Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nightwish, Within Temptation, Haggard
- Membre : Candlemass, Notre Dame, Dream Evil, Dimmu Borgir, Memento Mori, Illwill, Luciferian Light Orchestra, Entombed, Sinergy, Dismember, Angtoria, Cradle Of Filth, Krux, Amaseffer, Diablo Swing Orchestra, Demonoid, Evergrey, Sorcerer
 

 Site Officiel Du Groupe (419)
 Chaîne Youtube (374)

THERION - Of Darkness... (1991)
Par DARK MORUE le 6 Juin 2013          Consultée 3552 fois

Ah THERION... Le meilleur groupe de reprises Metal de France Gall au monde. Et de très très loin. Plus bel hommage qu'un groupe de la sphère Metal ait pu rendre aux sucettes à l'anis.
Hum non, rectification.
THERION... Un excellent groupe de Heavy à tendance Sympho qui part un peu dans tous les sens mais a toujours sur garder son âme et son indéniable efficacité, avec pour exception le catastrophique "Sitra Ahra"...
Ouais non, on corrige encore.
THERION, le plus grand groupe de Metal Sympho de la planète, mêlant occultisme, lyrisme et grandiloquence, que ce soit dans ses fresques épiques (la tuerie intégrale "Secret Of The Runes") ou dans ses envolées énergiques et presque avant-gardistes (mon Dieu ce "Theli"...).
Ouais ça a plus de gueule comme ça. Décrire un groupe par son âge d'or, par le sommet de son art, ça a toujours plus de gueule, on va juste tenter d'oublier leurs dernières réalisations malgré le très bon dyptique. Maintenant, on va carrément remonter aux origines.
THERION, l'un des premiers et plus influents groupes de Death Metal Suédois pur et dur, brutal et occulte, qui tronçonne dans le lard et invoque Satan. Ouaip.

Ah c'est sûr, si vous êtes un fan de THERION moyen, normalement, vous avez un peu de mal avec les deux tous premiers albums. C'est pas tout à fait pareil on va dire... Il faudra attendre le 3ème pour que les premiers instruments symphoniques viennent se greffer, en attendant c'est du pur jus, pur sang et pur headbang droit dans ta face.
Et donc, la leçon historique du jour va porter sur "Of Darkness...", le tout premier effort studio du groupe. Et accessoirement le 4ème full-length enregistré au mythique Sunlight Studio, le tout premier étant le (mauvais) "Summerian Cry" de TIAMAT, groupe qui a également quelque peu changé depuis. Et donc, notre petit THERION, mené par l'inébranlable Christopher Johnsson et entouré d'un line-up qui l'entourera tant que le groupe restera foncièrement Death franc du collier, sort son premier album en cet excellent cru qu'a été 1991. Sachant qu'à la base, le groupe s'appelait BLITZKRIEG mais fut renommé en hommage à CELTIC FROST pour les premières démos.
Et ça tabasse bien comme il faut, totalement ancré dans l'époque. Les guitares croustillent, ça speede, ça riffe sec, ça martèle.

On sait que THERION, et Johnsson plus particulièrement, font partie de l'ordre du Dragon Rouge, secte occulte sur laquelle on ne sait au finale pratiquement rien (si quelqu'un a compris quelque chose aux arts kabbalistiques sans être juif, qu'il m'appelle, c'est pas faute d'essayer). Je ne sais pas du tout si cette implication était déjà effective au moment de l'enregistrement de "...Of Darkness", et les paroles ne donnent aucune indication vu que l'orientation est ici plus politique qu'autre chose, mais le fait que ce soit le cas m'aurait bien aidé à expliquer l'ambiance qui règne ici. Bien que très classique, THERION distille une atmosphère toute particulière, sombre et occulte, une sorte de magie noire transpirant de la débauche de violence affichée. On pense très fort à ENTOMBED et CARNAGE pour le son et les riffs, avec une grosse louche de MORBID ANGEL pour l'esprit et des touches bien Thrash pour que ça te rentre dans la tronche. Le chant de Johnsson est growlé avec les tripes, ça grogne et ça crie au vitriol dans les catacombes, bref, Death Old School.

Et au final, même si plusieurs œuvres du genre à suivre lui tiendront la dragée haute, ce premier opus est quand même sacrément convaincant. Rien que l'opener, "The Return", probablement un des meilleurs morceaux issus de cette période. Tout y est. Les riffs conquérants, la structure bien accrocheuse, passages Thrashy qui déchirent le pit, gros ralentissement écrasant final... Le tout avec des riffs globalement techniques et des tempi parfois bien furieux à la limite du Grindcore ("Asphyxiate With Fear" c'est pratiquement du NAPALM DEATH par moments). Au rayon des réussites, on a aussi la seconde partie de l'album qui est on ne peut plus solide, la triplette "Genocial Raids"-"Time Shall Tell"-"Dark Eternity" envoyant bien la purée dans des styles différents, sachant mêler tout ce qu'il faut pour vous coller la fessée. Seul "Morbid Reality" fait figure d'unique morceau de qualité clairement inférieure, avec une deuxième moitié clairement peu inspirée. Assez faibles comme défauts pour un opus de Death Old School certes classique mais d'une solidité exemplaire, flinguant dans tous les sens, avec un sacré feeling sombre et incantatoire et des expulsions de violence jouissives.

Donc THERION, avant d'être un sommet du Metal Symphonique, était un putain d'excellent combo de Death façon Swedish Old School. Assez glauque ("Genocidal Raids" fait quand même froid dans le dos à plusieurs reprises) et mélangeant l'esprit vindicatif du Grind à une grosse efficacité et lourdeur typiquement Death, ce savant dosage d'ambiance malicieuse et de violence exacerbée devrait convaincre absolument tous les amateurs de Death. La réédition par Nuclear Blast en 2000 y fait d'ailleurs carrément honneur, le remaster étant pour une fois tout bonnement excellent et donnant aux morceaux une prod on ne peut plus puissante bien que crasseuse.
Non sérieusement. Un classique de l'époque pour les connaisseurs. La base de la base, pas de faiblesse, pas de déclin, et aucune évolution à anticiper... Surtout pas celle ayant eu lieu.

Magie de la mort : un gros classique du Death Suédois souvent occulté par l'ombre imposante du reste de la discographie du groupe, faisant totalement honneur à la scène du genre en son époque.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


TRIFIXION
A Utopia For The Damned (2011)
Sulfureuse claque issue du néant




CARCASS
Surgical Steel (2013)
Promesses tenues

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Christopher Johnsson (guitare, chant)
- Peter Hansson (guitare)
- Erik Gustafsson (basse)
- Oskar Forss (batterie)


1. The Return
2. Asphyxiate With Fear
3. Morbid Reality
4. Megalomaniac
5. A Suburb To Hell
6. Genocidal Raids
7. Time Shall Tell
8. Dark Eternity



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod