Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sidilarsen
 

 Myspace Offciel (383)
 Facebook (80)

MASS HYSTERIA - Contraddiction (1998)
Par CHIPSTOUILLE le 25 Avril 2007          Consultée 5523 fois

Deuxième album de MASS HYSTERIA, on rempile. Du tube, du riff et du positif, rien ne nous est pardonné, Contraddiction (notez le double d pour le jeu de mot) est la suite idyllique du Bien-être et la paix. Fin de la chronique? Pas tout à fait... Contraddiction possède quelques subtiles différences avec son aîné, les mêmes qui lui valent tant d'éloges, car une copie carbone du premier album n'aurait sans doute pas autant remué les foules.

Premier point, la production est plus percutante, plus incisive. Les interventions électroniques d'Overload system sont plus pertinentes que sur le précédent album et permettent ainsi de ne pas donner l'impression encore toute récente que MASS HYSTERIA est en train d'accuser son âge (oui, déjà 10 ans). Les coupures sont plus nettes, la puissance des guitares est sublimée et le fourreau électronique plus élégant (il n'y a qu'à entendre les interventions plânantes sur les "Je m'évade" du refrain de "Zion" )

Second point et non des moindres, le groupe a revu son tempo légèrement à la baisse. Ici la grande majorité des morceaux ("Zion", "Attracteurs étranges", "Finistere amer"...) tabasse, mais plus lentement. Sans pour autant faire du sur place, on passe dans l'ambiance volcanique des concerts du headbang aux jumps. Le groupe perd ainsi sur la longueur légèrement en efficacité ce qu'il gagne en diversité puisque quelques titres rythmés sont également de la partie. "P4", écho pas subtil pour un sou aux "Hard Corps" et autres "Mh 2 C.e.s" du précédent album. "Sur la brèche", "Furia" ou "Contraddiction" sont les avatars représentatifs de la rapidité partiellement abandonnée du premier album.

Dernier point, la variété. Non pas la variété française, monopole de nos médias auquel le groupe s'adonnera malheureusement un peu plus tard, mais la variété au premier sens du terme, dans ce qu'il a de plus appréciable. La formule de base est un métal puissant, acier trempé dans une fonte électronique. Sous l'impulsion certaine de SEPULTURA (le titre "Refuse/Resist" figurait d'ailleurs sur le live sorti entre les deux premiers albums...), MASS HYSTERIA fait copuler sa musique avec quelques ethnies plus acoustiques. Cet aspect n'apparaît pas clairement au début de l'album (un court passage sur "Zion") et rattrape petit à petit du terrain. "Furia" par exemple, dispose d'une introduction et des sifflets d'inspiration Brésilienne. "Le dernier tango" n'est pas qu'une influence littérale à la danse des pays du Rio de la plata, mais bien musicale. La dernière pierre, le point culminant de ce disque est "Corazones olvidados" où je cite "la participation totale et indispensable de Yamina & Nadia Nid El Mourid" se justifie dans un duo de voix féminines suaves et oniriques pour un morceau d'inspiration moyen-orientale sans saturation, plus ambiant dans la démarche mais tout aussi réussi.

Bien sûr, tout n'est pas aussi parfait que je voudrais vous le faire croire, "Osmos'99" est un peu en deçà de la fiesta à cause d'un côté répétitif un peu lassant. On peut aussi regretter l'énergie brute du premier album qui tend à manquer sur Contraddiction. De façon un peu plus lente mais avec une touche ibérique et moyen-orientale supplémentaire, MASS HYSTERIA signe là son deuxième chef d’oeuvre qui avait surtout le bon goût de ne pas dépareiller avec le précédent tout en ouvrant une nouvelle voie. Le problème finalement, c'est que Erwan le guitariste d'origine de la formation et surtout Pascal alias Overload System, quitteront le navire après cette deuxième illumination, ce qui explique sans doute l'orientation très différentes des deux albums suivants. D'ici la parution de ces lignes, un cinquième album annoncé dans la lignée de Contraddiction devrait avoir vu le jour, espérons seulement qu'ils disent vrai.

A lire aussi en FUSION :


KILL II THIS
Deviate (1998)
Exhumation d'une pièce maîtresse.




SKINDRED
Babylon (2002)
Ragga + Metal = boomb(astick) !!


Marquez et partagez




 
   CHIPSTOUILLE

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Mouss (chant)
- Erwan (guitare)
- Yann (guitare)
- Stephan (basse)
- Pascal / Overload System (machines)
- Raphaël (batterie)


1. Contraddiction
2. Zion
3. Aimable à Souhait
4. Attracteurs étranges
5. Finistère Amer
6. P4
7. Sur La Brèche
8. Furia
9. Le Dernier Tango
10. Osmos'99
11. Le Plus Juste Effet (irie)
12. Corazones Olvidados (saetas Dulces)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod