitime de dire que tout ceci est un leurre, mais non, car ils vont jusqu’au bout les bougres ! Tous les titres ont bénéficié du même soin. Avec en gros plan : le rythme oriental d’un « Palace of The fates » qui ne regarde pas le chrono pour déployer ses grandes ailes, dessinées à grand coup de riffs "locomotive" qui relancent le débat vers des horizons plus familiers à nos oreilles.

SINISTER qui compose, on connaît. Mais SINISTER qui joue les virtuoses, là c’est autre chose. Et sans l’intermédiaire de Blast furieux (assez éparses sur cet album). La sophistication et l’éloquence de leur expression me laissent septique. Car tout est très bon. Du son énorme, clair et parfaitement équilibré, sans aseptisé (ou asséché) le débat, au visuel assez charmant et bien décalé. Mais bon voilà. SINISTER ne nous a pas habitué à ce genre de registre. "After Burner" était plus concis et respectueux de l'image de cette formation : solide et brutale. Allant à l'essentiel, sans dispersions malvenues et gardant cette dextérité rythmique si attachante. Aujourd'hui, le dialogue qu'il entreprend avec nous est assez maladroit. Les formules sont finalement mal tournées car il s’agit de SINISTER qui s’évertue à faire dans le mélodique et non un groupe totalement aguerri dans ce domaine. Le résultat est sans appel : une linéarité vient gâcher le travail de ces artisans pourtant inspirés mais trop limités dans leur gestes. Trop grossiers dans leur approche où l’impressionnant n’est pas la multiplicité des moyens mais la maîtrise des moyens. C’est un bel effort mais ce n’est pas du grand art. Donc, SINISTER reste (et restera) SINISTER. Et c’est très bien comme ça.

Verdict : un opus courageux, avec de bons gros morceaux épiques dedans. Surprenant.

Note réelle : 3,5/5 (un bel effort).

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


DEVOURMENT
1.3.8. (2000)
Les douze commandements du Slam




CRYPTOPSY
The Unspoken King (2008)
Le Roi est mort, vive le Roi !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
   DARK MORUE

 
   (2 chroniques)



- Alex Paul (guitares)
- Adrie Kloosterwaard (chant)
- Bas Van Den Bogaard (basse)
- Edwin Van Den Eeden (batterie)


1. Republic Of The Grave
2. Summit Of Sacrifice
3. Fortified Bravery
4. The Silent Howling
5. The Kill To Come
6. Palace Of The Fates
7. If It Bleeds...



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod