Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Platypus, Jughead, Tribe After Tribe
- Style + Membre : Doug Pinnick
 

 King's X France (676)

KING'S X - Out Of The Silent Planet (1988)
Par KARL VON KARL le 12 Juin 2015          Consultée 1738 fois

L’histoire commence en 1980 aux États-Unis, les talentueux Ty Tabor, Jerry Gaskill et Doug Pinnick évoluent dans un groupe de reprises et ensemble ils écument les petites scènes et les bars du Missouri. En1983, le combo prend le nom de SNEAK PREVIEW et se concentre sur l’écriture de titres originaux qui verront le jour sur un album éponyme aujourd’hui tombé dans l’oubli. Au cours de 1987, alors que les musiciens affinent leurs compositions, ils attirent l’attention du producteur Sam Taylor (ZZ TOP). Celui-ci leur donne un sérieux coup de pouce et nos amis décrochent un contrat avec le label MEGAFORCE RECORDS. Par la même occasion Taylor va produire leur nouvel opus et surtout suggère un changement de patronyme : KING’S X était né.

Les musiciens investissent alors le Rampart studio de Houston et donnent naissance à "Out Of The Silent Planet". Sur cet enregistrement le collectif fait déjà preuve d’une maturité à couper le souffle. Les riffs et soli de Tabor sont variés et absolument marquants, les compos dignes des plus grandes formations du genre. Il faut dire que cette vision est pour le moins originale : du hard rock de haute volée, influencé par la musique des BEATLES au niveau des mélodies et des harmonies vocales, avec cerise sur la Fender, un chanteur bassiste noir et iroquois au timbre gospel. Précisons que tout ici n’est qu’inventivité et fraîcheur dans le propos, le trio prenant un malin plaisir à peaufiner dans les moindres détails ses compositions, en conservant cependant un feeling de tous les instants.

Convenons que les titres d’ouverture et de fin, le sombre "In The New Age" et le tragique "Visions", ne possèdent pas la même intensité que leur petits camarades et ce malgré leurs qualités, dont un break superbe pour le premier et un final dynamique pour le second. En revanche, à partir du magique "Goldilox", le voyage dans lequel nous sommes conviés est d’un niveau tout à fait miraculeux. Qui pourrait résister aux mélodies et aux chœurs émouvants de cette pièce hautement mélancolique ? Comment ignorer les riffs plombés et le refrain qui s’envole dans les cieux de "Power Of Love" ? Et cela sans compter le solo qui surgit, lequel convaincra les derniers réfractaires. Après une intro évanescente, "Wonder" aligne un refrain stupéfiant, de ceux qui procurent toujours des frissons vingt-sept ans après leur conception, puis on enchaîne sur des couplets atmosphériques et énigmatiques. Pinnick fait des merveilles, c’est le cas de le dire, il joue comme un damné avec notre corde sensible. Lorsque l’énergique "Sometimes" résonne, Tabor éblouit et nous explique ce qu’est un riff qui tue, avant que les musiciens ne se rejoignent dans un refrain si efficace qu’il vous hantera pendant des décennies.

"King" sera entraînant et addictif comme c’est pas permis, grâce notamment à ses riffs galopants et mon dieu quelle leçon d’écriture ! Alors que le refrain poignant du clair-obscur "What Is This ?" reste scotché à votre esprit, il est remplacé quelques minutes plus tard par celui de "Far, Far Away", avant que les guitares chantonnantes du lumineux "Shot Of Love" ne prennent le relais. Un album qui ne ment pas et qui puise sa source généreuse dans le cœur empathique de ses géniteurs virtuoses.

Je pourrais encore vous dire que la galette n’a pas entièrement convaincue le public lors de sa sortie, pourtant il nous faut bien reconnaître que ses airs traversent les âges et se logent durablement dans un recoin de notre mémoire. Les amateurs d’émotion à fleur de peau et de mélodies finement ciselées ne doivent donc en aucun cas oublier cette gemme aux mille et une couleurs changeantes. Un recueil subtil et d’une inspiration à toute épreuve qui reste l’une des plus belles perles du mésestimé KING’S X.

A lire aussi en HARD ROCK :


TIGERTAILZ
Banzai ! (1991)
Hard/glam




HAIR OF THE DOG
Hair Of The Dog (1997)
Un des meilleurs albums hard us des 90's


Marquez et partagez




 
   KARL VON KARL

 
  N/A



- Doug Pinnick (basse, chant)
- Ty Tabor (guitares)
- Jerry Gaskill (batterie)


1. In The New Age
2. Goldilox
3. Power Of Love
4. Wonder
5. Sometimes
6. King
7. What Is This ?
8. Far, Far Away
9. Shot Of Love
10. Visions



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod