Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (11)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 Alice In Hell
2013 Feast
2017 For The Demented
 

- Style : Testament, Sulfator
- Membre : Primal Fear, Luca Turilli's Rhapsody, 21 Octayne, Omen, Cyhra
- Style + Membre : Overkill
 

 Site Officiel (1301)
 Myspace (513)
 Chaîne Youtube (571)

ANNIHILATOR - Feast (2013)
Par DARK BEAGLE le 2 Juin 2020          Consultée 213 fois

Des albums enregistrés avec Dave Padden, "Feast" est celui que je préfère. Et c’est sacrément bizarre quand on y pense. Jeff nous revient avec son 98ème line-up (ou 104ème ? J’ai perdu le compte à moment donné), un line-up parti pour changer une nouvelle fois sur le prochain album puisque "Feast" est le dernier opus avec Padden derrière le micro. Et ça, c’est sacrément dommage, parce que ANNIHILATOR donnait vraiment l’impression d’avoir trouvé sa voix et les progrès du chanteur ont été constants d’album en album, il modulait de plus en plus ses interventions et il apportait un peu de variété sur des albums où Waters avait tendance à tourner en rond.

Oh, il continue à le faire ici, ça fait longtemps que le guitariste est à la peine de proposer des idées neuves. Mais contrairement aux quatre ou cinq albums précédents, je trouve qu’ici les morceaux sont plus variés et facilement mémorisables, quand j’avais l’impression de toujours écouter la même chose sur "Schizo Deluxe" ou "Metal" par exemple. Ici, nous retrouvons le logo habituel et nous continuons à avancer sur la thématique zombies quant à la pochette. Le mediabook est d’ailleurs sympa avec son effet 3D.

Comme d’habitude, le groupe propose la grosse baffe pour l’ouverture : "Deadlock" ne déroge pas à la règle et agit en véritable rouleau compresseur. Limite, le titre donne l’impression que le disque est parti pour être une excuse pour du bourrinage intensif. Certes, il y en a, mais Waters s’essaye à des choses plus mélodiques, au sein de différents morceaux, osant quelques passages déstabilisants à souhait, comme cette partie groovy sur "No Surrender", qui aura fait grincer quelques dents. Sur les titres les plus enlevés, les changements de rythmes se font sans accrocs, les enchaînements sont très réussis ("Smear Campaign").

Le disque est plus fluide, il respire un peu plus, aidé pour cela par une ballade surprise, qui s’invite au milieu du festin. "Perfect Angel Eyes"… Alors… ANNIHILATOR, les ballades et moi, ce n’est pas le triangle amoureux parfait en règle générale. Je trouve Waters très emprunté dans cet exercice périlleux (écrire une BONNE ballade n’est pas aisé, on tombe rapidement dans la mièvrerie la plus insupportable si elle est mal dosée) et c’est un peu le cas ici. Ça sent les bonbons acidulés et la guimauve fraîche. Heureusement, Padden, qui refuse habituellement de les chanter, livre une jolie prestation (à mon humble avis supérieure à ce qu’il proposait sur "All For You" dans le genre).

Petite mention spéciale pour "One Falls, Two Rise", qui est l’un des morceaux les plus ambitieux signé Waters depuis assez longtemps, longue de huit minutes et qui donne l’impression de vouloir faire un récapitulatif de ce que fut ANNIHILATOR. Le résultat est plutôt réussi et l’album se termine donc sur cette très bonne note. Et je dois bien avouer qu’au final, "Feast" est le seul album du ANNIHILATOR récent (comptez après "Remains") que j’écoute, qui ne m’a pas lassé, là où tous les autres m’assomment assez rapidement (et les écoutes après quelques années sans les entendre pour le travail de ces kro-x n’a pas changé la donne).

Alors, "Feast", un classique du groupe qui mérite d’être mis en lumière ? N’allons pas jusque là, il a ses défauts, il piétine par moments, il n’apporte rien de bien neuf, même s’il est plus concret que ses prédécesseurs à mon sens. La version mediabook est indispensable pour les fans, vu qu’elle présente quelques vieux morceaux chantés par Padden et le bougre s’en sort bien. Petite séance de rattrapage pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir ANNIHILATOR sur scène avec Dave, où le show était toujours assuré.

Note réelle : 3,5/5, poussé à 4.

A lire aussi en THRASH METAL par DARK BEAGLE :


TESTAMENT
Titans Of Creation (2020)
Titanesque




HOLY MOSES
Finished With The Dogs (1987)
Nous sommes des os demandant à être rongés


Marquez et partagez







 
   FREDOUILLE

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Jeff Waters (guitares, basse)
- Dave Padden (chant)
- Mike Harshaw (batterie)


1. Deadlock
2. No Way Out
3. Smear Campaign
4. No Surrender
5. Wrapped
6. Perfect Angel Eyes
7. Demon Code
8. Fight The World
9. One Falls, Two Rise



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod