Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY NEOCLASSIQUE  |  STUDIO

Commentaires (12)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Time Requiem, Majestic, Virtuocity, Manigance, Narnia, Roland Grapow , Impelliteri, The Reign Of Terror , Kenziner, Concerto Moon, Double Dealer
- Membre : Wami, Judas Priest, Loudness, Dio, Alcatrazz, Doogie White & La Paz, Dokken, Msg, Swedish Erotica, Fatal Force, Deep Purple, Black Country Communion
- Style + Membre : Rainbow, Ring Of Fire, Axel Rudi Pell , Royal Hunt, Stratovarius
 

 Baroque And Loud (1714)
 Myspace (319)
 Site Officiel (396)

Yngwie MALMSTEEN - Trilogy (1986)
Par NAUSICA75 le 19 Février 2006          Consultée 13444 fois

En cette année 1986, Yngwie Malmsteen doit confirmer son nouveau statut de star mondiale de la guitare. Le suédois engage un nouveau chanteur sur cet album en la personne de Mark Boals (ex-Ted Nugent), qui possède une voix plus aigue et un peu moins rock que celle de Jeff Soto. Les deux frères Johansson sont fidèles aux postes (claviers et batterie) tandis que le maître se charge bien évidemment des parties de guitare mais aussi de la basse (comme sur beaucoup d'albums d'ailleurs). Cet album, « Trilogy », est concis, 41mn (un des plus courts de sa carrière) avec 9 titres relativement homogènes les uns des autres. A noter la pochette de l'album très « heroic-fantasy » avec Yngwie combattant un dragon avec sa guitare en feu ... Troisième album solo du virtuose venu de la froide Suède, cet album possède une production d'un bien meilleur niveau que ses précédents efforts et des compositions plus réfléchies me semble t'il. Cependant l'album semble légèrement plus commercial que les précédents au niveau des mélodies ainsi que des synthés qui sonnent un peu plus FM. La tournée qui eu lieu après la sortie de l'album fut mouvementée. En effet, Mark Boals quitta le groupe en pleine tournée mondiale à cause d'une bagarre avec Yngwie Malmsteen. Celui-ci aurait été surpris avec la copine de Boals dans une situation délicate (et il ne lui apprenait pas à jouer de la guitare …). Une bagarre suivit entre les deux hommes, ce qui provoqua le départ de Boals, immédiatement remplacé par le chanteur originel de Rising Force, Jeff Scott Soto, le temps de finir la tournée. De plus, les problèmes allaient s'accumuler après cette tournée avec notamment son grave accident au volant de sa jaguar « volante » …

L'album commence avec le premier morceau « You don't remember, I'll never forget » qui deviendra un classique. Repris de nombreuses fois lors de ses tournées mondiales. Gros riff d'entrée accompagné par le synthé de Jens Johansson. Yngwie sort l'artillerie lourde. Déboule Mark Boals au chant et on est surpris par le contraste entre Soto et Boals. Cependant il s'en sort relativement bien. Il est bien mélodique et cela donne à la musique de Malmsteen un coté un peu plus « classique ». Le refrain est tout de suite mémorisable tandis que Malmsteen ralentit le tempo sur le pont pour préparer son solo. Un solo d'anthologie tant la maîtrise de l'instrument semble parfaite. Rien ne semble l'arrêter bien au contraire. On sent dans ce solo un parfait équilibre entre virtuosité, et mélodie. La guitare est lumineuse et Malmsteen nous envoie un déluge de notes. L'intégration de ses soli dans ses morceaux est parfaite. Dans la même veine, « Queen in love » est un hit en puissance. Riff lourd et efficace, bien secondé par les claviers qui sonnent un peu FM. Le refrain est imparable. D'une efficacité redoutable lors des concerts ... Malmsteen applique les mêmes formules avec un superbe pont avant d'entamer un solo tout simplement venu d'ailleurs (peut-être le meilleur solo de l'album). Virtuosité au service de la musique, parties de tapping, tout y passe pour le plus grand plaisir des amoureux de Malmsteen.

On enchaîne sur un rythme plus enlevé avec des titres comme « Liar » et « Fury ». On plonge dans le néo-classique qui est un parfait exemple de ce genre musical et qui influencera un nombre considérable de groupes de métal. Concernant la structure de « Liar », celle-ci semble un peu simple, en tout cas efficace. Le solo, très très neo-classique est vraiment magique. Le suédois est bien secondé par les claviers de Johansson pendant ce solo. Sur « Fury », le chant de Boals fonctionne à merveille tandis que Malmsteen nous terrasse avec des parties de tapping du meilleur effet. Néanmoins le solo proposé n'est pas le meilleur de cet opus, il semble un peu bâclé et seule la virtuosité, et la vitesse d'exécution du Paganini de la guitare semble ressortir. La fin du morceau est de plus très belle.


Malmsteen ne serait pas Malmsteen s'il ne nous proposait pas un morceau instrumental. La chose est faite avec le titre « Crying » où le plus américain des suédois alterne guitare classique et électrique. Un peu poussif sur le début du morceau avec sa guitare classique (la mélodie est cependant très belle), le morceau prend toute son ampleur lorsqu'il sort la guitare électrique de derrière son dos. La mélodie devient majestueuse. Les amateurs de musique tout court seront ravis. Feeling, émotion, virtuosité, mélodie, voici les mots qui caractérisent Yngwie Malmsteen.

Sur « Fire », on lorgne assez largement du coté du FM (présence des synthés). D'une efficacité redoutable, le refrain est entêtant et se prête bien à l'exercice de la scène. Le solo proposé est titanesque, un des tous meilleurs de sa carrière. J'en pleure encore tellement c'est joué remarquablement... On enchaîne avec le remarquable « Magic mirror » que personnellement j'aime tout particulièrement. Le refrain est simple mais le chanteur chante d'une façon très convaincante. Je trouve la deuxième partie à partir du solo, complètement folle avec un solo d'une rapidité incroyable. Sur la fin, la paire Malmsteen/Boals rend le morceau tout simplement extraordinaire. Le morceau « Dark Ages » sonne un peu bizarre par rapport aux autres morceaux de cet album. Tempo lent, guitare lourde. Cependant le morceau semble légèrement poussif et on a du mal à accrocher. En tout cas, lors de la première écoute de cet album, ce n'est pas ce morceau que vous remarquerez. Le solo est à l'image du morceau, relativement sobre.

Le dernier morceau de Trilogy « Trilogy Suite Op:5 » dure près de 7mn et il est entièrement instrumental. En trois parties, ce morceau est une pièce maîtresse dans la carrière du virtuose suédois. La première partie (très néo-classique) est assez rapide, Yngwie faisant étalage de toute sa virtuosité et de sa classe. Duels entre la guitare d'Yngwie et les claviers de Jens Johansson de très bon goût. La deuxième partie calme les tempos, entièrement jouée à la guitare classique. Les mélodies sont magiques. Aucune virtuosité gratuite. La troisième partie voit revenir la guitare électrique, riffs rapides et techniques et préparent bien l'arrivée d'un déluge de notes. La vitesse d'exécution est surprenante tandis que J. Johansson nous montre lui aussi qu'il est capable de jouer des soli. Ce morceau est d'ailleurs devenu un grand classique et se retrouve régulièrement interprété lors des concerts de Malmsteen.

En conclusion, cet album est un des tous meilleurs albums du virtuose. Presque tous les titres qui remplissent cet album sont des hits en puissance à part « Dark ages » qui est légèrement en dessous de la moyenne. Cependant par la qualité des soli proposés, la débauche de virtuosité au service de la mélodie, cet album vaut largement sa place dans toute les discothèques hard et metal. Des morceaux comme « You don't remerber, I'll never forget », « Queen in love » ou « Trilogy Suite Op:5 » sont devenus maintenant des classiques ...

A lire aussi en HEAVY METAL par NAUSICA75 :


QUEENSRΫCHE
Queen Of The Reich (1983)
La naissance d'un groupe mythique ...




SILENT FORCE
Walk The Earth (2007)
Très très bel album...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   NAUSICA75

 
  N/A



- Mark Boals (chant)
- Yngwie Malmsteen (guitare, basse)
- Anders Johansson (batterie)
- Jens Johansson (claviers)


1. You Don't Remember, I'll Never Forget
2. Liar
3. Queen In Love
4. Crying
5. Fury
6. Fire
7. Magic Mirror
8. Dark Ages
9. Trilogy Suite Op:5



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod