Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Blaze Bayley , Starblind, Katana
- Membre : JohnИy Crash, Johnny Crash

TOKYO BLADE - Midnight Rendezvous (1984)
Par DARK SCHNEIDER le 7 Juin 2015          Consultée 1549 fois

Les premiers faits d'arme de la lame de Tokyo manquaient un peu de tranchant. Il fallait l’affûter d'urgence, afin d'asséner des coups nets et précis, ne laissant aucun quartier. Le samouraï anglais s'y attela consciencieusement mais fermement, afin de se tailler un chemin vers la gloire. "Midnight Rendezvous" (sans tiret, et oui) est le premier fruit de ce labeur : un EP allant droit au but, corrigeant les erreurs de son aîné.

La formule de TOKYO BLADE n'est pas changée outre mesure. Si la pochette prends des atours urbains, elle ne semble a priori être là que pour appuyer la thématique nippone du groupe. Mais dans le fond, les puissants néons et enseignes lumineuses de ce Tokyo nocturne évoquent bien le contenu musical de cet EP : le désir de créer un Heavy (le côté sombre et donc la nuit) tout en urgence et en démonstration (la lumière, l'effervescence urbaine). TOKYO BLADE ne s'est absolument pas calmé sur la vitesse d'exécution qui demeure particulièrement élevée et n'a rien à envier au Speed Metal tout en portant la marque de fabrique typique du Heavy anglais. TOKYO BLADE privilégie à fond l'efficacité. Hormis le title track et son refrain un brin consensuel, cet EP oublie les tentatives ouvertement commerciales (et maladroites) du premier LP pour n'en conserver que l'aspect le plus belliqueux.

Résultat : une réussite incontestable. Tous les morceaux sont d'un très bon niveau. L'amateur de riffs speedés et décapants sera servi, de même que celui qui entre en transe dès que les guitaristes jouent aux héros. Andy Boulton, compositeur attitré du groupe, a quasiment atteint le sommet de son art. Fin technicien, il en met véritablement plein la vue avec ses soli fulgurants. Cet aspect généreux peut d'ailleurs faire penser à un certain LOUDNESS, mais la différence notable est que Boulton ne cherche pas à s'accaparer tous les mérites et laisse donc suffisamment de place à son comparse John Wiggins pour s'exprimer durant des joutes aussi brèves que mortelles.

Parmi les 5 pépites de ce disque (la dernière, "Death On Main Street", n'apparaissant que sur l'édition européenne pressée par Roadrunner), on notera la présence de l'excellent "If Heaven Is Hell" dans une version différent peu de l'originale. En revanche, tout le reste est bien de l'inédit. "Mean Streak" : une intro toute en douceur, simple trompe l’œil avant un tsunami de fureur ; "Highway Passion" : tout aussi véloce et ravageur. "Midnight Rendezvous", avec son intro grandiloquente et son refrain mélodique cherche le single radio, mais son riff ne fait pas dans le compromis. Seul le toujours speedé "Death On Main Street" apparaît comme légèrement en dessous, mais pas déméritant pour autant. Les morceaux sont impressionnants de densité : ça break, ça solote et ça riff dans tous les sens. Et si Andy Wrighton se prend un peu trop pour Steve Harris, on ne pourra que souligner les progrès incontestables d'Alan Marsh. Celui qui délivrait un chant perfectible sur le premier album a grandement pris confiance en lui, la hausse de son niveau vocal est flagrante, ce qui n'est bien sûr pas pour rien dans la qualité de cet EP.
La maison de disque de TOKYO BLADE saisira d'emblée le potentiel de cet EP, en le ressortant immédiatement sous forme de LP en lui greffant la pochette du premier album et une sélection bien choisie de titre de ce dernier, ce qui cependant contribuera à rendre la discographie du groupe un brin confuse.

Rendez-vous concluant pour TOKYO BLADE. On dit que les mauvaises rencontres se font à minuit, ce ne sera en tout pas le cas entre ces Anglais orientalisants et les metalheads.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


SEIKIMA-II
The End Of The Century (1986)
Un classique du Heavy japonais




LOUDNESS
Risky Woman (1986)
Et encore un single qui bute !


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Alan Marsh (chant)
- Andy Boulton (guitares)
- John Wiggins (guitares)
- Andy Wrighton (basse)
- Steve Pierce (batterie)


1. Midnight Rendezvous
2. Mean Streak
3. If Heaven Is Hell
4. Highway Passion
5. Death On Main Street



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod