Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD MÉLODIQUE GRUNGY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Fiore, Nelson, Triumph, Mr. Big, Extreme
- Membre : Blind Vengeance
 

 Site Officiel (230)
 Myspace (167)

HAREM SCAREM - Big Bang Theory (1998)
Par JEFF KANJI le 8 Octobre 2017          Consultée 409 fois

Rapidement de retour après un "Karma Cleansing" à peine plus rassurant que "Voice Of Reason", HAREM SCAREM ne peut plus guère compter que sur le marché de son pays et surtout sur le Japon pour maintenir un tant soit peu ses chiffres de vente qui ne cessent de dégringoler. Fort heureusement pour eux, les musiciens sont très occupés, notamment Harry Hess avec ses activités de producteur, ce qui lui permet sans doute de joindre les deux bouts. "Big Bang Theory" sort ainsi à peine un an après "Karma Cleansing" et comme ce dernier, les versions canadiennes et japonaises n'auront pas la même tracklist…

Au moins l'album n'a pas changé de nom entre temps ("Karma Cleansing" avait été renommé "Believe" pour le marché japonais et le groupe fera encore mieux avec l'album suivant qui sortira avec le même titre, mais avec un nom de groupe différent pour les deux pays). HAREM SCAREM ne nous facilitera décidément jamais la tâche et malgré ses errements proposera toujours de la musique quelles que soient les conditions, et ce jusqu'à son split en 2009, avec notamment une discographie live particulièrement fournie pour un groupe de sa stature.

Mais venons-en aux faits. "Big Bang Theory", sorti à peine un an après son prédécesseur, est fait du même bois, même si on peut observer que le groupe cherche une nouvelle fois à moderniser le son. C'est ainsi qu'on se retrouve avec des petits beats Electro réchappés d'une obscure compilation d'Eurodance sur des titres comme "Wasted Time" qui n'avaient clairement pas besoin de ça. On peut reconnaître à HAREM SCAREM la capacité de marier les arrangements avec finesse, mais honnêtement cela désoriente l'auditeur plus qu'autre chose.

L'album est relativement homogène en qualité, contrairement à son aîné, mais là où ce dernier parvenait à proposer de bons titres aux mélodies fédératrices, "Big Bang Theory" reste moyen tout du long, si bien qu'on en vient presque à se demander s'il est foncièrement meilleur que "Voice Of Reason". Et franchement, c'est subtil. Car comme celui-ci, il est homogène, avec une espèce de volonté de rester à la page qui est un vrai boulet pour le groupe. Le titre d'ouverture "Turn Around" est symptomatique. Son phrasé tente d'en faire une mélodie ancrée dans les nineties. L'efficacité est là mais sous valium. De même "Wasted Time" essaie de marier guitares Grunge et beats Dance…

Comme HAREM SCAREM ronronne, il ne peut guère espérer s'extirper de la masse. Durablement marqué par le son d'ALICE IN CHAINS et SOUNDGARDEN, Pete Lesperance opte pour un son corrosif, bien loin des standards Hard FM des premiers disques. Je ne peux pas dire franchement grand-chose si ce n'est que la section rythmique est honteusement sous-exploitée et que ça joue du Rock pépère tout juste bon à servir de générique pour Friends (presque trop mou pour Smallville et à peine trop pour Charmed).

Les compositeurs du groupe soignent les mélodies, les structures, mais tout cela reste d'une platitude assez affligeante, même si on décèlera des bonnes idées à droite à gauche comme sur "Without You" qui nous rappelle qu'HAREM SCAREM, quand il est pleinement inspiré, peut se révéler tout à fait irrésistible. C'est donc bien quand la formation canadienne cesse d'aller lorgner sur la scène de Seattle (moribonde puis longtemps) qu'elle retrouve un semblant de panache. Sur "Climb The Gate" le groupe ne se pose pas de questions et Harry Hess est nettement plus convaincant.

Bref vous l'aurez compris, si "Karma Cleansing" semblait un poil meilleur, "Big Bang Theory" redescend au niveau ultra moyen de "Voice Of Reason"… HAREM SCAREM est-il perdu définitivement ?

A lire aussi en GRUNGE :


STONE TEMPLE PILOTS
Shangri-la Dee Da (2001)
Les derniers feux d'une imposture




PEARL JAM
Live In Atlanta (1994)
Grunge


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Harry Hess (chant, guitare)
- Pete Lesperance (guitare, chœurs)
- Barry Donaghy (basse, chœurs)
- Darren Smith (batterie, chœurs)


1. Turn Around
2. Wasted Time
3. So Blind
4. Without You
5. Climb The Gate
6. What I Do
7. Sometimes I Wish
8. New Religion
9. Lying
10. In My State Of Mind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod