Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY BLACK MéLODIQUE  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1997 Something Wild
 

- Style : In Flames, Parasite Inc., Kalmah, Wintersun, Made Of Hate, Toc / Throne Of Chaos, Imperanon, Arch Enemy, Moonlight Sorcery, Skyfire
- Membre : Impaled Nazarene, Warmen, Waltari, Naildown, Kotipelto, Virtuocity, Sinergy, Masterplan
- Style + Membre : Norther, Bodom After Midnight
 

 Forum Francophone Sur Cob (1948)
 Myspace (1159)
 Site Officiel Du Groupe (1676)

CHILDREN OF BODOM - A Chapter Called Children Of Bodom (2023)
Par FENRYL le 24 Mars 2024          Consultée 1091 fois

… (Final Show In Helsinki Ice Hall 2019)

Si beaucoup de mes amis pensent que ma seconde Jackson est un achat en hommage à Randy Rhoads, je n’ai jamais vraiment pu leur dire que ce n’était qu’en grande partie pas le cas… En effet, le guitariste d’Ozzy compte beaucoup à mes yeux et mes oreilles certes (cf ma chronique du Live culte du Prince of Darkness) mais c’est bien en l’honneur d’Alexi Laiho que j’ai investi à l’époque dans ma RR, dans une version bien moins coûteuse que sa signature de dingue !

Car oui, "Follow The Reaper" est un album qui m’a totalement retourné et qui a fait entrer dans ma vie musicale un groupe certes, mais surtout un charismatique leader/frontman/guitariste. J’ai ensuite suivi les sales gosses de Bodom tout au long de leur carrière, accompagnant avec solidarité la descente inexorable vers ce qui était inévitable : le split pur et simple après des années de recherche d’un véritable second souffle.
En 2019, le groupe communique donc humblement sur la fin de l’aventure… et l’état de santé déclinant encore davantage d’Alexi (tout le monde connaissait son addiction incontrôlée et incontrôlable) en proposant une tournée mondiale d’adieu, laquelle sera fortement impactée par la pandémie de COVID.

C’est donc l’ultime date de décembre 2019 qui constitue aujourd’hui le témoignage attendu. Oui, attendu car ce n’est pas une surprise de voir débarquer quatre ans plus tard la captation de la prestation pour boucler une boucle, terminer l’épilogue d’un roman dont les plus beaux chapitres se sont écrits au début de la discographie du groupe.

Si comme moi vous avez eu la chance (parfois moins) de voir le groupe en live, il faut tout de suite présenter le cadre : vous ne saviez pas/plus depuis plusieurs années à quoi vous attendre en terme de qualité, soyons francs. J’ai quelques souvenirs de sets au Hellfest très particuliers dirons-nous pudiquement : faussetés, son merdique, soli ratés, crachats à gogo tel un lama, setlist mal troussée et j’en passe.
Oui Alexi et son COB étaient capables du meilleur comme du pire…

S'il fallait citer un souvenir de l’un des membres, je vous parlerais de celui de Seppälä : “Needless to say that this night was very special. When "In Your Face" started, the reality hit me and I had to turn away from the audience cos I actually started crying. But the beauty is that the memories and Alexi’s music will live forever!”…

Ce Live testament tente de sauver les meubles et sans doute les apparences. En effet, les langues se sont déliées et si le secret de polichinelle autour de l’alcoolisme qui ravageait Alexi a depuis été énoncé, il faut bien reconnaître que le groupe n’en pouvait plus de gérer ou non cet état de santé incontrôlable… Certains auraient bien continuer l’aventure !

Globalement, j’y suis arrivé ici avec pas mal d’appréhensions. Les premières écoutes se sont révélées moins délicates que prévues : la setlist est sérieuse et respectueuse globalement de l’œuvre des gamins de Bodom, pas de fioritures, pas de discours, juste du son, du gros et du rapide ! La voix d’Alexi est agréable et posée avec férocité sur l’ensemble des titres. À ce niveau, dix-huit morceaux pour un concert complet, vous trouverez sans doute vos essentiels ici, quoique service minimum. L’ensemble proposé part dans tous les sens de la discographie, mais vous trouverez les grands classiques du genre. À titre personnel, l’intro claviers qui met sur orbite la fantastique "Every Time I Die" est vraiment réussie. Je reste totalement accro de "Needled 24/7" (sans doute mon titre fétiche), "Follow The Reaper", et avec une clôture avec le classique "Downfall", soyez rassurés !

Pourtant, il faut raison garder : un travail de production a dû passer par là et soigner le résultat global final. Des indices sont parsemés tout au long de l’album. Prenez par exemple le solo de "Shovel Knockout" qui est sous-mixé et qui tente ainsi (? supposition) de masquer pas mal de loupés. C’est d’ailleurs la réponse classique de Warman aux claviers, bien plus "fort" côté son qui surprend tout au long du mixage final. Mais ce n’est pas le vrai problème…

Non, ce qui va sans doute marquer l’auditeur c’est la vitesse d’exécution proposée ici : tout laisse à penser que le groupe confond vitesse et précipitation. En voulant jouer très très vite, il en dénature son image et se dessert. Quand on retrouve avec plaisir un "Deadnight Warrior", il faut bien reconnaître que c’est quand même le bordel sur les soli ! La section rythmique semble clairement dans son coin, quand les gratteux tentent de poursuivre leurs partitions dans une battle vaine avec Warman, comme de coutume. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre que cela n’était pas avec cet aspect que le groupe se rendait service : les dissonances de "Are You Dead Yet?" en prennent un coup (ça pique les oreilles) pour ne citer que cette illustration de mon propos.
On pourra noter l’absence quasi totale d’interaction entre le groupe et le public : deux/trois "Thank you" et c’est quasi tout. Dans ma mémoire, Alexi était un bavard et je ne peux pas imaginer qu’il en soit autrement : le mixage final a donc dû consister en un montage drastique, axé uniquement sur la prestation musicale, dénaturant encore un peu plus l’esprit d’une captation live.

CHILDREN OF BODOM termine ainsi son aventure, incapable de surmonter la lutte de son leader/frontman face à ses démons... lesquels le rattraperont très/trop rapidement à la suite de la disparition officielle du groupe. C’est un Live à l’image du combo : inégal, parfois raw mais plutôt sincère. Si je savais qu’il allait me foutre encore une fois un coup au moral, "A Chapter Called Children Of Bodom" est un testament-hommage à un véritable artiste, un musicien qui aura marqué une génération de metalleux.

Note réelle : entre 2,5 à 3,5/5, avec la saleté de poussières dans l’œil… en fonction de mes écoutes.

Top : des souvenirs… Et comment ne pas savourer "Needle 24/7", "Every Time I Die", "Follow The Reaper" une dernière fois ?

A lire aussi en BLACK MÉLODIQUE par FENRYL :


CHILDREN OF BODOM
Hate Crew Deathroll (2003)
La fin de la triplette magique !

(+ 2 kros-express)



RIMFROST
Veraldar Nagli (2009)
Voyage épique et bien plus...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Alexi Laiho (chant, guitare)
- Janne Warman (claviers)
- Henkka Seppälä (basse)
- Jaska Raatikainen (batterie)
- Daniel Freyberg (guitare)


1. Under The Grass And Clover
2. Platitudes And Barren Words
3. In Your Face
4. Shovel Knockout
5. Bodom Beach Terror
6. Everytime I Die
7. Halo Of Blood
8. Are You Dead Yet?
9. Blooddrunk
10. I Worship Chaos
11. Angels Don’t Kill
12. Follow The Reaper
13. Deadnight Warrior
14. Needled 24/7
15. Hate Me
16. Hate Crew Deathroll
17. Lake Bodom
18. Downfall



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod