Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Time Requiem, Majestic, Virtuocity, Manigance, Narnia, Roland Grapow , Impelliteri, The Reign Of Terror , Kenziner, Concerto Moon, Double Dealer
- Membre : Wami, Judas Priest, Loudness, Dio, Alcatrazz, Doogie White & La Paz, Dokken, Msg, Swedish Erotica, Fatal Force, Deep Purple, Black Country Communion
- Style + Membre : Rainbow, Ring Of Fire, Axel Rudi Pell , Royal Hunt, Stratovarius
 

 Baroque And Loud (1749)
 Myspace (355)
 Site Officiel (433)

Yngwie MALMSTEEN - World On Fire (2016)
Par DARK SCHNEIDER le 7 Novembre 2016          Consultée 3277 fois

Ça monte... Ça descend... Ça monte... Ça descend... Encore, encore et encore... Haut du manche, bas du manche, des graves aux aigus, les doigts d'Yngwie Malmsteen continuent toujours de courir partout sur le manche à la vitesse de l'éclair. Oui, ça monte et ça descend : comme un ascenseur. C'est ça la musique d'Yngwie MALMSTEEN dans les années 2010 : de la musique d'ascenseur. Toujours techniquement très impressionnant, mais pas surprenant, le monde de la six-cordes n'ayant jamais eu autant de shreddeurs que de nos jours, c'en devient aussi banal qu'un gratte-ciel en Asie... Pourtant Yngwie a toujours ce touché de guitare si caractéristique, ce son assez sauvage bien différent des shreddeurs ultra proprets... Oui mais ça ne suffit plus. Yngwie, il n'y a pas que le sweeping dans la vie.

Mais Yngwie s'en fout. Il a beau voir sa fan base s'éroder, la remise en question il s'en tape. Si "Spellbound" laissait entrevoir de façon fugace quelques relents d'inspiration, il n'en est plus question ici. On reprend donc exactement les mêmes éléments : une masse salariale réduite à la portion congrue (trop cher de verser un salaire à un vocaliste digne de ce nom), un format d'album évoquant le premier opus (11 pistes dont seulement 3 comprennent du chant), un son identique... Aucune évolution en 4 ans, certes, le guitariste nous avait habitués à sortir des albums jumeaux, mais dans des laps de temps beaucoup plus courts !

Alors, y a-t-il quelque chose à retenir de ce "World On Fire" ? En premier lieu, je dirais le morceau "Soldier". Rien d'exceptionnel mais il se laisse bien écouter. Le refrain n'est pas trop mal, les effets d'écho sur les lignes de chant du couplet sont amusants. Le title track tient à peu près la route même si ça reste très convenu et sinon... euh... Je cherche, je cherche. Non, vraiment il n'y a rien d'intéressant à dire sur les nombreux instrumentaux qui émaillent cet album inutile. Nous avons droit à une énième démonstration de sweeping (essentiellement) et autres techniques de guitares athlétiques à la portée émotionnelle proche du néant. "Top Down, Foot Down" semble vouloir faire office de moment fort, mais sa mélodie principale on l'a déjà entendue cinquante fois... en mieux. Histoire de varier le propos, certains titres jouent la carte de l'apaisement, avec des tempos un peu plus cool. En la matière, "Nacht Musik" constitue une fin de disque honorable... Ça reste maigre.

On notera d'ailleurs que la durée moyenne des morceaux est assez courte, accentuant ce sentiment que MALMSTEEN n'a plus grand chose à dire pour faire durer ses discours. Qu'il semble loin le temps des fresques baroques et épiques à la "Leonardo" (ah bah oui, il a près de 20 ans ce titre !). Courte durée des morceaux, courte durée de l'album : c'est son moins long disque (le Concerto mis à part) depuis "Trilogy" ! Ce qui est d'ordinaire plutôt une qualité trahit ici un manque d'inspiration évident. Et vocalement, cela reste décevant. Le sieur n'est pourtant pas dépourvu de capacités intéressantes, bien au contraire. Il l'avait largement prouvé par le passé. Il signe d'ailleurs quelques lignes de chant assez hargneuses, sur "Lost In The Machine" notamment. Ce dernier titre se veut d'ailleurs lourd et puissant, mais n'y parvient pas totalement. C'est que malgré quelques bons moments, la voix d'Yngwie n'est elle aussi plus du tout au niveau de ce qu'elle fut. De quoi nous rendre encore plus nostalgique de ses performances sur les bien nommés "Attack" et "Unleash The Fury", c'est triste...

C'est désormais un fait acquis. Les albums d'Yngwie MALMSTEEN n'intéressent plus grand monde  : mal distribués, mal promus (aucune mention de cet album sur son site officiel !), dépourvus d'ambitions... Seul les fans les plus hardcore s'y pencheront vraiment, sans pour autant être aveugles sur la qualité du produit. L'inutilité de ce "World On Fire" est criante, d'ailleurs, a t-on vraiment entendu parler de cette sortie cette année ? Même pas sûr que les rageux anti-MALMSTEEN habituels aient sauté sur l'occasion pour déverser leur bile, l'indifférence, il n'y a pas pire...

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


TOKYO BLADE
Night Of The Blade (1984)
Jamais une lame ne fut aussi bien aiguisée




GRAND MAGUS
Sword Songs (2016)
Né pour la bataille


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Yngwie Malmsteen (guitare, chant, basse, clavier)
- Mark Ellis (batterie)


1. World On Fire
2. Sorcery (instrumental)
3. Abandon (instrumental)
4. Top Down, Foot Down (instrumental)
5. Lost In The Machine
6. Largo In Ebm (instrumental)
7. No Rest For The Wicked (instrumental)
8. Soldier
9. Duf 1220 (instrumental)
10. Abandon (slight Return) (instrumental)
11. Nacht Musik (instrumental)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod