Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Unity
- Membre : Red Circuit, Mayan, Civilization One, Nightrage, Ozzy Osbourne , Dream Evil, Arch Enemy, Avalon
- Style + Membre : Mystic Prophecy
 

 Myspace Officiel Du Groupe (324)
 Site Officiel Du Groupe (615)

FIREWIND - Few Against Many (2012)
Par JEFF KANJI le 31 Août 2015          Consultée 1197 fois

Le parcours de Gus G. ressemble vraiment à une success story. Ce musicien doué qui a commencé comme mercenaire au service de David T. Chastain a participé à l'explosion de NIGHTRAGE et MYSTIC PROPHECY avant de connaître enfin le succès avec son propre groupe FIREWIND. Mais le pompon fut quand courant 2010, Ozzy Osbourne himself recruta le jeune grec pour en faire le successeur des Randy Rhoads, Jake E. Lee et autres Zakk Wylde (pas des perdreaux de l'année cela va sans dire). Avec une vision très professionnelle et implacable, Gus G. a du faire des choix et conserver le cap pour FIREWIND à l'heure où le groupe est devenu une référence (il faut dire que depuis "Forged By Fire", le groupe n'a commis aucun faux-pas, et a même continué à gagner des galons avec Apollo Papathanasio au micro) et maintenir la marche en avant paraissait tendu au vu des nouvelles obligations du six-cordistes.

Une sorte de "Days Of Defiance" en moins bon, c'est un peu ce que nous réserve FIREWIND pour son déjà septième opus, celui de la crise. Apollo Papathanasio et ses multiples engagements (EVIL MASQUERADE, SPIRITUAL BEGGARS) empêche une promotion correcte et une viabilité sur le long terme, le groupe étant progressivement obligé d'avoir recours à des vocalistes extérieurs, qui conduiront d'ailleurs au hiatus actuel. Michael Ehré n'aura pas fait long feu lui non plus, et c'est le pote de NIGHTRAGE Jo Nunez qui débarque derrière les fûts avec un bagage un peu plus extrême que ses nouveaux collègues.

Tout sent le manque de motivation et les conflits internes sur ce "Few Against Many". Si, fort heureusement, ils restent tous très doués dans leur domaine, les musiciens de FIREWIND donnent clairement l'impression de ne pas donner le meilleur d'eux-mêmes et l'absence de focus imposé à Gus G. par ses nouveaux engagements fait un peu perdre son statut de leader naturel au petit génie grec. Et composé d'aussi fortes personnalités, des tensions se font de plus en plus récurrentes. Pire, le riffing de Gus G. manque sacrément d'inspiration, et si "Wall Of Sound" donne honnêtement le change, les soli manquent d'âme. Et surtout, on sent que l'arrivée de Jo Nunez a encouragé le groupe à durcir un peu le ton… Sauf qu'Apollo dispose de lignes vocales pas toujours très mélodiques, et s'il y a bien du grain à revendre (le monsieur est tout de même l'un des vocalistes les plus doués du circuit je le répète), un titre comme "The Undying Fire" est d'une rare vacuité. La première moitié de l'album est d'ailleurs pour tout dire assez catastrophique. Heureusement qu'il y a des exceptions comme "Destiny" et avant elle "Edge Of A Dream", étrangement la perle à extraire de l'opus : une ballade où les violoncelles d'APOCALYPTICA font merveille, où les vocaux habités d'Apollo retrouvent toute leur splendeur, et où le feeling réapparaît dans le jeu du guitariste d'Ozzy.

On préfère limite, le reste du temps, quand c'est le duo Katsionis/Gus G. qui prend les commandes, même si "Another Dimension" aurait sans pu rendre bien mieux avec un Apollo plus impliqué. De plus le mixage, qui donne au départ l'impression d'être monstrueux, se révèle au final d'une platitude affligeante et le groove qui aurait été nécessaire à un "Glorious" fait clairement défaut. Gus G. a je pense bien fait de mettre le groupe en pause, et heureusement pour lui, le "Live Apotheosis" viendra tout de même rappeler que FIREWIND est l'un des meilleurs groupes de sa génération, même si ce "Few Against Many" y sera hélas trop représenté à mon goût et qu'Apollo finira par quitter la formation dans laquelle son talent était le mieux exploité.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


BLIND GUARDIAN
A Night At The Opera (2002)
L'assommoir

(+ 3 kros-express)



NOVERIA
Risen (2014)
Arrivée d'un sérieux client


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Gus G (guitare)
- Petros Christo (basse)
- Bob Katsionis (claviers, guitare)
- Apollo Papathanasio (chant)
- Jo Nunez (batterie)
- Apocalyptica (violoncelles sur 7)


1. Wall Of Sound
2. Losing My Mind
3. Few Against Many
4. The Undying Fire
5. Another Dimension
6. Glorious
7. Edge Of A Dream
8. Destiny
9. Long Gone Tomorrow
10. No Heroes, No Sinners
11. Battleborn [-]
12. No Heroes, No Sinners (acoustic) [-]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod