Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Almah, Stormwarrior, Lost Horizon, Nocturnal Rites, Helloween, Primal Fear
 

 Site Officiel (295)
 Myspace (295)
 Chaîne Youtube (285)

HIBRIA - Moving Ground (2018)
Par JEFF KANJI le 27 Mai 2018          Consultée 793 fois

Chroniquer cet album est d'abord un crève-cœur… J'ai connu HIBRIA grâce à Nightfall il y a un peu plus de dix ans maintenant, et j'ai toujours suivi avec excitation l'évolution de sa discographie, ses changements de line-up, résultantes d'une vie où l'art et le confort matériel ne vont pas assez ensemble, cette affirmation de son style qui l'a vu prendre ses distances avec les influences européennes qui lui ont permis d'émerger il y a quinze ans avec "Defying The Rules", toujours considéré par beaucoup (dont notre cher Positron) comme son meilleur album, et l'un des essentiels du Power Metal. Et je ne saurais leur donner tort… Alors apprendre que le HIBRIA que j'ai toujours connu et chéri allait cesser d'exister m'a fendu le cœur…

Abel Camargo est le dépositaire d'HIBRIA et a déjà en bonne partie reconstitué autour de lui un line-up pour honorer "Moving Ground" et ses cinq prédécesseurs. Mais Iuri Sanson, Eduardo Baldo et Renato Osório ont quitté le groupe… Je ne parle même pas d'Ivan Black qui du coup profite de l'opportunité pour partir compléter ses études au Portugal, moins de deux ans après avoir intégré le groupe, et bénéficié de l'aide bienveillante de son prédécesseur Benhur Lima pour apprendre ses parties… Un sacré coup dur, faisant de "Moving Ground", déjà mis en boîte au studio de Renato Osório, le dernier album du HIBRIA que nous avons toujours connu.

Mon avis, en bonne partie fait avant que j'apprenne cette triste nouvelle, n'a que peu évolué depuis, et ce grâce au travail de fou abattu par les Brésiliens sur ce sixième album de compositions originales. Le style maîtrisé et accrocheur de l'album éponyme de 2015 est toujours de rigueur, et c'est une nouvelle fois la fête des guitares (une petite écoute du côté de "Sailing Ship" pour vous faire du bien). On observe néanmoins cette tendance de "Hibria" à ralentir les tempi pour proposer un Power beaucoup plus groovy et mid-tempo ("Souls Ain't For Sale"). De même Iuri Sanson a vieilli et ne s'aventure plus guère dans les aigus stratosphériques de son début de carrière, ce qui ne l'empêche pas une nouvelle fois de remporter mes suffrages.

Je me suis appliqué une rigueur toute Volthord-esque une fois avoir écouté et beaucoup aimé ce disque en me posant la question suivante : d'ici six mois, alors que bien d'autres disques seront passés dans mes oreilles et chroniqués, aurai-je envie de revenir vers "Moving Ground" ? Et si je choisis un HIBRIA de ma cd-thèque, lequel choisirai-je ? Si je ne m'impose pas cette orthodoxie pour chaque chronique, je dois avouer qu'elle m'a aidé à apprécier ce disque pour ce qu'il est : un album de Power Metal racé, personnel, d'une formation au sommet de ses capacités, et particulièrement inspirée, même si je ne nierai pas qu'HIBRIA s'est révélé capable de mélodies plus entêtantes ne serait-ce que sur un "Tightrope" ou un "Pain" sur l'album précédent.

La variété sonore n'est pas aussi poussée que sur "Hibria" (pas de cuivres par exemple) même si les effets sur le chant font de brèves apparitions ("Scream And Shout", "Safe Shore"), ce qui a tendance à donner un côté monolithique à "Moving Ground", un comble vu son titre. Pourtant, les compositions sont irréprochables, surtout qu'elles développent un côté plus Rock (mais avec le traitement Heavy qui va bien), pas très loin de ce que propose FAKE IDOLS par exemple.

Je considérerai désormais ce disque comme une conclusion à l'image de la carrière des Brésiliens d'HIBRIA ; ils ont brillé dès leurs débuts, révélant un talent fou, à une époque où la sphère d'influence créée par ANGRA lui était favorable, sans jamais parvenir, malgré tous ses efforts, à rejoindre le concert des grands (souvent allemands), et livrant régulièrement de nouvelles compos qui confirmaient les espoirs placés en eux, allant même réenregistrer son premier album en 2014 pour le marché japonais. Pendant ce temps il a essuyé de nombreux changements de personnel et une maturation artistique qui l'a mené à "Hibria" dont "Moving Ground" est une suite tout à fait logique. L'effet de surprise a seulement disparu, ce qui m'amène, malgré ses qualités intrinsèques, à préférer son prédécesseur, et bien que le final tonitruant de l'album fasse tout pour me faire changer d'avis.

Note réelle : 3,5/5 que je suis très embêté pour arrondir, partagé entre une volonté d'honorer le groupe de quatre étoiles méritées plus d'une fois et un 3 plus cohérent par rapport à son prédécesseur pour faire la différence.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


CAIN'S OFFERING
Stormcrow (2015)
Jani nous livre exactement ce que l'on veut




SONATA ARCTICA
Stones Grow Her Name (2012)
Divine Finlande

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Abel Camargo (guitare)
- Iuri Sanson (chant)
- Eduardo Baldo (batterie)
- Ivan Black (basse)
- Renato Osório (guitare)


1. Moving Ground
2. A Life For Yourself
3. The Shapeshifter
4. Scream And Shout
5. Sailing Ship
6. Souls Ain't For Shame
7. So Damn Unkind
8. Safe Shore
9. Heaven
10. Reset My Brain



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod