Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK / METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Platypus, Jughead, Tribe After Tribe
- Style + Membre : Doug Pinnick
 

 King's X France (652)

KING'S X - Tape Head (1998)
Par MULKONTHEBEACH le 24 Janvier 2015          Consultée 1260 fois

KING’S X clôture les 90’s avec ce "Tape Head" sorti en 1998. Dire que cette décennie aura été profitable au trio texan est un doux euphémisme. De la beauté de "Faith Hope Love" en 1990 à la maturité de l’album éponyme de 1992, en passant par l’agressivité nouvelle alors de "Dogman" paru en 1994, la réussite artistique a toujours été présente. Le succès commercial en revanche, aura été le maillon faible de la formation pourtant émérite.
Quelle frustration doit être celle de ces musiciens qui ont toujours donné le meilleur d’eux-mêmes, en proposant toujours des albums d’une qualité inestimable (avant les 2000’s) .

Une fois n’est pas coutume, « Atlantic », le légendaire label Américain les a toujours soutenus, alors qu’ils ne vendaient toujours pas un kopeck. Finalement, la fin de leur contrat discographique s’arrêtant avec le bon mais très classique "Ear Candy", les membres du groupe décident de quitter le navire confortable de la major afin de se sentir plus libres, mais aussi pour mettre à bien des projets parallèles, chose qu’ils ne pouvaient pas faire jusqu’alors…
Si l’attitude est appréciable, s’en remettre à un label indépendant pour un groupe en manque de popularité n’est certainement pas l’idée la plus judicieuse au monde. Le manque de visibilité, de promotion et de cohérence surtout de Metal Blade vis-à-vis du groupe, (label de Bill Metoyer, producteur pionnier des thrasheurs de la Bay Area) n’aidant en rien le groupe atypique à acquérir de nouveaux fans. Toutefois, le trio a de la ressource, et en fait montre dans cet album qui est sans nul doute le plus représentatif des Texans d’adoption…

Les contraintes n’étant plus incluses dans l’équation, Doug, Ty et Jerry auraient pu se fourvoyer en un marasme sonore forts de leurs influences multiples. Que diable non ! "Groove Machine" représente à lui seul tout ce que le groupe est capable de faire.
Harmonies, puissance mélodique et rythmique, groove inénarrable, tout est là ou presque.
Les subtilités n’étant pas encore à leur élévation maximale…
La frappe franche, directe, mais néanmoins subtile de Jerry Gaskill étant une donne importante dans la Musique de KING’S X, le meilleur reste à venir. Si le single "Fade" nous donne autant d’émotions que son titre le laisse présager, "Over And Over" est d’une intensité mélodique tendue, qui nous guide à grands pas dans cette sensibilité à fleur de peau, souvent cachée qui est la nôtre. Une telle déferlante de délicatesse dans le Métal n’est pas courante, même si le style n’en est pas exempt, jamais…

Autre surprise, qui n’en est pas vraiment une puisqu’elle nous avait déjà été dévoilée sur le précédent opus, le chant à trois reprend ses droits et ce n’est pas plus mal finalement.
D’où "Ocean" et cette patte à la Ty Tabor immédiatement reconnaissable, belle chanson Pop aux influences McCartney/Lennon, jamais démenties par le guitariste.
Doug a aussi droit à sa mise en avant avec "Ono", puissante, émotionnelle, rugissante et Heavy comme lui seul en a le secret. Si les crédits des chansons ont toujours été collégiaux, solidarité oblige, on sent bien que les trois protagonistes écrivent plus ou moins seuls, et sont ainsi démasqués. Chacune des composantes du groupe est vite identifiable, ce qui en fait sa force première. Le chant et le jeu de basse du principal chanteur étant à la fête sur un titre comme "Little Bit Of Soul", groovy et mélodique à souhait.

L’album est certes parcouru de quelques faiblesses, dont "Hate You" et "Cupid", mais sont vite relayées par "Happy" et sa hargne partagée où le groupe se retrouve comme un seul homme pour un rendu des plus Heavy, ou les chœurs collectifs et les breaks bienvenus coagulent en un seul et même sang pour nous donner un résultat à la hauteur de nos attentes, là ou tous les « clinics » de la terre échoueront. Une belle leçon de jam impromptue qui en fait tout de même une chanson ! Il en est de l’intelligence d’écriture et de partage…

Le son n’est pas parfait, quelques arrangements supplémentaires n’auraient pas été de trop pour cette galette représentant grosso modo la fin d’une époque pour KING’S X. Et d’un style au pourtour parfait, nous passerons à des expérimentations pour le moins surprenantes par la suite, mais si on parle de "Tape Head", la qualité est présente, l’inspiration aussi, sans parler de l’interprétation, d’une beauté et d’une finesse jamais égalées.

Malgré une horrible pochette, cet album est d’une qualité quasi-constante pour qui veut apprécier le trio texan. De la beauté vous dis-je…

A lire aussi en POP ROCK / METAL par MULKONTHEBEACH :


58
Diet For A New America (2000)
Projet Pop one shot d'un certain Nikki Sixx




Phil LYNOTT
Solo In Soho (1980)
Phil en solo, déconcertant mais jouissif !


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Doug Pinnick (chant, basse)
- Ty Tabor (guitare, chant)
- Jerry Gaskill (batterie, chant)


1. Groove Machine
2. Fade
3. Over And Over
4. Ono
5. Cupid
6. Ocean
7. Little Bit Of Soul
8. Hate You
9. Higher Than God
10. Happy
11. Mr. Evil
12. World
13. Walter Bela Farkas ( Live Peace In New York )



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod