Recherche avancée       Liste groupes



      
EBM  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1992 Psalm 69
2011 99 %
2012 Double Tap
  Relapse
2018 Amerikkkant
 

- Style : Nine Inch Nails
- Membre : Zoetrope, Gwar
 

 Site Officiel (376)
 Myspace (325)
 Chaîne Youtube (387)

MINISTRY - Twitch (1986)
Par DARK BEAGLE le 18 Octobre 2016          Consultée 1223 fois

Certaines formations (ou projets) ont suivi des chemins de traverse, trouvé le quai 9 trois quarts et ont sorti à leurs débuts des albums tout simplement magiques. Et d’autres, euh… Ben disons qu’ils ont atterris chez les Simpson et qu’ils ont surtout à développer un cholestérol et une dépendance à la Duff. Pour MINISTRY, c’est clairement la voie la plus laborieuse qui a été choisie. Après un premier album pas franchement dégueulasse mais étrange, le groupe va entrer dans un mutisme qui durera trois longues années, si l’on excepte une compilation de singles parue en 1985. "Twitch" sort en 1986, avec sa pochette qui fait peur (et pas qu’un peu).

Le message semble clair : le romantisme exagéré de" With Sympathy" est mort, réduit en charpie et avec lui, la New Wave aux accents british qui le caractérisait. Sur "Twitch", MINISTRY se veut plus sombre, plus froid. Le son va évoluer vers une EBM assez froide, capable de se montrer mélodique. On est encore loin de ce qui fera la réputation du groupe de Al Jourgensen, mais encore une fois, l’étape semble importante. Elle permet d’amener lentement MINISTRY à ce à quoi il se destine.

Il est assez difficile d’appréhender un disque comme "Twitch". Chaque angle d’attaque semble insatisfaisant. Alors commençons par comparer l’incomparable. Comment se disque se démarque de son grand frère ? De tout en tout et pourtant on se retrouve sur un niveau d’équivalence, question qualité. Le chant est en retrait ici, et ne sonne plus de façon naturelle. La voix est trafiquée et le faux accent anglais n’est plus qu’un lointain souvenir. Les mélodies Pop, parfois un peu faciles de "With Sympathy" s’effacent. L’aspect mélodique n’a pas été écarté totalement, il est toujours présent sur "All Day Remix" ou le single "Over The Shoulder" par exemple. Mais on sent que si Jourgensen ne remplissait pas les pages de Rock’N’Folk en 1986, il aurait très bien pu faire la une des faits divers.

Parce que si on se penche sur le disque en lui-même, on est rapidement embarqué dans une histoire assez crade. Parce que oui, "Twitch" n’est pas propre. Faut pas trop approcher son nez de ses aisselles, encore moins de ses parties génitales. Il se dégage un fumet très malsain de cet album. Le peu de paroles, ces maigres lignes de chant qui surgissent après de longues séquences Electro. Quelque part, on se retrouve face au MINISTRY nauséeux qui explosera sur "The Land Of Rape And Honey". Et à travers des mélodies entêtantes, nous nous retrouvons face à une lumière inattendue sur un tel disque.

Et pourtant, encore une fois, on sent que le groupe ne va pas au fond des choses. Qu’il manque quelques titres franchement marquant pour parvenir à espérer mieux qu’un succès d’estime. Il semble y avoir si peu de velléités commerciales dans la musique de MINISTRY que ça force le respect, bien sûr, mais c’est franchement déconcertant. A titre d’exemple, "Just Like You", l’ouverture de l’album, est acerbe, limite dissonant et offre un visage à l’image de la jaquette du disque, en somme.

Plusieurs fois, le mot « groupe » a été utilisé. Ce n’est pas le terme exact. Projet conviendrait mieux ; Al Jourgensen est le seul maître à bord, il décide de tout et quelques musiciens de session vont combler les vides qu’il laisse. Aussi "Twitch", tout comme "With Sympathy" d’ailleurs, est un album très marqué, doté d’une véritable personnalité, avec une certaine cohérence. Mais on sent un certain manque de recul de l’artiste par rapport à la musique proposée. En ce sens, l’arrivée de Paul Barker sur l’opus suivant donnera un véritable coup de fouet à l’ensemble.

Vous l’aurez compris, l’impression reste mitigée. Il y a cette envie d’aimer, d’aduler ce disque, mais il y a des détails, une ambiance générale qui font que l’on y va par moment à reculons. Cela reste intéressant de voir l’évolution qu’a connue MINISTRY, comment Jourgensen passe du coq à l’âne entre deux albums, de façon presque schizophrénique. Pourtant, il y a une certaine logique dans tout cela et les changements qui vont encore se produire sur "The Land Of Rape Of Honey" découlent en partie de cette logique créatrice démente. Mais ici, il manque encore d’une véritable ligne directrice pour vraiment être mémorable.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en METAL INDUS par DARK BEAGLE :


MINISTRY
Psalm 69 - The Way To Succeed And The Way To Suck Eggs (1992)
Never trust a junkie




NINE INCH NAILS
Broken (1992)
Méchant garçon


Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Al Jourgensen (tout ou presque tout)


1. Just Like You
2. We Believe
3. All Day Remix
4. The Angel
5. Over The Shoulder
6. My Possession
7. Where You At Not/crash & Burn/twitch' (version Ii)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod