Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Sentenced, Sinergy, Children Of Bodom, The Black League , Catamenia, The Mist And The Morning Dew, Thy Serpent, Finntroll, Rapture, Abhorrence, Draugnim, Astaroth, Legenda, Shape Of Despair, Hellfest Open Air Edition
- Style + Membre : Beherit, Barathrum

IMPALED NAZARENE - Road To The Octagon (2010)
Par T-RAY le 4 Janvier 2018          Consultée 648 fois

2010. IMPALED NAZARENE a vingt ans. D’âge mental, beaucoup moins, mais tant mieux, c’est comme ça qu’on l’aime, la bande à Mika Luttinen : attardée. Le temps qui passe n’a pas vraiment prise sur la dinguerie du groupe finlandais. D’ailleurs, sur ce onzième album (déjà onze !), il régresse. Vraiment. Et dans bien des sens du terme. D’abord au niveau du personnel. Depuis plus de dix ans, avant même le passage à l’an 2000, en l’occurrence, la formation d’Oulu comptait cinq membres. Avec "Road To The Octagon", le quintette est redevenu quartette. Guitare. Basse. Batterie. Chant. Enfin, chant… Screams de dément, plutôt ! La petite histoire (tout en clichés) du Rock – et du Metal, par extension – veut que plus petit le groupe est, plus directe est sa musique. On pourra discuter longtemps des torts et des raisons de cette idée reçue, toujours est-il qu’avec IMPALED NAZARENE… Elle se vérifie !

Franchement, le Nazaréen Empalé n’avait plus été aussi direct et franc du collier depuis le punkissime "Rapture"… en 1998 ! Non pas qu’il se soit adonné au Prog entre temps, hein ? Mais de "Nihil" à "Manifest", le combo avait sans cesse tâché de varier les plaisirs, trouvant toujours le temps de s’appesantir sur un morceau ou deux pour poser des ambiances délétères, au milieu de bonnes vieilles speederies vaguement Rock’N’Roll ou bien Punk. On pourrait croire d’ailleurs qu’il nous refait le coup sur "Cult Of The Goat", avec son intro toute en basse clean… Mais non, derrière, IMPALED NAZARENE envoie le pâté comme jamais. En mode Black Metal. "Road To The Octagon" est l’album le plus Black des Finlandais depuis "All That You Fear"… Voire depuis "Suomi Finland Perkele" ! Si ça n’est pas aussi de la régression, ça, je ne sais pas ce que c’est…

On avait presque perdu l’habitude d’entendre un IMPALED NAZARENE aussi Black aussi longtemps sur un album studio. Alors on est ravi de retrouver "Slutti 666" et son gang aussi noirs dans leur cœur, dans leur tête et dans leur musique. Entendre son "Nuclear" Metal s’incarner aussi fortement dans des titres comme le vindicatif "Enlightenment Process", les ultra brutaux "The Day Of Recknoning", "Tentacles Of The Octagon", "Silent And Violent Type" et "Execute Tapeworm Extermination", ou encore l’ultime "Rhetoric Infernal", purs brûlots de Black Metal décérébré, c’est presque jouissif. Ah ça n’est pas finaud, j’en conviens, mais ça fait du bien à entendre. Quoique le morceau terminal tente, au détour de quelques breaks ou en son cœur plus mid-tempo, de nous faire croire que le disque va se conclure au calme, mais c’est un faux-semblant.

Aucune chance que "Road To The Octagon" ne s’achève comme son prédécesseur, "Manifest", sur une note pernicieuse. Aucune chance qu’il fasse preuve d’autant de mesure, non plus. "Manifest" était un travail d’équilibre, entre atmosphères poisseuses et élans de violence subits, entre crachats soniques à 220 bpm et tempi moyens et sournois. Sur "Road To The Octagon", en revanche, même lorsque IMPALED NAZARENE change un peu son fusil d’épaule, quitte un peu le Black Metal pour proposer autre chose, il le fait à fond. Ainsi, le très Thrash "Corpses" est hyper rapide également. Le seul morceau indéniablement Punk, "Convulsing Uncontrollably", porte admirablement son nom car il est agité d’une frénésie incontrôlable. Le combo finlandais ne sait plus ralentir, encore moins s’arrêter !

Dernier exemple de la régression assumée d’IMPALED NAZARENE sur "Road To The Octagon", "Under Attack" offre une énième suite aux différents "Angel Rectums" déclinés par le groupe au fil de sa carrière. C’est un peu son "The Unforgiven" à lui… En bien moins sensible et poétique, toutefois. Vient cependant le moment de reconnaître une réalité concernant ce onzième opus studio : il est foutrement monolithique et pas varié pour deux sous. On l’écoute d’une traite parce que Mika et ses potos sous vodka ont eu le bon goût de limiter sa durée à tout juste plus de trente minutes. Et parce que chaque titre, au fond, a ce petit quelque chose qui fait qu’on prend plaisir à l’écouter. Mais il est bien difficile de voir en "Road To The Octagon" une pierre angulaire de la discographie des Finlandais. Une belle tuerie, c’est certain. Un carnage mémorable, quand même pas.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique




IMPALED NAZARENE
Death Comes In 26 Carefully Selected Pieces (2005)
Impaled nazarene comme un poison dans l'eau


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Mika 'slutti 666' Luttinen (vocaux)
- Tomi 'ug' Ullgrén (guitares)
- Mika 'arc Basstard' Arnkil (basse)
- Reima 'repe Misanthrope' Kellokoski (batterie)


1. Enlightenment Process
2. The Day Of Reckoning
3. Corpses
4. Under Attack
5. Tentacles Of The Octagon
6. Reflect On This
7. Convulsing Uncontrollably
8. Cult Of The Goat
9. Gag Reflex
10. The Plan
11. Silent And Violent Type
12. Execute Tapeworm Extermination
13. Rhetoric Infernal



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod