Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ATMOSPHERIQUE  |  DVD

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : My Dying Bride, Madrigal, Paradise Lost, Opeth, Silentium, Khemmis
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth
 

 Site Officiel Français (1220)

ANATHEMA - A Moment In Time (2006)
Par METAL-O PHIL le 4 Décembre 2006          Consultée 6129 fois

La tentation fut grande de coller la note maximale à ce DVD. Il faut dire que presque tout s’y prêtait : la setlist, la prestation et… l’endroit ! Ce concert a été filmé à Katowice en Pologne (mon pays d’origine), ville que mon Papounet a souvent fréquenté !
Blague à part, il s’agit de la même tentation qui me faisait crier au chef d’œuvre à l’écoute de la première minute d’Alternative 4. Oui, il me suffit d’entendre, le si puissant, le si court et donc le si frustrant « Shroud of false » pour que je sois aux anges. Il s’agit probablement de la plus belle intro qu’il me soit donné d’écouter et je rêvais de pouvoir l’entendre sur un live officiel. Débutant après un prélude du quartet de cordes, qui annonce la couleur avec un morceau classique d’une profonde mélancolie, « Shroud of false » voit son effet décuplé par l’effet concert. Ah, cette petite mélodie au piano… La puissance de l’arrivée brutale des guitares est démultipliée. Une sacrée claque en à peine 50 secondes.

Premier constat avec ce « moment in time » : il s’agit d’un live honnête et simple : il n’y a pas l’ombre d’une retouche studio (overdub).

Je ne pensais pas être devenu aussi « enfant gâté du metal ». A force d’être cocolé par les lives de DREAM THEATER, ma première impression de cette prestation a été quelque peu indécise : oui il y a des pains, oui il y a des moments où Vincent ne chante pas dans son micro, oui il y a des soucis de rythme (un « Fragile Dreams » drôlement accéléré).
C’est cajolé par les mises en scènes des dvd de NIGHTWISH ou de WITHIN TEMPTATION que je me suis plongé dans « A Moment in time ». Ici, pas de pyrotechnique, pas de défilé de moines, pas de robes de mariées, pas de peaux rouges, pas de combats de sumotori (bon là d’accord j’invente) sur scène.
C’est en sortant d’un show semi musical semi comique de BENABAR que j’ai regardé le dernier dvd d’ANATHEMA (je vous laisse imaginer à quel point j’ai appréhendé la transition...). Ici, on se contentera d’un « hello », « thank you » et « goodbye ». Je précise qu’ANATHEMA a la réputation d’être un très bon groupe de scène. C’est donc là que je pose la question que j’ai envie de poser à tous les groupes qui ont produit des DVD live cette année : POURQUOI couper toutes les scènes entre les chansons, les instants d’échanges avec le public, c’est peut-être la seule chose qui peut rallonger la durée de vie du DVD live par rapport à celle du CD live ?

Alors oui, ce dvd est d’une redoutable simplicité. Mais cette simplicité est touchante et finalement parfaitement dans le ton du groupe. Le seul réel spectacle qui vaut le détour est l’investissement physique de Vincent Cavanagh sur scène, possédé, pesant chacun de ses mots et chacune de ses notes de tout son cœur.
Il nous émeut par ses constants vibratos, mimiques nerveuses et inquiétantes, démontrant que l’homme se donne à 200% et fait corps avec les émotions dégagées par la musique. La symbiose est parfaite, notamment sur « One last goodbye », chanson de l’album JUGEMENT dédiée à sa mère décédée. La douleur du chanteur semble toujours aussi présente et en est palpable. Le voir sourire provoquera chez vous une incompréhensible sensation de soulagement.
Une prestation simple, consensuelle et touchante donc.

Forcément, la durée de vie du dvd sera courte, car on regardera une première fois puis par la suite, le CD fourni avec l’édition spéciale suffira largement à restituer l’atmosphère de ce concert. C’est le genre de show auquel on aimerait être pour partager cette émotion, participer à cette communion qui n’a besoin d’aucun mot, d’aucun « showman ». Avec un DVD, l’effet télé émousse quelque peu l’atmosphère. On peut avoir vu le Pirée en photo, cela n’a rien à voir avec le souvenir d’avoir surplombé le port et admiré cette infinie étendue d’eau.


La setlist, assez variée, présente les différentes facettes de la discographie d’ANATHEMA. L'évaluation du répertoire joué est totalement subjective, je laisse donc ça à l'appréciation de chacun (pour info, je lui met 4/5).
On migrera d’un rock énervé et écorché (« Empty ») à une ballade tellement dramatique (« One last goodbye »), où Vincent semble remuer le couteau dans la plaie pour extérioriser sa peine.
Le duo avec Lee Douglas, soeurette du batteur, sur « A Natural Disaster » est très agréable. Les deux voix vont de pair, la demoiselle et sa voix tremblante font passer beaucoup de sentiments.
« Flying » ,entonné par les 2 frères ensemble, est un final émouvant.
A signaler la présence de deux violonistes, une altiste et un violoncelliste. Leur présence, certes, discrète, apporte beaucoup, accentue les morceaux mélancoliques et apporte une dimension plus épique sur des morceaux plus mouvementés ("Closer" par exemple).

En guise de rappel, ANATHEMA s’offre un dessert (reprise de « Comfortably Numb » de Pink Floyd, où Danny Cavanagh excelle dans un solo qui, visiblement l’a inspiré…) qui semble annoncer (seul l’avenir nous le dira) un passage à une carrière plus axée dans le rock atmo/prog/mélancolique.

En bonus on a une interview sur les influences, la façon de composer du groupe. Les non anglophones seront déçus : il n’y a pas de sous titres. 4 titres supplémentaires d’un autre concert (s’étant déroulé lui aussi dans ma chère Pologne) sont présents, dont le tube « Sleepless ». Banal au possible…

Je suis épaté, car ANATHEMA fait mouche avec un dvd qui, objectivement, comporte des défauts. Techniquement, ils sont à la ramasse face à un concert de DREAM THEATER où tout à été retouché et qui regorge de bonus… Cette prestation si simple, si timide est si humaine et touchante qu’elle pourrait supplanter le chef d’œuvre qu’est Score. Attention toutefois à ne pas comprendre ma chronique de travers : ce n’est pas un concert d’amateurs. C’est musicalement surpuissant, mais sans aucune fioriture.
Prestation:5/5
Setlist:4/5
Note définitive:4,5/5

Et ça, ça ne trouve pas de label...

« C’est vraiment trop injuste » (Calimero)

A lire aussi en METAL ATMOSPHERIQUE par METAL-O PHIL :


The GATHERING
Home (2006)
Fidèles à eux même, the gathering innovent

(+ 1 kro-express)



AKIN
Verse (2001)
Métal atmo lyonnais


Marquez et partagez




 
   METAL-O PHIL

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare et micro bizarr)
- Danny Cavanagh (guitare et chant)
- John Douglas (batterie)
- Jamie Cavanagh (basse)
- Les Smith (clavier)
- Lee Douglas (chant sur a natural disaster)
- Bacchus String Quartet
- David Spencer (violon)
- Kevin Flynn (violon)
- Neil Mcerlean (alto)
- David Wesling (violoncelle)


- dvd
1. Intro/shroud Of False
2. Fraile Dreams
3. Balance
4. Closer
5. Lost Control
6. Empty
7. A Natural Disaster
8. Inner Silence
9. One Last Goodbye
10. Judgement
11. Panic
12. Flying
13. Angelica
14. Comfortably Numb (reprise De Pink Floyd)

- live In Krakow 2004
1. Sleepless
2. A Dying Wish
3. Albattross
4. Fragile Dreams



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod