Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (33)
Questions / Réponses (1 / 14)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Show No Mercy
1984 Hell Awaits
1986 Reign In Blood
1988 South Of Heaven
1990 Seasons In The Abyss
1994 Divine Intervention
1996 Undisputed Attitude
1998 Diabolus In Musica
2001 God Hates Us All
2006 Christ Illusion
2009 World Painted Blood
2015 Repentless
 

- Style : Machine Head, Sadus, Holy Moses, Exhorder, Evile, Demiricous, Enforced, No Return, Kristendom, Metallica, Alkoholizer
- Membre : Grip Inc.
- Style + Membre : The Big 4 , Forbidden, The Unholy Alliance , Exodus

SLAYER - South Of Heaven (1988)
Par DARK BEAGLE le 1er Décembre 2021          Consultée 330 fois

Que faire quand on a atteint le point Godwin de la brutalité (parce qu’"Angel Of Death" a un petit sujet qui navigue dans ces eaux-là) ? Aller encore plus loin si cela est humainement possible ? Ou chercher à aller dans une direction nouvelle, quitte à déstabiliser les fans ? C’est ce second point qui a été choisi, mais celui qui aura eu le plus de mal avec ce disque, au final, c’est Kerry King. C’est simple, il trouve "South Of Heaven" un peu mou. Ahahah. Pardon. Rire nerveux.

"South Of Heaven" montre un groupe qui est arrivé à complète maturité, capable d’articuler ses morceaux sur plusieurs riffs et de développer des ambiances malsaines au possible sans pour autant avoir recours à une violence sourde et sans subtilité. Et encore une fois, SLAYER va créer une musique d’une densité infernale, écrasante, qui envoie du lourd sur une durée très courte qui lui va finalement bien. Moins de quarante minutes, pas le temps de réellement souffler. Et les mecs étant sympas, ils indiquent la direction de l’Enfer.

Et l’Enfer, on l’atteint sur "Mandatory Suicide", une pièce d’une noirceur évidente qui s’articule autour d’une mélodie sombre, qui n’a pas besoin de battre des records de vitesse pour marquer les esprits. Et à ce titre, "South Of Heaven" se montre plus malin que son grand frère, en se montrant plus varié, plus morcelé, offrant une plongée dans le grand vide aussi bien que du tabassage en règle. Une façon d’intellectualiser le Thrash ? Disons plutôt de montrer que le style n’est pas une lettre morte incapable d’évoluer. Ou que le groupe possède des ressources qui semblent illimitées.

En 1988, METALLICA sortait un "Justice" qui se perdait dans trop de méandres, MEGADETH filait sous la coke et se montrait décousu par moments, ANTHRAX marquait un peu le pas en sortant "State Of Euphoria" trop rapidement après avoir pondu une pierre angulaire du genre. SLAYER, lui, mettait tout le monde d’accord aux USA avec un disque à la fois intense et plus posé, orné par une pochette monstrueuse, une fois de plus, fidèle à sa légende.

Et le groupe s’autorise même une petite reprise de "Dissident Aggressor" de JUDAS PRIEST. Imaginez un instant la tronche à Kerry King si le choix s’était arrêté sur "Raw Deal", figurant sur le même album ? Bon, j’arrête de dire des conneries à son sujet, je n’ai pas envie qu’il débarque pour me refaire le portrait.

A lire aussi en THRASH METAL par DARK BEAGLE :


HOLY MOSES
Finished With The Dogs (1987)
Nous sommes des os demandant à être rongés




TESTAMENT
Titans Of Creation (2020)
Titanesque

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   CANARD WC

 
   DARK BEAGLE
   DEADCOM
   FENRYL
   JEFF KANJI
   POSSOPO
   T-RAY

 
   (7 chroniques)



- Tom Araya (chant, basse)
- Kerry King (guitare)
- Jeff Hanneman (guitare)
- Dave Lombardo (batterie)


1. South Of Heaven
2. Silent Scream
3. Live Undead
4. Behind The Crooked Cross
5. Mandatory Suicide
6. Ghosts Of War
7. Read Between The Lines
8. Cleanse The Soul
9. Dissident Agressor
10. Spill The Blood



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod