Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Paragon
- Membre : Manigance
- Style + Membre : Titan
 

 Site Officiel (339)

KILLERS - Contre Courant (1995)
Par POWERSYLV le 13 Janvier 2005          Consultée 6732 fois

3 ans. Il aura fallu attendre 3 ans pour que le groupe basque emmené par l'indéboulonable Bruno Dolheguy refasse surface avec un nouvel album. Nous sommes en 1995 et Cités Interdites date déjà de 1992. Entre temps, les permanents problèmes de line-up ont resurgi. François Merle (guitare, futur MANIGANCE) et David Pépiot (basse) en ont fait les frais, au profit de 2 nouveaux venus : Fabrice Arnouts (guitare) et Alain Garces (basse). Difficile de stabiliser les troupes. Patrick Soria, batteur sur le disque précédent reste lui aux fûts.

10 ans après Fils de la Haîne, KILLERS nous sort sans doute avec cet album au timbre un de ses meilleurs crus. La pochette assez osée est la plus violente du groupe et marquera les esprits de nombreux fans, la Marianne du timbre étant sauvagement assassinée d'une balle dans la tête d'où s'écoule un filet de sang. Une pochette qui s'éloigne des précedentes qui étaient plus ... fantasmagoriques et moins terre-à-terre : on est loin ici de l'antique et mystérieuse facade des Cités Interdites, des loups de Résistances ou des ombres de Fils de la Haîne. Un changement de registre en lien avec des textes vraiment vindicatifs et qui a peut-être été à l'origine de ce mouvement de personnel cités plus haut.

Ca déménage sec sur une pure tuerie speed et qui illustre une chanson engagée, "Ennemis Publics N°1" où se greffent des samples de Charles Pasqua, alors Ministre de l'Intérieur d'une France Balladurienne pour quelques mois encore. Engagement aussi avec "Morituri Te Salutant", pamphlet antique et ironique sur le retour d'un certain conservatisme. "Ici Ou Ailleurs" et "Fatalité" sont des morceaux plus personnels : ce dernier s'illustre par une alternance bien menée entre passages calmes et intimistes et moments plus heavy rock. La parfaite illustration d'un monde qui oscille entre désir d'espoir et désillusion. L'explosion au milieu du morceau avec le solo dynamique de Fabrice est particulièrement cinglante. D'ailleurs, les guitares solos sont très soignées et se greffent sur la charpente rythmique des 3 autres musiciens, comme sur le très rock "Assez", dénonciation des bien-pensants qui coûte que coûte veulent imposer leurs idéologies aux autres. Ne vous fiez pas au début pesant d'"Ethyliquement Vôtre", pur délire rock'n roll dédié à l'alcool et à la bière, met particulièrement gouteux de l'ensemble des metalheads :).

On revient ensuite sur des morceaux plus contestataires : l'envie de se détacher du troupeau malgré la menace d'une répression qui, telle une épée de Damoclès menace de s'abattre sur les mauvaises brebis ("Contre-Courant"). "Resistance" et sa critique d'un genre humain où la domination d'une catégorie sur une autre semble être une règle désespéremment immuable. Mais c'est surtout "Accusé", sans doute l'une des chansons les plus dures écrite par Bruno où il s'en prend violemment à la France ("vieille pute") qui fait sensation. "Accusé" colle parfaitement à la pochette du disque. Petit clin d'oeil aussi aux jeunes adultes de la vingtaine qui n'ont plus réellement le temps de vivre et de respirer (le sombre "Anonyme Loque"). Pris comme entre marteau et enclume entre le désir des réussite sociale (études et travail) et l'obligation, à l'aube de la trentaine, de s'occuper de la jeune famille qu'il vient de créer ... tout celà en dépit des amis et des amusements. Le sentiment que les contraintes de la société font ainsi gâcher ce qui devraient être les plus belles années de la vie. Un disque qui se termine de façon fatale finalement avec une "Execution" où le condamné se livre à un vain plaidoyer, convaincu que malgré sa lutte rien ne changera au final.

Cet album est une totale réussite. Les morceaux sont musicalement variés mais toujours marqués de la griffe du groupe. Le son est très bon et les textes plus ou moins osés traduisent les nombreux combats et sentiments qui se cachent dans le coeur de leur auteur. Des textes dans lesquels beaucoup de nos contemporains de tous âges peuvent aisément se retrouver. Un superbe disque donc. D'ailleurs, les KILLERS ne s'y sont pas trompés en donnant comme petit frère à ce Contre-Courant leur premier album live, Ennemis en Public qui sortira l'année d'après en 1996. Un des meilleurs KILLERS à tout point de vue !

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


BLACK SABBATH
Black Sabbath Vol 4 (1972)
Heavy metal




JUDAS PRIEST
Demolition (2001)
Heavy metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   CITIZEN

 
   (2 chroniques)



- Bruno Dolheguy (chant, guitare)
- Fabrice Arnouts (guitare)
- Alain Garcès (basse)
- Patrick Soria (batterie)


1. Ennemis Publics N°1
2. Morituri Te Salutant
3. Ici Ou Ailleurs
4. Fatalité
5. Assez
6. Ethyliquement Vôtre
7. Contre-courant
8. Anonyme Loque
9. Résistance
10. Accusé
11. Exécution



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod