Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (12)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : In Flames, Temnein, The Black Dahlia Murder , Hypocrisy, The Absence , Dark Tranquillity, Nightrage, Children Of Bodom, Gardenian, Soilwork
- Membre : Ozzy Osbourne , Mystic Prophecy, Nevermore, Spiritual Beggars, Illwill, The Night Flight Orchestra , Dismember, Opeth, Firewind, Arsis, Dream Evil, The Agonist
- Style + Membre : Carcass
 

 Myspace Du Groupe (549)
 Site Officiel Du Groupe (559)

ARCH ENEMY - Doomsday Machine (2005)
Par ALANKAZAME le 10 Février 2006          Consultée 3132 fois

"Anthems of Rebellion" m’avait flanqué une sacrée claque… Le disque qui m’a ouvert les portes du monde du death mélodique (et m’a donc amené à vouer un véritable culte aux suédois de DARK TRANQUILLITY) est resté depuis mon album d’ARCH ENEMY favori. Vous vous doutez donc bien que j’attendais avec impatience son successeur… Aussi suis-je allé acheter "Doomsday Machine" le jour de sa sortie. Je me suis rapidement rendu compte que j’avais littéralement balancé mon fric par la fenêtre !

A la première écoute, l’album passe plutôt bien, les mélodies sont toujours aussi accrocheuses et on retrouve avec un grand plaisir les soli endiablés des seigneurs Amott. Puis, au fil des écoutes successives, les innombrables tares de "Doomsday Machine" s’affichent au grand jour. La principale de ces tares, c’est Angela Gossow : alors que sa voix sur "Anthems of Rebellion" était enregistrée tel quel, sans mixage additionnel, nature, écoutable tout simplement, elle est ici littéralement à vomir ! Ses vocaux sont superposés les uns sur les autres, remixés, modifiés par informatique, rien ne semble naturel, tout est trafiqué jusqu’au moindre petit couplet ! Le manque de variété des timbres et des registres était déjà gênant sur les deux albums précédents ("Wages of Sin" et "Anthems of Rebellion"), mais là très franchement on touche le fond ! Ce chant artificiel dénué de toute émotion et de toute sincérité entache l’intégralité d’un album par ailleurs très loin d’être convaincant dans d’autres domaines. On en arrive donc à la seconde tare, seconde ignominie dans toute sa splendeur : d’écoeurants refrains popisants tout bonnement insupportables ! On est aux antipodes de tubes comme "Burning Angel" ou "We Will Rise", tous les refrains de "Doomsday Machine" sonnent pop metal, privilégiant une évidente facilité ! Le manque de recherche créative est ici particulièrement flagrant, et l’originalité est définitivement absente… ARCH ENEMY parvient à nous inventer la face pop du death metal par le biais de faux tubes faciles et fades comme l’ignominieux "Nemesis", exemple parfait du mauvais goût sous sa forme la plus aboutie ! D’ailleurs le son en général ne ressemble pas du tout au ARCH ENEMY auquel nous étions habitué, j’irais ainsi jusqu’à dire que le groupe s’égare souvent dans des passages metalcore particulièrement malvenus, notamment sur les couplets, par le biais de gros riffs lourds et pesants, rapides et dénués de mélodies stridentes si typiques du death mélodique… Le problème est ici de taille, car les frères Amott sont surtout doués pour les prouesses techniques et les passages instrumentaux épiques, et le metalcore, mouvement en plein essor en cette année 2005, impose une rude concurrence : les couplets de "Nemesis" ou de "My Apocalypse" font bien marrer lorsqu’on a écouté les monstres du dernier album de CHIMAIRA !

Troisième gros défaut : les sonorités électro et les samples ont complètement débarrassé le plancher ! Erreur fatale, car cet apport ayant fait le succès de l’album précédent aurait permit de compenser les grandes faiblesses citées précédemment… Comment pourrait-on parler de retour aux sources, on est réellement à cent lieux des compos de génie de "Stigmata" et de "Burning Bridges" ! Les soli sont là, ok, mais ils sont tellement nombreux qu’aucun titre ne parvient à se construire une identité propre (si l’on excepte un réel effort fait sur le refrain de "My Apocalypse" avec de très timides samples et une ambiance sinistre assez réussie pour "Carry The Cross").

La liste des reproches est encore longue, on pourrait, par exemple, y ajouter des lyrics particulièrement basiques (et le livret nous révèle cette désagréable surprise : Gossow seconde désormais Amott dans l’écriture des paroles !), un son archi aseptisé, un artwok qui pactise littéralement avec les clichés (témoignage du dessinateur, Niklas Sundin : « les groupes paient pour un travail et ont donc le droit de proposer différentes alternatives concernant la composition, il est fréquent d’entendre des choses comme "Pourrais-tu mettre un crâne au milieu pour faire plus metal ?" », dans un interview réalisée fin 2005, à noter que M. Sundin a créé tous les artwoks de ARCH ENEMY depuis "Wages of Sin"), et qui s’accorde parfaitement avec le mauvais goût général de l’album (et je ne vous parle pas du clip de "Nemesis" !)… Échec quasi-total, donc, pour ARCH ENEMY. On ne dégringole tout de même pas jusqu’à 1, car il ne faut en aucun cas renier le talent des frères Amott… Mais ce "Doomsday Machine" est pour moi un album foiré. Ma plus grosse déception de l’année 2005…

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par ALANKAZAME :


ARCH ENEMY
Stigmata (1998)
En hommage à deux frères

(+ 1 kro-express)



ARCH ENEMY
Live Apocalypse (2006)
Enfin ! ça valait le coup d'attendre!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   POWERSYLV

 
   ALANKAZAME
   FENRYL
   MEFISTO

 
   (4 chroniques)



- Angela Gossow (chant)
- Michael Amott (guitare)
- Christopher Amott (guitare)
- Sharlee D'angelo (basse)
- Daniel Erlandsson (batterie)


1. Enter The Machine
2. Taking Back My Soul
3. Nemesis
4. My Apocalypse
5. Carry The Cross
6. I Am Legend/out For Blood
7. Skeleton Dance
8. Hybrids Of Steel
9. Mechanic God Creation
10. Machtkampf
11. Slaves Of Yesterday



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod