Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER / HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (7)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Baroness
- Membre : Killer Be Killed

MASTODON - Leviathan (2004)
Par CANARD WC le 27 Mars 2006          Consultée 10903 fois

« Il y a des groupes qui portent bien leur nom » : ça doit être l’une des premières choses que j’ai dû penser en découvrant MASTODON. Lourd, puissant, monstrueux, inquiétant… Pachydermique en un mot ! Tels sont les adjectifs qui viennent à l’esprit lorsqu’on prête pour la première fois attention à la musique délivrée par ce jeune quartet américain.

MASTODON a cette particularité d’avoir réussi à trouver très rapidement sa place dans le paysage Metal en développant son propre particularisme. Que ce soit au niveau du style, du « son » (notons la production bien foutue de la galette), ou encore de l’ambiance générale qui se dégage de leurs albums... MASTODON s’est rapidement positionné comme un groupe phénomène, atypique, et fer de lance potentiel du Metal moderne.

Pour commencer, MASTODON opère dans un genre encore peu exploré. A la croisée du Thrash moderne, du Hardcore, et surtout du Power US (à la PANTERA et MACHINE HEAD) ; MASTODON puise dans chacun de ces styles ce petit « truc » qui associé les uns aux autres crée non seulement une réelle originalité, mais surprend son auditeur.

Du Thrash (en plus d’être parrainé par mes chouchous de SLAYER), MASTODON en reproduit la violence mais avec une nuance : que ce soit au niveau des rythmiques ou du chant, ça flirte régulièrement avec le Death (un peu à la manière de ce que fait CHIMAIRA et son Brutal Thrash moderne). Du Power Metal, MASTODON en tire sa puissance « rouleau compresseur » et la lourdeur de sa mécanique qui m’a pas mal rappelé ce que pratiquait le PANTERA de la belle époque. Et du Hardcore, MASTODON en a gardé ce coté direct (titres courts et efficaces), entraînants avec un aspect mélodique assez prononcé sur certains morceaux. En clair : MASTODON, ça riffe dur !

Au vue des ambitions affichées, l’écueil majeur pour le groupe aurait été de s’enfermer dans un schéma, de s’inscrire dans une répétitivité assommante et de cloisonner cette recette. Il n’y a rien de pire que ces groupes qui ne savent pas vraiment rendre leur recette attractive – aussi « originale » fusse t’elle à la base.

Et MASTODON s’en tire vraiment bien pour deux raisons qui font toute la différence :

1ère raison : l’inspiration. Tous les morceaux de cet album sont bien construits. C’est même franchement fouillé (je vous renvoie à un morceau comme "Hearts Alive") mais jamais complexe ni déroutant. On sent que le groupe maîtrise son sujet et a pris soin pour tous les morceaux de chercher ce petit « plus » d’accrocheur et/ou d’énergique, qui vous donnera naturellement envie d’headbanguer et de monter le son. Car quand la musique est bonne, bonne, bonne…

2ème raison : L’alternance. Avec "Leviathan", MASTODON a aussi pris soin de « casser » toute monotonie en variant au maximum la galette. Et après avoir brassé et nuancé plusieurs genres, MASTODON va prendre soin de s’auto-nuancer en alignant des morceaux très différents comme ce puissant coup de poing qu’est "Blood & Thunder", la brutale "Island" qui lorgne très clairement du coté de l’extrême un peu à la manière de ce que peut produire un groupe comme DEW SCENTED, ou encore comme ce "Seabest" plus que bigarré. Si on ajoute à cela ce mix chant clair légèrement plaintif et chant teinté Death (comme sur "Naked Burn"), vous comprendrez aisément que la diversité est de mise sur cet album.

Mais la force principale de ce "Leviathan" vient surtout de la terrible cohérence de l’ensemble. MASTODON fait partie de ces groupes qui ont réussi à créer un « tout » caractéristique qu’on retrouve outre dans la musique, dans la thématique des paroles, sur la pochette, dans l’agencement des morceaux, ou encore dans la recherche d’ambiances terrifiantes. J’insiste sur ce dernier point : MASTODON a réussi à insuffler à ses morceaux ce coté inquiétant et oppressant – limite horrifique – qui donne une toute autre ampleur à la musique (Cf. "Megalodon").

Il est évident que le chemin parcouru depuis "Remission" est plus qu’impressionant. Par cet opus, le groupe vient de s’affirmer définitivement. Et je peux sans trop me mouiller vous annoncer que le prochain MASTODON risque de tout déchirer, car la marge de progression est encore importante.

En s’emballant un peu, on aurait pu lui coller un 5/5. Reste quelques petits défauts (de jeunesse) qui viennent entâcher ce « tout » monstrueux : on notera ainsi quelques passages un peu brouillons (fouillis), la cohabitation pas toujours heureuse des différents types de chants (virant même au pénible sur "Seabest"), et globalement quelques titres perfectibles qui auraient eu tout intérêt à être travaillés autrement. M’enfin, c’est quand même du solide. Gageons que le 5/5 sera sûrement pour le prochain opus...


Morceau préféré du Canard : "Blood & Thunder".
Morceau beurk-caca : "Seabest".

A lire aussi en HARDCORE par CANARD WC :


NOFX
The Decline (1999)
Le monde va s’écrouler mais on n’en a rien à cirer




BAD RELIGION
Generator (1992)
Comme un roc, comme une planète...


Marquez et partagez



Par RENAUD STRATO




 
   CANARD WC

 
   FENRYL

 
   (2 chroniques)



- Troy Sanders (basse, chant)
- Brent Hinds (guitare, chant)
- Bill Kelliher (guitare)
- Brann Dailor (batterie)


1. Blood & Thunder
2. I Am Ahab
3. Seabeast
4. Iceland
5. Iron Tusk
6. Megalodon
7. Naked Burn
8. Agua Dementia
9. Hearts Alive
10. Joseph Merrick



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod