Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Almah, Stormwarrior, Lost Horizon, Nocturnal Rites, Helloween, Primal Fear
 

 Site Officiel (239)
 Myspace (252)
 Chaîne Youtube (220)

HIBRIA - Defying The Rules (2004)
Par ODIN le 31 Août 2007          Consultée 5629 fois

Vous connaissez sans doute cette blague lourdingue et vieille comme le monde sur le Brésil :

« -Mon petit Lambert, c’est vous qui partez en congrès au Brésil cette année.
-Ah non, patron, j’aime pas le Brésil, il y a que des prostituées et des footballeurs…
-Faites gaffe Lambert, ma femme est Brésilienne !
-Ah ?... Et elle joue dans quelle équipe ? »

Et bien aujourd’hui, on pourrait dire « des prostituées, des footballeurs et des bons groupes de Metal… »
Bicoze après SEPULTURA, ANGRA et autres AQUARIA, voilà HIBRIA (on aime les noms en « A » au Brésil, dites donc).
Laissez-moi vous dire que ce quintet de Speedeux va vous mettre un bon aller-retour dans la mouille, et que vous allez en redemander.

Oui, c’est du Speed Metal. Le groupe auquel on pense immédiatement reste IRON SAVIOR. D’ailleurs, c’est Piet Sielck, le leader du groupe Allemand, qui est aux manettes. C’est pas forcément une bonne chose, d’ailleurs, vu que les Brésiliens écopent du fameux son Piet Sielck, ce son plat, sans dynamique et bourré de réverbe que le chanteur-guitariste s’évertue à infliger à tous les groupes avec qui il bosse. M’enfin, au fil des écoutes, on s’y habitue.

J’ai fait le parallèle avec IRON SAVIOR, mais que les réfractaires à ce groupe ne partent pas en hurlant. Ici, on a affaire à du IRON SAVIOR à l’inspiration décuplée. Les jeunots sont bourrés d’idées et n’hésitent pas à le faire savoir, truffant leurs titres de changements de rythme, d’ambiance et de longues parties instrumentales. Cette volonté d’enrichissement permanent n’est pas sans rappeler un autre groupe de Speed Teuton : GAMMA RAY. Le rapprochement est d’autant plus valable que tout comme le groupe de Kai Hansen, HIBRIA a choisi la branche « dure » du Speed mélo, options gros riffs et guitares très en avant.
Et comme leurs aînés, ils nous font le coup de l’album-concept, nous narrant l’histoire du « Steel Lord », un justicier combattant le tyrannique « Faceless » afin de libérer son peuple.

Rentrons dans le vif du sujet : Ca va vite, très vite.
La moitié de l’album est carrément pied au plancher. Mais c’est pas rébarbatif pour autant, le groupe ayant l’intelligence d’intercaler quelques mid-tempos (« Living unde Ice », « Stare at Yourself », « High Speed Breakout ») et même par moments, de taper dans le Prog pur et dur, avec soli de basse et de batterie (« A Kingdom to Share », « The Faceless in Charge »).

Ces velléités progressives sont d’ailleurs l’occasion de faire le rapprochement avec un autre groupe : LOST HORIZON. Le registre vocal de Iuri est étonnamment proche de celui de Daniel Heiman, et sur l’épilogue « Stare at Yourself », HIBRIA va même taquiner les Suédois sur leur propre terrain.

Qui dit aspect Prog dit forcément technique (qui a dit « ennui » ?). Et de ce côté-là, HIBRIA n’a de leçon à recevoir de personne. Les 2 guitaristes sont littéralement déchaînés : les soli sont d’un niveau technique et mélodique impressionnant, et les 2 pépères s’amusent à glisser de petites interventions technico-mélodiques un peu partout (comme sur le dernier couplet de « Steel Lord on Wheels » ou le riff à la Luca Turilli de « A Kingdom to Share »).

Et on a évidemment droit à des lignes harmonisées à la pelle, dans la grande tradition de MAIDEN et HELLOWEEN. Mais là encore, les mélodies sont vraiment chiadées. On ne s’éloigne pas de cette volonté d’enrichissement déjà évoquée plus haut et finalement peu commune chez les jeunes groupes de Speed mélo.
Car oui, ça tabasse, c’est technique, mais c’est surtout mélodique. Les refrains sont travaillés et accrocheurs comme une armée de morbaques. Impossible d’en citer un, ils sont tous terribles. Dieu merci, HIBRIA n’a pas perdu de vue qu’il fallait accrocher l’auditeur avant de déballer ses gammes.

Une bombe, je vous dis. Loin de l’hommage servile ou de la repompe éhontée dans lesquels se vautrent avec délice d’innombrables cohortes Italo-Finlandaises, HIBRIA a digéré ses influences et n’hésite pas à tout tenter dans le but d’apporter sa patte. C’est avec des p’tits groupes de cet acabit qu’on se dit que non, le Speed mélo n’est peut-être pas encore tout à fait mort.

A lire aussi en POWER METAL :


GAMMA RAY
Power Plant (1999)
Power metal




GAMMA RAY
Majestic (2005)
Du GAMMA RAY pur et simple !


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   ODIN

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Iuri Sanson (chant)
- Abel Camargo (guitare)
- Diego Kasper (guitare)
- Marco Panichi (basse)
- Savio Sordi (batterie)


1. Intro
2. Steel Lord On Wheels
3. Change Your Life Line
4. Millenium Quest
5. A Kingdom To Share
6. Living Under Ice
7. Defying The Rules
8. The Faceless In Charge
9. High Speed Breakout
10. Stare At Yourself



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod