Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  DVD

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Mystic Prophecy, Firewind, Nightrage, Headspace, Snakecharmer, Revolution Saints, Dream Evil, Metallica, Faith No More, Arch Enemy, Zakk Wylde , Pride & Glory, Alice In Chains, Black Label Society, Infectious Grooves, Quiet Riot, Uriah Heep, Rainbow, MÖtley CrÜe
- Style + Membre : Msg, Black Sabbath
 

 Site Officiel (588)

Ozzy OSBOURNE - Speak Of The Devil (1982)
Par METALINGUS le 22 Mai 2017          Consultée 629 fois

Quelques fois, dans le merveilleux monde du Metal, on aime se compliquer la vie. Prenez par exemple le cas de "Speak Of The Devil" : il y a la version CD et DVD, mais celles-ci sont complètement différentes ! Le format CD regroupe exclusivement des morceaux de BLACK SABBATH et est sorti un mois seulement avant le "Live Evil" d’Iommi et sa bande. Un moyen comme un autre pour Ozzy de couper l’herbe sous le pied de ses anciens comparses. Concernant le format DVD, il s’agit d’une représentation classique d’un spectacle d’Ozzy avec le même line-up que son représentant CD. Au départ, il est sorti uniquement au Japon avant de finalement faire son apparition en 2012 un peu partout à travers le monde. Pour moi, "Speak Of The Devil" version DVD est fort intéressant pour plusieurs raisons qu’il me fera plaisir de vous raconter…

Premièrement, les circonstances de l’enregistrement sont très particulières. La mort tragique du guitariste Randy Rhoads pendant la tournée "Diary Of A Madman" venait tout juste d’arriver. C’est tout le monde qui est en deuil, le charismatique chanteur en premier lieu. Sharon le motivera néanmoins à continuer et terminer la tournée. C’est donc Brad Gillis de NIGHT RANGER qui assure le remplacement au poste de guitariste. La section rythmique est représentée par l’excellent duo de Rudy Sarzo et Tommy Aldridge. On peut dire ce que l’on veut sur Ozzy, mais il a toujours su bien s’entourer. Le pianiste Don Airey en uniforme de moine vient compléter le groupe sur scène.

Parlant de celle-ci : elle est immense ! Décorées dans le style moyenâgeux, deux grandes tours sont exposées jusqu’au sommet. Le pianiste performe sur l’une des deux « fenêtres » de la tour. Une grande pyramide est au milieu afin d’y mettre la batterie sur le dessus. Pour terminer, il y a une ouverture à la base de la pyramide d’où sortira notre « madman » préféré afin de faire quelques effets pyrotechniques. Dans la section « personnel additionnel », un sympathique nain surnommé « subtilement » Ronnie (en l’honneur de son remplaçant chez SABBATH) fait son apparition de temps à autre afin de servir à boire au « Prince Of Darkness ». Maintenant que la scène a été expliquée, place à la musique !

Le spectacle commence avec l’intro de "Diary Of A Madman" où la scène s’éclaire tranquillement jusqu’à ce que les projecteurs soient placés sur Ozzy reposant sur un trône. Il se lèvera par la suite, tenant une croix qu’il jettera au sol avec un large sourire. Un effet symbolique tout de même très puissant. La première chanson qui ouvre le bal est la très puissante "Over The Mountain". Effets pyrotechniques dès les premières notes, l’homme-grenouille qui déchire son chandail, le groupe de soutien qui headbangue comme jamais : on peut dire que tout est mis en place pour nous faire passer une excellente soirée. Mais voilà, dès les premières paroles, on s’aperçoit que la voix d’Ozzy a un très gros problème : elle a été retouchée en studio. Bien entendu, ce genre de pratique est très courant dans le monde musical. On le fait généralement afin d’enlever quelques imperfections ou tout simplement pour améliorer quelques notes. Néanmoins, dans le cas qui nous intéresse, on ne parle pas de retouche mais bien de repartir de zéro ! Même la synchronisation avec la bouche n’est pas toujours bonne : par moments, le chant continue alors que notre ami a arrêté de chanter laissant ainsi l’immersion en prendre un coup. C’est d’autant plus dommage puisque du côté musical c’est un sans reproche : quelques fausses notes ici et là mais rien de majeur. Je pense même que rien n’a été modifié de ce côté.

Si on en revient au spectacle, c’est une véritable transformation pour Ozzy sur le plan performance par rapport à ce qu’il faisait chez BLACK SABBATH : il divertit la foule, saute un peu partout et tente de faire chanter les spectateurs à plusieurs reprises. Si son look peut paraître un peu ridicule aujourd’hui (Ozzy en blond ?), il faut dire que c’était la mode à l’époque. Moment charnière du spectacle, tout juste avant le début de "Goodbye To Romance", le nain est « pendu » à plusieurs mètres de hauteur. Pour l’anecdote, celui-ci avait confié à Ozzy qu’il traînait avec lui un canif au cas où il s’étoufferait pour de vrai et qu’il aurait besoin de couper la corde. Malheureusement, il n’avait sûrement pas pris en considération la hauteur à laquelle serait la chute…

La tracklist est vraiment excellente, avec un net penchant pour les titres en carrière solo comme "Mr Crowley", "Crazy Train", "Flying High Again", etc. Les trois derniers titres du spectacle sont réservés aux succès de BLACK SABBATH avec "Iron Man", "Children Of The Grave" et bien sûr "Paranoid". Si on ajoute à tout ça un solo de guitare et de batterie, on a le droit à un spectacle typique de ce que faisait le « Prince Of Darkness » à cette époque. Malheureusement, la performance est plutôt courte : seulement 75 minutes. Tout ça est donc très bref, surtout lorsqu’on connaît le répertoire musical qu’Ozzy possède. Lorsqu’on retourne au menu, on s’aperçoit assez vite qu’aucun bonus n’est disponible. Puisque le DVD n’était pas supposé être vendu à grande échelle, on peut se montrer plus indulgent.

À une époque où les enregistrements de spectacle n’étaient vraiment pas chose courante, "Speak Of The Devil" fait office de pionnier dans le genre. Peu de captations ont été faites concernant les spectacles des années 80 pour notre homme-grenouille préféré. De plus, si on prend en considération le contexte de l’époque, on comprend vite pourquoi cette captation était si importante. Bien que je salue la performance non seulement du principal intéressé, mais également de son groupe, je ne peux passer à côté des retouches studios qui apportent à l’ensemble de l’œuvre un arrière-goût de fausseté sans égal. Si on ajoute un DVD plutôt court et sans bonus, on comprend vite pourquoi "Speak Of The Devil" n’était destiné au départ qu’au public asiatique. Néanmoins, il s’agit d’un passage obligé pour tout fan d’Ozzy OSBOURNE puisqu’elle témoigne d’une époque très importante dans sa vie.

Titre préféré : "Crazy Train".

A lire aussi en HEAVY METAL par METALINGUS :


FIVE FINGER DEATH PUNCH
The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell 1 (2013)
Le syndrôme "Load"/"Reload" ?




METALLICA
Quebec Magnetic (2012)
METALLICA dans son château fort


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Ozzy Osbourne (chant)
- Brad Gillis (guitare)
- Rudy Sarzo (basse)
- Tommy Aldridge (batterie)
- Don Airey (piano)


1. Over The Mountain
2. Mr. Crowley
3. Crazy Train
4. Revelation
5. Steal Away
6. Suicide Solution
7. Guitar/drum Solo
8. Goodbye To Romance
9. I Don't Know
10. Believer
11. Flying High Again
12. Iron Man
13. Children Of The Grave
14. Paranoid



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod