Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2020 Firewind
 

- Style : Warkings, The Unity
- Membre : Ivanhoe, Evil Masquerade, Red Circuit, Mayan, Civilization One, Nightrage, Ozzy Osbourne , Dream Evil, Arch Enemy, Avalon
- Style + Membre : Mystic Prophecy
 

 Myspace Officiel Du Groupe (490)
 Site Officiel Du Groupe (857)

FIREWIND - Firewind (2020)
Par JEFF KANJI le 30 Juin 2020          Consultée 1137 fois

Le line-up de 2017 est un constat d'échec. Pour moi comme pour Gus d'ailleurs. Alors que je le voyais vivre des années heureuses avec Henning Basse, le manque de folie et de conviction d'un groupe dont l'autre fibre créatrice Bob Katsionis s'étiolait (il a d'ailleurs depuis quitté SERIOUS BLACK et Gus a pris les devants concernant FIREWIND), et les doutes de Basse quant à la pérennité du projet (sans compter des problèmes de santé pour le vocaliste), Gus avait deux solutions : laisser la situation pourrir ou bien donner un grand coup de pied dans la fourmilière. Et il faut dire qu'après des années 2010 plutôt décevantes, après l'enchaînement de la décennie précédente qui a presque réussi à en faire une formation de premier plan (du moins durablement), l'arrivée de cet album éponyme arrive à point nommé.

Ça faisait depuis "Days Of Defiance" que j'attendais un disque de cette trempe ! Et comme mes attentes étaient inversement proportionnelles à celles que j'avais pour "Immortals" c'est vous dire la belle surprise ! Gus G. s'est vraiment sorti les doigts pour nous livrer à nouveau des riffs qui cartonnent (marque de fabrique qu'il avait déjà du temps de MYSTIC PROPHECY), des soli mémorables et surtout des mélodies impliquées et percutantes. Et pour cela il convient de saluer l'autre artisan de la réussite de ce disque : Herbie Langhans. L'ex SINBREED, qui a un temps œuvré chez SYMPHONITY (avec brio, je vous conseille de vous repasser "King Of Persia" ou son duo vocal avec Olaf Hayer faisait des merveilles) et que les fans d'AVANTASIA ont pu écouter en concert au sein du duo de choristes redoutable qu'il fait avec Adrienne Cowan.

Herbie Langhans s'est retrouvé impliqué dans le projet de ce neuvième album six mois seulement avant la deadline. Un défi relevé avec brio pour un projet qui convient peut-être enfin à son chant rugueux, ultra masculin, pour ne pas dire musculeux, sorte d'hybride entre Andy B. Franck et Jørn Lande. Il aurait par exemple eu parfaitement sa place dans MASTERPLAN maintenant que j'y pense. Et le bougre va se démener en proposant des mélodies comme je le disais percutantes, et parachevées par une interprétation au top du bonhomme. Les ballades sont souvent un piège à con pour les Heavy Metalleux, et sur "Longing To Know You" ça fonctionne du tonnerre car on sent l'interprète impliqué dans chaque inflexion, chaque syllabe, et c'est ce qui manquait depuis longtemps à FIREWIND qui retrouve avec ce vocaliste la gouaille d'Apollo mais aussi cette agressivité qu'avait Stephen Fredrik, le premier interprète de la formation sur "Between Heaven And Hell".

"Firewind" s'ouvre par un quarté de compositions absolument imparable. Et il y a dedans tous les éléments caractéristiques de la musique du groupe : des titres speed et frondeurs, du mid-tempo porté par des riffs de mammouth et une approche plus mélodique. On remarque que Gus G. sans doute rasséréné par ses expériences en solo, opte pour des soli plutôt courts, mais pas forcément démonstratifs (quoique, le bonhomme est l'un des guitaristes de Heavy les plus en vue et ce avant même son passage chez Ozzy), à l'image de ce qu'il a réalisé il y a quelques semaines pour Axel BAUER (*). Gus G. est au service de ses chansons et s'est même affranchi du traditionnel instrumental présent sur les albums du groupe (même s'il avait fait déjà des entorses sur "The Premonition" et "Few Against Many" il est vrai).

En sus l'album sonne incroyablement bien, puissant sans sembler trop trafiqué, montrant que Gus G. n'a plus non plus à recevoir de leçons en tant que producteur, et je remercie Dennis Ward, qui s'est occupé des parties de Jo Nuñez, pour avoir donné un son de batterie aussi vivant à l'album (ces harmoniques de caisse claire sur "Overdrive" par exemple : un régal). "Firewind" n'est pas parfait, et je pense lui préférer la doublette "The Premonition" / "Days Of Defiance", la faute à une fin d'album un peu moins marquante, si ce n'est ce "Kill The Pain" final où Herbie sort toute la rocaille dont il dispose pour rappeler son excellence dans ce registre speed qui avait ouvert l'album avec "Welcome To The Empire". Ce dernier titre est d'ailleurs paradoxalement celui qui évoque le plus directement le FIREWIND traditionnel, avec soli néoclassiques à la clef et chant agressif. Un retour qui fait franchement du bien.

(*) Oui, le chanteur-guitariste français, auteur du célèbre "Cargo" a produit une vidéo en plein confinement réunissant la crème de la scène hexagonale pour reprendre "Kashmir" dans une version dantesque auréolée d'un solo lumineux de Gus G.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


BLIND GUARDIAN
A Night At The Opera (2002)
L'assommoir

(+ 3 kros-express)



HIBRIA
Hibria (2015)
La mue s'est achevée


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Herbie Langhans (chant)
- Gus G (guitare, claviers)
- Petros Christo (basse)
- Jo Nunez (batterie)
- -
- Bob Katsionis (claviers sur 5)


1. Welcome To The Empire
2. Devour
3. Rising Fire
4. Break Away
5. Orbitual Sunrise
6. Longing To Know You
7. Perfect Stranger
8. Overdrive
9. All My Life
10. Space Cowboy
11. Kill The Pain



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod