Recherche avancée       Liste groupes



      
POST METAL EXPé PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Breach, Converge
 

 Site Officiel Du Collectif (754)
 Communauté Francophone Officielle (359)
 Myspace Officiel Du Groupe (318)

The OCEAN - Anthropocentric (2010)
Par FENRYL le 11 Avril 2011          Consultée 6679 fois

Le retour annoncé, pour un second chapitre donc, en cette année 2010 pour le collectif berlinois. Inutile de préciser que le groupe joue ici une sacrée carte dans son histoire.
J'attendais la suite avec impatience ("vivement la suite") après un virage entrepris plus tôt au cours du premier trimestre de l'année.
Cette doublette (au passage désormais disponible en double vinyl) vient ici asseoir le groupe, désormais majoritairement suisse (!), dans sa nouvelle combinaison post Metal prog'.

Dès les premiers instants du title track, on sent que les murs de riffs sont tout de même de retour. Loïc Rossetti retrouve des hurlements plus fréquents et offre la possibilité à la galette de se rapprocher côté filiation de sont grand frère "Precambrian". Pour notre plus grand plaisir. La gifle Hardcore est aussi cinglante que quasiment inattendue et aura aussitôt fait de rassurer les fans déçus par l'aspect prog' apparu avec "Heliocentric"... En un peu moins de 10 minutes, ce titre résume tout le savoir faire de THE OCEAN. Complexité, un brin de noirceur et un sens de la mélodie d'une qualité rarement atteinte dans les productions récentes (cf la première comparaison "Heaven TV" continuera à secouer les têtes mais de façon plus complexe en mélangeant plans progressifs et chant deathmetalcoré)...

Mais tout n'est pas aussi simple. Aujourd'hui THE OCEAN est assurément à la croisée des chemins : nos lascars semblent s'être parfaitement intégrés dans le paysage extrême européen et il devient aisé de les "comparer" : OPETH est finalement un groupe qui vient rapidement en comparaison. Les constructions, l’aspect chiadé des titres, le maître auteur/compositeur Robin Staps, pendant de Mikael Äkerfeldt, dont la voix se rapproche de plus en plus de ce dernier (notamment sur les parties claires). Comme décrit plus tôt, le final du morceau "Anthropocentric" est véritablement proche des suédois, avec ce passage entre voix deathcorée et chant clair. "Wille Zum Untergang" est assurément d'une beauté toute OPETHienne dans son orchestration.
Autre comparaison plus ou moins évidente : MASTODON, période "Leviathan" notamment.
Pour cela, le rocailleux et presque stoner "The Grand Inquisitor I (Karamazov Baseness)" saura combler les nostalgiques de la période couillue des américains ! Idem avec "Sewers Of The Soul", encore plus franc du collier.
L'excellent "The Grand Inquisitor II: Roots & Locusts" constitue le lien parfait entre ces deux influences majeures. Un de mes titres fétiches au refrain planant, au break inspiré et au final complexe.

Et que dire du très DEFTONESien "She Was The Universe" ? Un refrain planant comme le fait ce groupe dans son schéma classique de construction de morceaux.

Le Metal atmosphérique n'est pas oublié : entre les guitares clean pour l'interlude "For He That Wavereth..." et l'apparition d'un chant féminin et des cordes sur le très électro "The Grand Inquisitor III: A Tiny Grain Of Faith" (annonce de futures collaborations dans le genre ?) avant un superbe titre refermant le diptyque tout en douceur et volupté ("The Grand Inquisitor IV: Exclusion from Redemption") au final a capella !

En décidant de se recentrer sur le noyau de musiciens le composant, THE OCEAN a mis en sourdine ses orchestrations alambiquées et chiadées à outrance (exit les claviers trop présents) pour nous offrir un second opus en 2010 d'une fluidité exemplaire.
Évitant le terrible écueil des titres de second choix ou la redite, THE OCEAN une nouvelle fois évolue, change, s'essaie à de nouvelles expériences musicales. Et une fois encore, avec brio.
Le choc des collisions de sonorités, la complexité de l'aventure et la prise de risque sont autant d'épreuves que le groupe a su surmonter avec une facilité déconcertante.
THE OCEAN est définitivement entré dans la cour des grands et son passage au Hellfest cette année 2011 devra être suivi avec plus que de la curiosité. En tout cas, je ne raterai pas leur prestation à la suite de tous ces moments géniaux passés en leur compagnie...

A lire aussi en POST :


ALCEST
Le Secret (2005)
Ballade grisante en forêt, joyeuse et triste




DYSTOPIA NÅ!
Dweller On The Threshold (2015)
Voyage au fond de l'esprit


Marquez et partagez





Par FENRYL




 
   FENRYL

 
   DARK MORUE

 
   (2 chroniques)



- Luc Hess (batterie)
- Louis Jucker  (basse)
- Loïc Rossetti  (chant)
- Jonathan Nido  (guitares)
- Robin Staps  (guitares, claviers)


1. Anthropocentric
2. The Grand Inquisitor I: Karamazov Baseness
3. She Was The Universe
4. For He That Wavereth…
5. The Grand Inquisitor Ii: Roots & Locusts
6. The Grand Inquisitor Iii: A Tiny Grain Of Faith
7. Sewers Of The Soul
8. Wille Zum Untergang
9. Heaven Tv
10. The Almightiness Contradiction
11. The Grand Inquisitor Iv: Exclusion From Redemption



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod