Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (2 / 4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Destinity, Aesmah, Hypnosis, Edge Of Sanity, Dark Tranquillity, At The Gates, Arch Enemy, Amon Amarth
- Membre : Lindemann, Witchery, Pain, Lock Up, Immortal, Demonoid, Dark Funeral, The Abyss
- Style + Membre : Bloodbath
 

 Chaîne Youtube (344)
 Myspace (322)
 Site Officiel (426)

HYPOCRISY - The Arrival (2004)
Par DARK BEAGLE le 26 Mars 2018          Consultée 860 fois

Ce n’est pas que "Catch 22" soit un mauvais album, mais il lui manque quelque chose qu’ont ses grands frères : une véritable ligne directrice autour de laquelle s’articulent des morceaux souvent alambiqués, complexes dans leurs mélodies ou leur rage. "Catch 22" était simple dans sa construction, dans son acheminement, et il s’écartait du champ lexical d’HYPOCRISY en empruntant au Neo Metal à travers son groove et certaines sonorités. On ne va pas blâmer des musiciens qui ont toujours voulu aller de l’avant, se renouvelant sans cesse. Difficile de savoir que le même groupe a pu sortir un "Penetralia" primaire et un disque comme "Catch 22". "The Arrival", lui, se présente comme un véritable retour en arrière.

Un peu déçu par l’accueil réservé à son dernier album de la part des fans, Peter Tägtgren et ses acolytes (j’allais écrire alcooliques… La réputation, que voulez-vous…) vont donc reculer. Regarder derrière eux afin d’analyser ce qui a fait leur réputation, sinon leur succès. Dans le milieu des ressources humaines, on appellerait ça un bilan de compétences. Et c’est ce qu’ils vont nous servir sur "The Arrival", avec une certaine réussite, un talent d’écriture dans les différents versants du Death pratiqué par HYPOCRISY.

Et ce retour en arrière est opéré visuellement d’abord, à travers cette pochette qui exploserait le caleçon de Fox Mulder avec ces extra-terrestres probablement gris (mais dans la nuit, tous les aliens sont gris). Nous retrouvons donc les traceurs graphiques chers à HYPOCRISY, avec les thèmes de prédilection du groupe. Cela a de quoi mettre en confiance directement et on ne peut nier l’impact d’une jaquette qui reprend les caractéristiques pour lesquelles une formation est connue. Et chez HYPOCRISY, les êtres qui ont de sérieux problèmes avec les sondes anales sont une figure récurrente qui, pour une fois, apparaissent pleinement.

Musicalement, "Catch 22" est loin. C’est moins direct, moins groovy également. Nous revenons à des saveurs que nous connaissons mieux, auxquelles nous sommes habitués. Nous sommes sur du HYPOCRISY pur jus avec ce "Born Dead Buried Alive" sombre et agressif à souhait, avec un chant de la part de Tägtgren tout en conviction, toujours entre le growl typique du Death Metal et ses cris plus proches du Black, dans un juste milieu qui a aussi participé à l’originalité du groupe. Et les musiciens vont alterner les tempos, tour à tour rapides, puis plus lents, là où ils s’expriment souvent de façon la plus intéressante, comme en témoigne le somptueux "The Abyss" et son solo à se damner.

On se laisse facilement prendre par les mélodies très travaillées de HYPOCRISY, ses ajouts de synthétiseurs qui s’insèrent parfaitement dans les compositions, sans rien enlever à leur virulence, tout en leur donnant un aspect plus éthéré, à la manière de certaines compositions qui ont marqué de leur classe des albums comme "Abducted" ou l’éponyme. Et la bande à Tägtgren sait toujours aussi bien jouer avec les ambiances, passant de titres qui transpirent la rage (le saccadé "New World", couplé à "The Abyss" qui nous amènent sur de véritables montagnes russes musicales). Un bon album, c’est souvent une question d’équilibre et d’une capacité de renouvellement dans les riffs et les mélodies. Couplé à un talent d’écriture. Ce que l’on retrouve parfaitement ici.

Tout est tellement bien agencé, tout se déroule tellement bien, qu’on oublie rapidement que ce disque n’a absolument rien d’original. C’est du HYPOCRISY, sans fard, mais surtout sans véritable envie de chercher plus loin que le bout de son nez, comme s’il avait été grandement refroidi par l’épisode "Catch 22". La différence entre les deux est terrible, presque brutale tant ces deux albums n’ont rien à voir ensemble. Mais quid des différences entre "The Arrival" et les essais précédents des Suédois ? Les éléments qui le composent ont déjà fait leurs preuves par le passé. De ce point de vue, pas de nouveauté à l’horizon, seulement du vieux. Mais heureusement pour le groupe, c’est tellement bien fait et surtout, bien écrit, pour que la pilule passe toute seule. Pas besoin de sonde anale, désolé monsieur l’alien.

"The Arrival" sera la dernière prestation de Lars Szöke derrière les fûts, il rendra les baguettes après la tournée pour être remplacé par Horgh d’IMMORTAL. Mais n’anticipons pas la suite de l’aventure d’HYPOCRISY ! Quand on écoute cet album, on se retrouve face à un résumé de la carrière du groupe, entre "The Fourth Dimension" et "Into The Abyss", où les musiciens piochent les éléments qui ont forgé le style du groupe. On pourra reprocher la perte de ce côté aventureux qui faisait le charme des Suédois, cette capacité à trouver de nouvelles idées à chaque offrande délivrée. Mais derrière tout cela, il y a un véritable savoir-faire, qui ramène tout vers le haut et qui permet à "The Arrival" de réellement briller, dans les constructions, les mélodies, et surtout dans l’interprétation, très propre, avec une production à la hauteur. Mais le contraire aurait été étonnant, non ?

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


ARSIS
A Celebration Of Guilt (2004)
Vent frais, vent du matin...




ARCH ENEMY
Live Apocalypse (2006)
Enfin ! ça valait le coup d'attendre!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par RENAUD STRATO




 
   DARK BEAGLE

 
   POWERSYLV

 
   (2 chroniques)



- Peter Tägtgren (chant, guitare, claviers)
- Mikael Hedlund (basse)
- Lars Szöke (batterie)


1. Born Dead Buried Alive
2. Eraser
3. Stillborn
4. Slave To The Parasites
5. New World
6. The Abyss
7. Dead Sky Dawning
8. The Departure
9. War Within



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod