Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1998 3 Soulfly
2000 1 Primitive
2002 3
2004 Prophecy
2005 Dark Ages
2008 Conquer
2010 Omen
2012 Enslaved
2013 Savages
2015 Archangel
2018 Ritual
 

2015 Archangel
 

- Membre : Sepultura, Nailbomb, Cavalera Conspiracy, Killer Be Killed
 

 Myspace Officiel Du Groupe (517)
 Site Officiel Français (569)

SOULFLY - Conquer (2008)
Par FENRYL le 3 Octobre 2008          Consultée 5691 fois

Max Cavalera, épisode 2, année 2008...

Si il faut l'avouer, la majorité d'entre nous attendait beaucoup de CAVALERA CONSPIRACY, le projet des frangins Cavalera enfin réunis après une brouille de plusieurs années autour de la femme de Max en manager (mais tout le monde est au courant de ces potins entrés dans la légende du Metal...), nombres d'entre nous y voyaient l'avis de décès de SOULFLY...
Soyons clairs et francs: combien ici ont rêvé, rêvent et rêveront de cette re-formation du combo brésilien autour de son line-up magique ? Moi le premier, je dois avouer avoir passé le relais à la suite d'un « Roots » qui avait surpris autant que divisé à l'époque. SEPULTURA, car c'est bien évidemment de ce combo qu'il est ici forcément et inévitablement question, est donc mort et enterré depuis belle lurette pour moi. Il se subsiste que la volonté farouche du reste de la bande à vouloir faire perdurer un nom dans un style qui n'est plus ce qui me faisait prendre un pied monstrueux à l'époque. Certains y trouvent leur compte, pas moi. Bref, la conspiration des Cavalera m'avait fait dire que c'en était fini des délires tribalo thrash du sieur Max.
Et c'est tout surpris que je découvre donc en cette fin Juillet 2008 dans les bacs ce « Conquer » qui nous intéresse ici (version limitée).
Il faut bien avouer que je suis resté sur la case SEPULTURA... mais je viens de prendre conscience tout récemment que certains lecteurs ne connaissent Max Cavalera que parce qu'ils l'ont découvert en tant que frontman de SOULFLY et non pas de son illustre aîné « brésilien »... Même si certains sont revenus en arrière dans le temps et la discographie du type, il faut bien reconnaître que cet opus est désormais attendu et compose une nouveauté surveillée...
Enregistré ce coup-ci dans un seul pays (l'Egypte) au lieu du périple itinérant du précédent opus et mixé par Monsieur Andy Sneap, cet album reprend ce qui fait la force de SOULFLY: de l'énergie à revendre, des invités et des morceaux aux influences diverses et variées, sur 11 titres (plus 3 bonus dans cette édition collector) tout au long des 71 minutes de la galette.
Première belle approche, comme à mon habitude: l'artwork de cet opus, centré autour de Shiva, est vraiment attirant et plutôt bien foutu. On remarquera que pour la troisième fois consécutive, on retrouve le même line-up... Le père Cavalera aurait-il décidé de se calmer ?!

Autant le dire tout de suite, le premier titre « Blood, Fire, War, Hate » (*) est une putain de baffe. Un titre d'une furie et d'une bestialité magistrales. Il faut bien avouer que la présence en guest de David Vincent (MORBID ANGEL) n'y est sans doute pas pour rien ! Bilan des courses: ça défouraille et envoie sévère dans tous les coins et le titre growlé en guise de refrain... Tout simplement rien à redire ! Assurément un des titres les plus aboutis du combo à ce jour.
Histoire de ne pas trop bouleverser les fans de toujours, ils trouveront en fin le fameux et habituel morceau « Soulfly » ici VI. Morceau instrumental relativement chiant, pour ne pas dire totalement. Sorte de SATRIANI venu se paumer sur la galette. On zappe.
« Unleash » (*) et son plan ultra aigu introductif super désagréable entre dans l'arène. Ce morceau révèle en son sein un break/pont absolument planant qui ouvre des perspectives originales qui sont finalement avortées dans l'oeuf. Dommage. Cette track n'en demeure pas moins un agréable moment alternant rage et douceur, furie et mélodie...
« Paranoia » (*) est tout aussi efficace, avec cette touche vraiment thrash de la grande époque sur les soli. Énorme boulot de la part de Rizzo dont l'importance est désormais plus que grandissante dans les phases de composition des morceaux. Et cela se ressent indubitablement.
Ce qui commence à faire son apparition dès ce titre, ce sont des outro alambiquées, recherchées et tout en ambiances (psychédélique, indus parfois...)

« Warmageddon » et son intro ultra heavy/mid-tempo lâche les chevaux brutalement avec des relents prononcés des époques « Chaos A.D » de SEPULTURA avant de nous gratifier d'un joli plan lead aux envolées sympatoches, toujours dans le même esprit. D'une construction au final super classique, ce morceau est aussi efficace que parfaitement à son aise dans cette furia de décibels ! « Enemy ghost » se propose de poursuivre ce voyage dans le temps: on y retrouve distillé tout au long du morceau ces quelques notes de grattes tellement typiques de cette fabuleuse époque. Plus brut et commun, il n'apporte ainsi pas grand chose de nouveau. Tout juste agréable mais sauvé par une superbe outro une fois encore (et vous allez lire que tout cela est véritablement la marque de fabrique de ce « Conquer »).
Pas le temps de souffler car « Rough » (*) débarque dans la pièce et tel un jet de Napalm, arrose la zone et blaste méchamment. Ce second titre consécutif relativement court (autour de trois minutes) s'offre une nouvelle fois une sortie instru... Cela commence à faire beaucoup ! Dans le même genre « Doom » (*) se pose en backdraft (le fameux retour de flammes que redoutent tant les sapeurs-pompiers sur le terrain) tant il oeuvre dans la même veine avant une voie de décélération ska totalement inattendue, il faut bien le reconnaître... Attention, division et détracteurs sont sans doute à prévoir ici... Ambiance, ambiance quand tu nous tiens. Il faut bien avouer que je ne suis pas venu pour ce genre de truc mais bon... C'est propre, bien joué et assurément easy listening !

Partie « hommage à gogo »:
- « Fall of the Sycophants » est un morceau estampillé DEATH. J'ai tout de suite pensé à un hommage à Chuck. La construction agressive, sèche, le solo de malade de gratte au moment du break, avant le retour de la furie ont vraiment secoué mon esprit de fan. Pourtant, tout bascule dans la dernière minutes avec l'apparition des plans percu tribaux (aux relents égyptiens... influences du Nil indéniable désormais).
- « For those about to rot » ! Avec un titre comme celui-ci, c'est aussi bon que le splendide « Roots bloody Roots » ! Une nouvelle fois , c'est encore Marc Rizzo qui laisse éclater son talent avec des envolées guitaristiques à la six-cordes qui viennent parfaitement se poser sur les riffs rythmiques de Max (qui joue, je vous le rappelle sur une 4 cordes!). Un titre long, sans grande originalité... avec devinez quoi ? Une outro de plus de deux minutes, avec ambiance orientale... On en bouffe, je vous avais prévenus !
- « Touching the void » (*): clairement et ouvertement écrit en hommage à BLACK SABBATH. Mid tempo ayant pour but d'afficher franchement les influences de Cavalera et de rendre hommage à ces inspirateurs. A noter que sur ce titre, Max a collaboré avec des artistes français, en la personne de Fedayi Pacha et Jean Paul Dub, musiciens de dub reconnus.
- « Sailing on » et « The beautiful people », respectivement reprises de BAD BRAINS et MARILYN MANSON viennent clôturer cette édition limitée de fort belle manière, sans pour autant remodeler les morceaux. Un hommage très carré, teinté du son SOULFLY. Un point c'est tout.

Toute cette longue description pour mettre en avant le très bon départ de ce « Conquer » qui finalement s'essouffle... Vous l'aurez compris, l'abus des ambiances et autres outro nuit ici à la cohérence du propos.
Un album de plus qui va finalement diviser mais doit-on le leur reprocher ? Aseptisé ou piquant votre SOULFLY, Messieurs, Dames ? ... Faites votre choix !

Verdict: 3/5.

(*) Titres en écoutes sur le MySpace du groupe.

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


SKELETONWITCH
Forever Abomination (2011)
Toujours aussi bon, toujours aussi bon...




DESTRUCTION
Mad Butcher (1987)
Boucherie de malade ? !


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Max Cavalera (chant, guitare)
- Joe Nunez (batterie)
- Marc Rizzo (guitare)
- Bobby Burns (basse)


1. Blood Fire War Hate
2. Unleash
3. Paranoia
4. Warmageddon
5. War Ghost
6. Rough
7. Fall Of Sycophants
8. Doom
9. Rot
10. Touching The Void
11. Soulfly Vi
12. Mypath (bonustrack)
13. Sailing On (reprise De Bad Brains - Bonustrack)
14. The Beautiful People (reprise De Marilyn Manson -



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod