Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/PUNK/ROCK'N'ROLL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Sentenced, Sinergy, Children Of Bodom, The Black League , Catamenia, The Mist And The Morning Dew, Thy Serpent, Finntroll, Rapture, Abhorrence, Draugnim, Astaroth, Legenda, Shape Of Despair, Hellfest Open Air Edition
- Style + Membre : Beherit, Barathrum

IMPALED NAZARENE - Absence Of War Does Not Mean Peace (2001)
Par T-RAY le 24 Novembre 2017          Consultée 850 fois

"Absence Of War Does Not Mean Peace". Soit. Mais même dans les périodes de conflit latent, larvé, les bonnes gens savent s’amuser. Ce disque, c’est un peu la Drôle de Guerre d’IMPALED NAZARENE. Cette période de l’Histoire de France où l’on savait qu’une attaque allemande pouvait survenir, mais où l’on restait assez insouciant parce que la Ligne Maginot. L’insouciance est un esprit qui colle assez bien à ce septième album de la bande à Mika Luttinen. C’est un disque léger, où l’on peut même danser, si le cœur nous en dit. Un Jive, par exemple. Un Jive ultra sportif, évidemment, on parle d’IMPALED NAZARENE, quand même ! Mais des morceaux tels que "The Lost Art Of Goat Sacrificing", "Hardboiled And Still Hellbound", "Into The Eye Of The Storm" ou "Via Dolorosa" sont presque dansants et respirent… Le Rock’N'Roll !

Oui, cet album est fun, et donne envie de taper du pied et de secouer la tête en cadence avec la batterie de Reima Kellokoski (pardon, "Repe Misanthrope") et la basse de Mika Arnkil (euh, "Arc v 666"). Deux instruments particulièrement audibles sur ce septième opus studio (enjoy "The Lost Art…" et "Humble Fuck Of Death", entre autres), et qui ont le mérite de bien swinguer. Bien sûr, le Rock’N'Roll qui se distingue ici est à ranger dans les versions plus extrémistes dérivées d’un MOTÖRHEAD, par exemple. Rappelez-vous : Lemmy disait toujours ne jouer que du Rock’N'Roll, et rien d’autre. Eh bien IMPALED NAZARENE nous présente ici sa conception du Rock’N'Roll : toujours inspirée du Malin (comme le Rock l’est depuis sa naissance), toujours irrévérencieuse ("The Madness Behind" et ses paroles WTF!), mais forcément percutante.

Percutante comme du Punk, aussi. Car il ne faut pas croire que les Finlandais oublient ici leur genre de prédilection, qui n’est pas le Black Metal – heureux ceux qui le croient encore, qu’ils écoutent "Absence Of War..." pour se consoler – mais le Punk, évidemment. Ce Punk qui accompagne IMPALED NAZARENE depuis toujours, qui guide les pas de Mika lorsqu’il écrit et compose. Ce Punk qui nous pète gentiment à la tronche sur des titres comme "Prequel To Bleeding (Angels III)", "Humble Fuck Of Death" et "Nyrkillä Tapettava Huora". Gentiment, oui, car nous n’avons pas droit, ici, à la furie de "Rapture" ou à la hargne de "Manifest". Ce disque est même l’occasion pour IMPALED NAZARENE de capitaliser un minimum sur l’influence mélodique qu’a pu avoir Alexi Laiho lors de son court passage dans la formation ("Hardboiled And Still Hellbound", encore, et le solo de "Nyrkillä Tapettava Huora").

À côté de cela et par la force des choses, lorsque IMPALED NAZARENE veut se montrer plus méchant, eh bien… Ça tombe à plat. Ben oui, pendant les trois quarts de l’album, le gang d’Oulu nous égaie à coups de rythmiques Rock’N'Roll, avec des paroles drolatiques, mais sans le côté sulfureux de "Nihil", "Rapture" ou même "Ugra Karma"… Comment veut-il que quiconque le prenne au sérieux ? Ainsi l’ultra bref "Satan Wants You Dead" et le mid-tempo au texte revanchard "Never Forgive" ne laissent aucune impression mémorable, et s’avèrent loin d’exciter tout esprit vengeur chez l’auditeur. La loi du Talion qu’évoque le morceau n’est qu’un concept lointain pour qui se plonge dans "Absence Of War Does Not Mean Peace" puisque, de par son ambiance endiablée, il procure plutôt des envies de fraternisation que d’opposition. Un comble, non ?

En gros, IMPALED NAZARENE loupe à moitié son coup avec ce disque. Lui qui voulait nous transmettre l’idée que la paix n’implique pas qu’aucun conflit n’existe, présente ici un disque pas vraiment guerrier, relativement apaisé, dynamique et… Joyeux ! Hahaha, on aura tout vu ! Ou tout entendu, plutôt. Oubliez les cartouches de la pochette, considérez davantage la donzelle. De ses charmes charnels, elle a atténué la violence et la hargne de "Slutti666" et compagnie. Si même lui se rebaptise en pute du diable, c’est qu’il se dévoie en partie. À travers cette volonté de séduire le passant du Metal Extrême, le curieux attiré par le soufre de l’interdit, à coups de sonorités moins violentes qu’auparavant, trop sages en tout cas, IMPALED NAZARENE a commis son disque le plus accessible, le plus immédiatement assimilable par la communauté Metal – voire Rock – dans sa majorité. Pas tout à fait l’esprit du groupe. Mais fort appréciable tout de même.

A lire aussi en BLACK METAL par T-RAY :


AETERNUS
...and So The Night Became (1998)
Profondément épique




IMPALED NAZARENE
Rapture (1998)
No future but rapture


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Mika "Slutti666" Luttinen (vocaux) (vocaux)
- Jarno "Onraj 9mm" Anttila (guitare)
- Mika "Arc V 666" Arnkil (basse)
- Reima "Repe Misanthrope" Kellokoski (batterie)
- Teemu "Somnium" Raimoranta (guitare)


1. Stratagem
2. Absence Of War
3. The Lost Art Of Goat Sacrificing
4. Prequel To Bleeding (angels Iii)
5. Hardboiled And Still Hellbound
6. Into The Eye Of The Storm
7. Before The Fallout
8. Humble Fuck Of Death
9. Via Dolorosa
10. Nyrkyllä Tapettava Huora
11. Never Forgive
12. Satan Wants You Dead
13. The Madness Behind



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod