Recherche avancée       Liste groupes



      
PROGRESSIVE POWER METAL  |  STUDIO

Commentaires (8)
Metalhit
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rhapsody, Power Quest, Serenity, Angra, Serenity [uk], Pagan's Mind, Crimson Glory, Aina, Myrath, Thy Majestie
- Membre : Luca Turilli , Conception, Almah, Tobias Sammet's Avantasia , Circle Ii Circle, Control Denied, Dark Moor, Doro, Virgo
- Style + Membre : Sons Of Seasons
 

 Myspace (329)
 Site Officiel (304)
 Chaîne Youtube (303)

KAMELOT - Siege Perilous (1998)
Par JEREMY le 28 Août 2004          Consultée 7765 fois

Siege Perilous est le premier album du groupe avec Roy Khan au chant. En effet, sur ses deux albums précédents, KAMELOT comptait dans ses rangs Mark Vanderbilt, qui, à mon sens, s’en tirait avec les honneurs, mais ce ne devait pas être l’avis du leader et guitariste du groupe, Thomas Youngblood, qui a d’ailleurs également décidé de remplacer le batteur – très moyen – Richard Warner par Casey Grillo. Bref, du sang neuf chez le combo américain, pour tenter de donner un successeur au prometteur Dominion, sorti deux ans plus tôt.

Et encore une fois, on va regretter la production vraiment trop mauvaise. Le chant de Roy Khan, qui, à l’origine manque déjà cruellement de puissance, se retrouve encore sous mixé, ralenti et donne l’impression qu’il s’emmerde totalement à jouer sur ce disque (et pourtant nous savons tous que ce n’est pas le cas, mais la production est tellement nulle qu’elle pourrait nous faire croire n’importe quoi). D’ailleurs, il n’y a pas que les parties vocales qui sont gâchées par la production, mais bel et bien tous les instruments, et donc forcément tout le disque. Même les titres speed (qui ne sont déjà pas extrêmement nombreux, car c’est plutôt le mid-tempo qui prédomine) paraissent d’une mollesse incroyable, même en utilisant par moment la double-pédale, Casey Grillo n’arrive pas à nous donner la moindre impression de rapidité, ni même de vivacité. Les guitares rythmiques de Thomas Youngblood sortent bien souvent des riffs intéressants (l’excellent « King’s Eyes »), mais ils n’ont jamais la puissance qui les ferait passer ce cap bien trop réducteur, car ce qu’on ne peut nier, c’est le potentiel énorme du groupe qui sera d’ailleurs confirmer sur les opus suivants, même si je trouve The Fourth Legacy et Karma un peu trop surestimé…

Les claviers sont omniprésents, mais lointains, apportant discrètement une légèreté plaisante à certains morceaux, « Providence », « Millenium », mais on est encore bien loin des aspects « médiévaux » des albums suivants. L’autre point fort de l’album sont les parties de lead guitare de Thomas, qui se rattrape de sa rythmique, pourtant de très bonne qualité, dévalorisée par cette maudite production. En effet les soli sont nombreux, rapides, fluides, magnifiquement exécutés, on tient là sans un conteste un excellent guitariste ! C’est d’ailleurs l’un des gros points positifs de ce disque, tant les soli de « Millenium », « Expedition », ou encore de « Rydhin » sont remplis de feeling, ainsi que les arpèges de la superbe ballade « Once A Dream », sur laquelle, pour la première et dernière fois du disque, Roy Khan fait un boulot extraordinaire, et m’a même décroché un frisson ! D’ailleurs sur ce morceau, on croirait entendre le Tyranny, de SHADOW GALLERY, sorti la même année. Les deux dernières pistes du disque, « Irea » et « Siege », sont mes deux préférés du disque, et prennent déjà une dimension supérieure par rapport aux autres morceaux, annonçant de bonnes augures pour la suite. On sent donc encore une fois l’énorme potentiel que possède KAMELOT.

Pour leur troisième album studio, les américains de KAMELOT ne convainquent pas totalement, même si (je me répète), ce Siege Perilous démontre qu’ils ont des arguments à faire valoir. On regrettera donc cette production vraiment trop mauvaise, qui rabaissent les titres « moyens » au rang de « mauvais ». Si ce disque avait été composé par un autre que KAMELOT, il aurait mérité une étoile de plus, mais au vu d’un groupe maintenant si reconnu, on pouvait tout de même s’attendre à mieux, même si la majorité des titres sont gâchés par… la production ! Tiens, vous aviez deviné ?

A lire aussi en POWER METAL par JEREMY :


MANTICORA
Darkness With Tales To Tell (2001)
Progressive power metal




INSANIA
World Of Ice (1998)
Progressive power metal


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
  N/A



- Thomas Youngblood (guitares)
- Roy Khan (chant)
- David Pavlicko (claviers)
- Glenn Barry (basse)
- Casey Grillo (batterie)


1. Providence
2. Millenium
3. King's Eyes
4. Expedition
5. Where I Reign
6. Rhydin
7. Parting Visions
8. Once A Dream
9. Irea
10. Siege



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod