Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ÉPIQUE MÉDIÉVAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Grylle

VÉHÉMENCE - Par Le Sang Versé (2019)
Par T-RAY le 5 Août 2019          Consultée 2582 fois

Ah, l'endurance. C'est une qualité physique qui s'acquiert, qui se travaille, qui s'améliore au fil du temps et de l'entraînement. L'endurance, c'est le mot-clef de ce deuxième album de VÉHÉMENCE, un disque toujours aussi axé sur le côté épique et guerrier. Peut-être encore plus que le premier, sorti en 2014. L'endurance que démontre le groupe angevin sur cet opus, c'est l'endurance du fantassin en campagne, voué à cheminer de camp retranché en champ de bataille, devant faire face à toutes les conditions climatiques et de terrain, en optimisant toutefois son énergie pour affronter ses adversaires en toutes circonstances. C'est l'endurance du destrier, que le chevalier conduit à l'assaut à plusieurs reprises, puis à la poursuite de l'ennemi en pleine débandade. C'est l'endurance de l'archer, obligé de bander son arc toujours aussi fort de manière répétée pour être le plus sûr possible d'atteindre sa cible, généralement mouvante.

L'endurance, c'est l'une des qualités premières de VÉHÉMENCE sur ce nouveau L.P. Affichant quasiment une heure au compteur, c'est une vraie épopée que le groupe nous offre ici. Plus encore qu'en tant qu"Assiégé" sur son premier album, le combo se devait, sur le second, d'atteindre un niveau supplémentaire dans l'endurance maintenant que sa croisade est désormais bien lancée. Et l'endurance main droite du bretteur en chef, Tulzcha, impressionne toujours plus. L'orchestrateur de la musique de la formation nous offre ici de purs moments de bravoure guitaristique Black Metal, épiques à souhait et qui s'étendent et s'étirent comme une colonne en pleine attaque, sans jamais vouloir s'interrompre. Les élans de tremolo picking dont cet album est garni sont parmi les plus durables, les plus spectaculaires et les plus accrocheurs qu'il m'ait été donné d'entendre ces dernières années.

Sur les tueries que sont "Épopée - Par Le Sang Versé" et "La Sorcière Du Bois Lunerive", doublette meurtrière qui ouvre les hostilités et dépasse les dix-neuf minutes au total, le guerrier de la six-cordes démontre amplement ses qualités de performer. Une endurance heureusement matchée par celle de l'artilleur autrichien Thomas Leither, qui remplace pour le mieux la boîte à rythme qui jouait le rôle de batterie sur "Assiégé" ; la musique de VÉHÉMENCE gagne de ce fait en feeling et en authenticité. Tulzcha démontre surtout, et plus qu'amplement cette fois, son talent de composition, qui s'est affûté sérieusement en cinq ans. L'enchaînement des deux premières odes est magnifique de puissance, de combativité et d'émotion. Les riffs de guitare sont splendides, catchy à souhait, et lorsque les lignes mélodiques des guitares varient l'une de l'autre et s'entrecroisent, notamment sur "La Sorcière Du Bois Lunerive", la tension dramatique atteint son paroxysme !

Oui, les mélodies qui sortent des mains expertes du leader sont aussi envoûtantes que dévastatrices et celles-ci réclament un abandon total de l'auditeur à leurs superbes élans. Car "Par Le Sang Versé" n'est surtout pas une œuvre à écouter distraitement ! Forte d'une durée conséquente et de morceaux riches, variés mais longs eux aussi, elle exige de se plonger entièrement dans les mythes et légendes moyenâgeux que nous conte VÉHÉMENCE. Des histoires aux relents de folklore régional qui ne s'attachent pourtant à aucune région précise, sinon celles qui se dessinent dans l'imaginaire foisonnant d'Hyvermor, le nouveau vocaliste du groupe, connu dans le Landerneau du Black Metal français pour être la tête pensante d'HANTERNOZ et de GRYLLE, ce dernier projet jetant un pont entre musique médiévale et Metal Noir proprement dit.

Que ce soit dans un registre fondamentalement Black ou dans des moments de scansion tout en voix claire, l'homme apporte un côté tantôt bestial, tantôt foncièrement humain aux personnages qui habitent les six morceaux chantés de ce deuxième album. Il suffit d'entendre ses vocaux sur la deuxième partie de "L'Étrange Clairière" pour le mesurer. Le dyptique qu'elle conclut est d'ailleurs l'un des moments forts du disque. Un dyptique entamé avec une superbe première partie instrumentale et entièrement acoustique, sur laquelle brillent le psaltérion et la flûte joués par le même Hyvermor. Les instrumentaux, parlons-en : loin de nuire au rythme où à la structure de l'opus, ils lui offrent au contraire de quoi respirer à pleins poumons et un souffle supplémentaire. Ceux-ci sont riches d'une variété d'instruments remarquable, qui viennent tous avec parcimonie distiller leurs sonorités au gré des inspirations de Tulzcha, principal compositeur.

Lui-même bassiste, claviériste et flûtiste, le multi-instrumentiste a aussi convié sur cet album des musiciens pratiquant des instruments s'intégrant à merveille au style VÉHÉMENCE, notamment le nyckelharpa, cet instrument traditionnel suédois à cordes frottées qui donne ce côté médiéval très prononcé à "L'Étrange Clairière : Partie I". Mais le nyckelharpa, c'est pour le réconfort. L'effort, celui du guerrier, c'est sur "La Dernière Chevauchée" qu'on le (re)trouve. Un titre sur lequel ce sont les cuivres qui se dévoilent, martiaux et ne manquant pas d'évoquer dans mon esprit un autre morceau de bravoure épique venu d'Autriche, le "Across The Screaming Tide" de SUMMONING, même si VÉHÉMENCE ne s'en remet pas aux synthés sur ce morceau pour simuler trompette, bugle et saxhorn.

Le deuxième album de VÉHÉMENCE respire l'authenticité, dans sa composition, dans son interprétation, dans la production, puissante, tranchante et équilibrant subtilement les différents instruments, même si ce sont bel et bien les guitares qui, bien mises en avant, restent les armes principales de la conquête menée par le groupe angevin. Des guitares que l'on suit, plein d'enthousiasme, comme le soldat de jadis suivait l'épée brandie de son commandant au moment de donner l'assaut. Ce qui n'empêche pas VÉHÉMENCE d'accuser un peu le coup à mesure que s'approche la fin de sa campagne. L'endurance, cette fois, lui fait quelque peu défaut au moment d'attaquer le dernier quart d'heure de l'album. Parce que "Passage Dans Les Douves" et "La Fronde Des Anges", bien que toujours d'une grande intensité, ne sont pas aussi mémorables que les morceaux qui les précédent.

Moins constants et paraissant moins couler de source que les autres pièces de l'œuvre, qui faisaient mouche à l'envoi de chaque nouveau riff, ces deux morceaux prouvent que VÉHÉMENCE n'est pas infaillible… Et qu'il n'a peut-être pas encore délivré son magnum opus. Car ce n'est qu'à l'approche de ses deux dernières minutes que "Passage Dans Les Douves" redevient irrésistible, après une première partie moins inspirée sur laquelle le chant Black d'Hyvermor rappelle, de loin, celui de RMS Hreidmarr dans ANOREXIA NERVOSA. Une proximité involontaire, c'est certain, mais qui dépareille des autres passages où Hyvermor hurle Black. Quant à "La Fronde Des Anges", morceau le plus Heavy Metal de l'album – mais un Heavy Épique, attention – ses deux parties bien distinctes, la première avant le break acoustique, la deuxième après, paraissent insuffisamment liées pour donner le sentiment de n’être les faces que d’une seule et même pièce.

Mais ce coup de mou tardif était bien là la seule chose qui pouvait prévenir VÉHÉMENCE de conquérir toutes les étoiles du ciel crépusculaire NIMien, car l'opus dans son ensemble n'est pas très loin du sans-faute. Et au rythme où va le projet de Tulzcha, on ne voit pas très bien ce qui pourrait l'empêcher de décrocher la Lune, lorsque ce héraut émérite du Black Médiéval nous reviendra pour une troisième magnifique et épique fresque guerrière.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


GORGOROTH
Destroyer (1998)
L'académie des neuf




AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique


Marquez et partagez






 
   T-RAY

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Tulzcha (guitares, basse, claviers, flûte)
- Hyvermor (vocaux, flûte, psaltérion)
- Thomas Leitner (batterie)
- Erik Val De Rance (nyckelharpa)
- Lazareth (trompette, bugle, saxhorn)
- Griesche (vocaux féminins)


1. Épopée - Par Le Sang Versé
2. La Sorcière Du Bois Lunerive
3. L'Étrange Clairière: Partie I (instrumental)
4. L'Étrange Clairière: Partie Ii
5. La Dernière Chevauchée
6. Le Sous-bois, à Trois Lieues Du Château (instrumen
7. Passage Dans Les Douves
8. La Fronde Des Anges



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod