Recherche avancée       Liste groupes



      
POST METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Breach, Converge
 

 Site Officiel Du Collectif (1177)
 Communauté Francophone Officielle (578)
 Myspace Officiel Du Groupe (522)

The OCEAN - Phanerozoic Ii - Mesozoic | Cenozoic (2020)
Par FENRYL le 2 Novembre 2020          Consultée 2092 fois

Je vais éviter de vous écrire encore une fois que cette année 2020 est plus que merdique…
Là où d'autres sauront vous offrir une introduction sociologique et contestataire, à titre personnel, je me contenterai de vous indiquer que seule la musique a la vertu d'apaiser mes maux.

Et dans le genre, The OCEAN se pose en référence, et ce, depuis des années désormais.
Le collectif allemand a donc eu la bonne idée de nous livrer durant cette purge 2020 son huitième album studio, sans aucun doute possible, au meilleur moment.
Poursuivant notre périple géologique au travers des éons du temps passé, The OCEAN aborde la seconde partie du Phanérozoïque (période regroupant les 541 derniers millions d'années), à savoir des -252 Ma à nos jours.
Comme j'aimais le rappeler à mes élèves lorsque je l'enseignais, ces périodes sont passionnantes dans l'histoire de l'évolution de la Vie.
Le Mésozoïque (-252 à -66 Ma) est terriblement connu, grâce à ses fameux dinosaures ! Si on le nommait par le passé Ère secondaire ou Ère des reptiles, il est défini par l'apparition de nombreuses espèces mammifères et des dinosaures tout en se terminant par sa célèbre crise KT (Crétacé Tertiaire) avec sa météorite et son activité volcanique hors norme.
J'arrête là mon cours sommaire de SVT mais j'aime à rappeler que les dinosaures les plus "célèbres", à savoir les plus grands et massifs ont vécu… au Crétacé et non pas au Jurassique ! D'où ce fameux film "Crétacé Park"… Évidemment, "Jurassic Park" sonne (?) mieux pour les amateurs de cinéma… Ces périodes sont véritablement passionnantes, et The OCEAN a eu la formidable idée de répondre à la hauteur de mes espérances à ce niveau !

Au début du Trias, un seul continent (La Pangée) et donc fatalement un seul océan (La Panthalassa)… Le Trias s'ouvre ainsi, doucement : "Triassic" et ses accords posés de guitares, quelques voix, quelques instruments à vents, une routine d'introduction, une basse ronflante, des doigts qui slident sur un manche et finalement la voix habitée de Loïc Rossetti (vocoder)… Lancinante, berçante avant le déluge habituel et tellement salvateur de décibels et sa furie vocale !

"A sole survivor
You'll carry the flame"


En guise d'ouverture d'un refrain entêtant et d'un break aux sonorités orientales… Déjà huit minutes d'une grande beauté… On notera la présence une nouvelle fois de Jonas Renkse (KATATONIA) qui vient compléter le chant sur ce morceau. La tectonique des plaques fait son œuvre, les plaques lithosphériques fragmentent les continents à la surface de la Terre : la diversification des espèces s'opère. "Jurassis/Cretaceous" déboule pour treize minutes et vingt-quatre secondes d'un monument central dans cette œuvre : n'essayez pas de résister au refrain aussi immédiat qu'accrocheur, vous ne feriez que confirmer que vous n'êtes pas de cette planète ! Loïc y switche avec merveille entre voix éraillée et growls habités, déversant une telle dose d'énergie qu'elle s'en veut libératrice.

"Out of the cave
You can feel the weather change
Blazing ardour in the shade"


Ce "Shade" durant lequel Rossetti bascule est fantastique !

La présence des cuivres en pseudo abondance donne du coffre à l'ensemble et permet de rapidement faire le parallèle avec MASTODON dans la construction sophistiquée et à tiroirs de l'ensemble.
On bascule ensuite sur une seconde phase plus aérienne et mélodieuse… Quelques nappes de claviers contribuent à cette ambiance spatiale par moments...

"Lie awake
It won't be long
Lie awake
It's coming close
We are just like reptiles
Giant rulers of the world
Within the blink of an eye
Wiped off the face of the earth"


Ce morceau est un monument. Point barre. Aussi essentiel que le sont ces deux ères dans l'Histoire de la Vie et de la Terre. La crise biologique qui frappe notre planète marque la fin d'un éon avant d'ouvrir ainsi le Cénozoïque… La disparition des supers prédateurs qu'étaient les Dinosaures a une sacrée conséquence : celle de laisser la place libre pour les mammifères qui jusqu'alors étaient des gâteaux apéro de ces animaux ! Terrés dans des terriers sous terre, ce groupe connaît alors une explosion de diversification fondamentale : nous ne serions donc pas présents pour en parler sans cet événement !
"Palaeocene" et "Eocene" ravivent donc l'énergie The OCEAN : le premier est frontal et brutal comme on sait l'apprécier chez le groupe tout en jouant avec un break suave, le second fait une fois encore étalage de toute la panoplie vocale de Loïc Rossetti. Même l'instrumental "Oligocene" vous retourne : lancinant et terriblement beau, ce titre vous transporte littéralement, libérant des notes de claviers/synthé qui invitent au voyage, à l'apaisement.

Ce qui est effarant dans l’œuvre de The OCEAN, c'est bien que rien n'est superflu : "Miocene/Pliocene" mixe à merveille chant éructé, lourd et dense avec voix claire et aérienne, donnant des aspects CULT OF LUNA ou DIRGE à l'ensemble. Quand The OCEAN vous surprend, c'est pour mieux vous punir d'avoir douté de lui immédiatement : les premières voix de "Pleistocene", saccadées et proche d'une Pop mielleuse, sont rapidement submergées par la voix rageuse de notre frontman préféré sur un refrain… pour mieux vous terrasser avec un final pratiquement Black Metal (!) totalement apocalyptique et atomique ! Loïc dégoupille et répond aux blasts frénétiques de la batterie en étant à la hauteur des meilleurs hurleurs du genre ! C'est dire ! Fan-tas-tique !!

En arrivant fébrilement à "Holocene", le calme après la tempête, The OCEAN fait redescendre cette folie : tel un rayon de soleil perçant les nuages d'une noirceur totale, la douceur d'une basse, un passage "violoncelle" (ou peut être un autre instrument) qui permet d'entendre une reprise de "Triassic" – histoire de boucler la boucle – viennent clôturer un nouveau voyage hors du "Temps" (alors qu'il repose totalement sur ce sujet…) sans équivalent...

M'obligeant à un "track by track", ce nouveau joyau des Allemands est un album tellement puissant, dense et merveilleux qu'il ne peut s'envisager que comme un tout. J'en ai presque oublié de vous indiquer que comme TOUJOURS, l'artwork est grandiose, la version collector époustouflante et le livret d'un autre temps béni des Dieux du Metal… et que le cd 2 reprend tous les titres, en instrumental (à savourer en roulant des heures entières, je vous le recommande !).
Si vous êtes encore réfractaire au Post Metal et que vous êtes arrivés jusqu'à ces mots, j'espère sincèrement vous avoir donné ne serait-ce que l'envie de faire le curieux...

Un travail d'orfèvre, encore et toujours… The OCEAN a trouvé depuis (très) longtemps/toujours la formule magique et a le bon goût de ne pas nous la jouer "poule aux œufs d'or" : en ciselant chaque pièce, en travaillant encore et encore chaque ambiance, en donnant à chaque titre une signature unique, le collectif de Robin Staps illustre un travail singulier de création géniale. Tout simplement.
"Cyclic history: repeat, eternally" ("Miocene/Pliocene").

Fermez les yeux, savourez, vivez, vibrez...

Note réelle : 4,5/5.

Top : "Jurassic/Cretaceous", "Pleistocene", "Triassic", "Oligocene"… Tout au final.

A lire aussi en POST-HARDCORE par FENRYL :


DEVIL SOLD HIS SOUL
Blessed & Cursed (2010)
Un pur moment de Metal habité et dépressif




The OCEAN
Fluxion (2004)
Les débuts d'un géant...


Marquez et partagez






 
   FENRYL

 
  N/A



- Paul Seidel (batterie)
- Mattias Hägerstrand (basse)
- Loïc Rossetti  (chant)
- David Ramis Åhlfeldt  (guitares)
- Robin Staps  (guitares)
- Peter Voigtmann (claviers)


- Cd1 :
1. Triassic
2. Jurrasic/cretaceous
3. Palaeocene
4. Eocene
5. Oligocene
6. Miocene/pliocene
7. Pleistocene
8. Holocene

- Cd2
1. Triassic (intrumental)
2. Jurrasic/cretaceous (intrumental)
3. Palaeocene (intrumental)
4. Eocene (intrumental)
5. Oligocene (intrumental)
6. Miocene/pliocene (intrumental)
7. Pleistocene (intrumental)
8. Holocene (intrumental)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod