Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW WAVE/SYNTH POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1992 Psalm 69
2011 99 %
2012 Double Tap
  Relapse
2018 Amerikkkant
 

- Style : Nine Inch Nails
- Membre : Zoetrope, Gwar
 

 Site Officiel (373)
 Myspace (322)
 Chaîne Youtube (383)

MINISTRY - With Sympathy (1983)
Par DARK BEAGLE le 4 Août 2016          Consultée 1524 fois

Évidemment, quand on prend une discographie par deux bouts diamétralement opposés, il y a des moments où l’on ne comprend pas comment d’un point A, on soit arrivé à un point B en utilisant la ligne droite. On imaginerait plus une figure géométrique biscornue, faite de courbes et de lignes brisées. Dans le cas de MINISTRY, c’est particulièrement troublant. Le parcours du projet de Al Jourgensen est loin d’être un chemin tranquille pavé d’évolution naturelle. Faîtes une expérience marrante : écoutez "Psalm 69" et revenez sur ce "With Sympathy" juste après. Difficile de croire qu’il s’agit de la même formation, non ?

"With Sympathy", connu en Europe sous le nom de Work For Love, navigue entre la New Wave et la Synth Pop, tout en claviers rutilants et rythmiques synthétiques. Il n’y a rien d’Indus là-dedans, autant le dire tout de suite. Nous sommes en 1983, Al Jourgensen a 25 ans et après avoir fait partie durant quelques années au sein de SPECIAL AFFECTS, avait déjà monté MINISTRY depuis 1981. Ce passionné des BEATLES, de BLACK SABBATH, mais également de LIBERACE ou KRAFTWERK et de cette scène européenne en pleine expansion, voulait voler de ses propres ailes et en mettre plein les oreilles.

En 1983, Jourgensen a un look qui n’effraierait pas votre grand-mère et même s’il doit déjà consommer des stupéfiants en bonne quantités, son corps n’en est pas encore saturé et cela s’entend dès qu’il chante. Ici, pas d’effets sur la voix, juste un accent anglais étrange et ridicule, forcé, bien sûr. Le chant est clair, donc et plutôt juste même si jamais démonstratif. Il tend en revanche à enfermer MINISTRY dans une veine romantique assez déstabilisante, mais qui colle finalement assez bien avec les morceaux composant l’album.

Nous sommes loin des thématiques habituelles du groupe. Pardon, des thématiques qui étaient celles du groupe lors de son explosion commerciale. Ici, c’est figé dans une espèce de conformisme pas franchement désagréable. C’est propre sur soi. Certains chœurs sont agrémentés de voix féminines ("What He Say", rebaptisé "Do The Etawa" sur la version européenne, "Say You’re Sorry"…) qui apportent un relief bienvenu sur des compositions parfois un peu pâlottes.

C’est le grand défaut de ce "With Sympathy" : une trop grande linéarité, brisée que trop rarement. Il y a bien "Revenge" qui permet de lever un sourcil plus que satisfait, ce titre étant un brin plus sombre et agressif que le reste (oh ! Oh ! Oh ! Ne vous excitez pas, ce n’est pas "N.W.O." non plus ! On en est encore loin.). Le reste à tendance à suivre les mêmes schémas, avec des mélodies assez similaires, faîtes de claviers et de percussions et de cette voix avec cet accent anglais à la con.

A mesure que l’on écoute l’album, on se surprend à fredonner un ou deux refrains. Certains fonctionnent bien, avec leur côté un peu dansant ("Work For Love", "Here We Go", "Revenge"…) et permettent de nous intéresser suffisamment à ce disque pour ne pas lâcher l’affaire au bout de quelques minutes, sans même lui laisser une chance, ce qui serait tellement facile, quelque part. Au fond, la fuite est même tellement tentante !

Parce qu’on peut légitimement se demander si Al Jourgensen ne se moque pas un peu du monde à travers "With Sympathy", comme s’il adressait un gros bras d’honneur au music system et à ceux qui l’empêchent de faire réellement ce qu’il veut. Il y a tant de différence entre cet album et ceux qui suivront que l’option est envisageable et, avec Jourgensen, de l’ordre du crédible. Ce qui contribue bien entendu au côté énigmatique de cet album.

"With Sympathy" est un disque particulier dans la discographie de MINISTRY, un album déconcertant et difficile à appréhender. Pour un premier essai, on ne peut pas parler de coup de maître. Certains l’apprécieront pour ce qu’il est, un opus sans prétention de Synth Pop, d’autres le rejetteront en bloc car il n’a en rien l’essence de MINISTRY alors qu’il explique les influences New Wave que l’on peut ressentir sur les derniers albums du groupe. Il n’en demeure pas moins dispensable pour tout amateur lambda du groupe.

A lire aussi en METAL INDUS par DARK BEAGLE :


MINISTRY
Psalm 69 - The Way To Succeed And The Way To Suck Eggs (1992)
Never trust a junkie




NINE INCH NAILS
Broken (1992)
Méchant garçon


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Al Jourgensen (chant, guitare, batterie, claviers)
- Stephen George (batterie, percussions)


1. Effigy (i'm Not An)
2. Revenge
3. I Wanted To Tell Her
4. Work For Love
5. Here We Go
6. What He Say
7. Say You're Sorry
8. Should Have Known Better
9. She's Got A Cause



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod