Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH HARDCORE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1998 2 Soulfly
2000 1 Primitive
2002 3
2004 Prophecy
2005 Dark Ages
2008 Conquer
2010 Omen
2012 Enslaved
2013 Savages
2015 Archangel
 

- Membre : Sepultura, Nailbomb, Cavalera Conspiracy, Killer Be Killed
 

 Myspace Officiel Du Groupe (381)
 Site Officiel Français (434)

SOULFLY - Soulfly (1998)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 15 Avril 2009          Consultée 6378 fois

C’est le 29 janvier 1998, que Max CAVALERA dévoile le nom de son nouveau projet post SEPULTURA. Il accompagne les DEFTONES venus chanté en live leur titre « Head Up » à l’émission télévisée « Nulle Part Ailleurs », dont le nom SOULFLY comme par hasard est chanté par lui dans les chœurs. La séparation fracassante du plus grand groupe de death metal brésilien annoncée prés d’un an auparavant avait abasourdi tous les fans. « Roots », le dernier disque de SEPULTURA s’imposait par son originalité et son avancée dans un métissage de metal et de folklore tribaux emprunté aux Indiens Xavantes.

Max fonde sa nouvelle tribu et se plaît à les présenter comme le meilleur groupe d’amis et de musiciens qu’il n’ait jamais eu. Marcelo Dias, ancien roadies de SEPULTURA, tient la basse. Roy Mayorga le mercenaire tient les baguettes et Jackson Bandeira transfuge de feu CHICO SCIENCES officie à la 6 cordes. Pour s’accaparer la paternité d’un SEPULTURA dont il n’utilise pas le nom, il choisit de retourner en studio avec le producteur Ross ROBINSON (KORN, THE CURE, SLIPKNOT, SEPULTURA) qu’il connaît bien puisque c’est l’homme responsable du son de « Roots ». De ce postulat de départ, le choix de Max et Gloria CAVALERA est d’enfoncer le clou. Le premier disque de SOULFLY doit être dans la continuité de SEPULTURA. Réutiliser les mêmes recettes mais plus vite et plus fort.
Sur le même principe que les « featurings » récurrents dans le milieu Hip-hop, SOULFLY se fait plaisir en conviant la crème de la scène metal et néo de l’époque. Burton C.BELL, Christian OLDE WOLBERS et Dino CAZARES de FEAR FACTORY, Fred DURST et DJ Lethal de LIMP BIZKIT, Benji de DUB WAR, Chino MORENO des DEFTONES ainsi que plusieurs percussionnistes brésiliens pour la dimension tribale. SOULFLY commence par une triplette de titres des plus sauvages nourrit par la perte de Dana Wells, son beau-fils, mystérieusement disparu. « Eye For An Eye », « No Hope= No Fear » et « Bleed » en appelle à la vengeance. La participation de Fred DURST et DJ LEATHEL (LIMP BIZKIT) sur un passage rappé en plus de l’utilisation d’un bérimbau (instrument traditionnel indien) donne une dimension jusque là inédite dans l’univers de Max.

Intro au bérimbau et chanté en Portugais pour « Tribe » en hommage à Zumbi, le premier esclave noir brésilien à s’être rebellé, appuyé par les tambours de Jorge Du PEIXE et Gilmar Bolla OITO. Avec l’énumération de plusieurs tribus pour fermer le titre. « First Commandment » voit l’apparition de Chino Moreno pour ses vocaux aériens typiques. « Bumklaat », quant à lui, n’aurait pas fait tache sur un album indus de NAILBOMB tandis que « Soulfly », l’instrumental acoustique, prépare le terrain à « Umbabarauma », l’hymne footballistique tribal une nouvelle fois chanté en Portugais.
L’album se clôt sur une surenchère de violence emmené par des guitares assassines et des percussions de tambours appuyés. « The Song Remains Insane » aux accents death metal des premiers SEPULTURA. Le punk « No » et un « Prejudice » d’anthologie qui voit Benji conduire ce morceau de raggae hardcore vers des sommets sur presque 7 minutes. SOULFLY ferme son premier album éponyme avec un instrumental lourd et menaçant : « Karmageddon ».

Ce premier essai de Max en solo est concluant. S’il essaie de faire partager un sentiment de tribu avec ses musiciens et ses fans, ce n’est que temporaire. Notre homme assumera plus tard l’envie et le fait qu’il est le seul maître à bord du vaisseau SOULFLY (avec sa femme Gloria bien sûr !!). Le travail de production de Ross Robinson étant pour beaucoup aussi dans la réussite de ce disque. Max est devenu avec l’assistance de toute cette équipe le parrain autoproclamé de la vague neo metal alors en pleine ascension. C’est le sentiment de haine et d’urgence du à l’histoire de son leader qui est le moteur de ce disque. La perte d’un proche, de ses amis, d’un frère. Jamais l’ainé des Cavalera n’avait été aussi furieux et aventureux dans sa démesure. Plus violent, plus tribale, plus d’invités, plus fou simplement. Un temps révolu, malheureusement.

Note : 4/5

A lire aussi en THRASH METAL :


HEATHEN
The Evolution Of Chaos (2010)
Le retour tonitruant de HEATHEN ! Thrash rules !

(+ 1 kro-express)



MESHUGGAH
Destroy Erase Improve (1995)
Le premier grand album du groupe


Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   LECHEWAL
   MEFISTO

 
   (3 chroniques)



- Max Cavalera (chant, guitare)
- Jackson Bandeira (guitare)
- Marcello D. Rapp (basse)
- Roy Mayorga (batterie)


1. Eye For An Eye
2. No Hope = No Fear
3. Bleed
4. Tribe
5. Bumba
6. First Commandment
7. Bumbklaat
8. Soulfly
9. Umbabarauma
10. Quilombo
11. Fire
12. The Song Remains Insane
13. No
14. Prejudice
15. Karmageddon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod