Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Melted Space
- Membre : Gorefest, The 11th Hour , Hail Of Bullets, Demiurg, Guilt Machine, Ambeon, Vengeance, Anthony, Stream Of Passion, Bodine
- Style + Membre : Arjen Anthony Lucassen , The Gentle Storm , Arjen Anthony Lucassen's Star One
 

 Site Officiel (1156)
 Myspace (200)
 Chaîne Youtube D'arjen Lucassen (175)

AYREON - The Source (2017)
Par METAL le 27 Juillet 2017          Consultée 248 fois

Ce qu'il y a de singulier avec Arjen Lucassen c'est qu'à chaque début de phase créative, le grand néerlandais ne sait jamais lui-même sur quel projet il va composer… repartira t-il sur un album solo après le succès de "Lost In The New Real", ressortira t-il le projet GUILT MACHINE du placard ou bien tentera t-il une nouvelle expérience à la GENTLE STORM ?

Et bien pour le coup, on sent que ce nouvel album d'AYREON aurait aussi bien pu finir en STAR ONE tant les deux univers s'en trouvent mélangés sur les parties les plus musclées du disque. D'ailleurs "The Source" est bien plus Métal (oui, l'accent est ironique) que l'émotionnel "The Theory Of Everything". Les guitares y sont mordantes et l'orgue Hammond ainsi que le "Prophet 5" (synthétiseur analogique) ne sont clairement pas là pour faire de la figuration. Écoutez d'ailleurs la magnifique pièce d'introduction "The Day That The World Breaks Down" et vous verrez, elle met tout le monde d'accord d'entrée de jeu !

Car Arjen a décidé de lâcher les chevaux en réponse à l'émotion dégagée sur "Theory Of Everything". Et quand il s'agit d'envoyer du lourd, le grand blond sait y faire avec non seulement l'épique "The Day That The World Breaks Down" (ce pont bluesy… punaise que c'est bon) mais également le barré "Everybody Dies" et surtout le jouissif "Run! Apocalypse! Run!"

En fait, c'est tout le premier cd qui est magistral, voire même un peu trop car la deuxième partie, bien que de bonne qualité, n'atteint pas les sommets de la galette précédente.

En effet, dès les premières notes de "Aquatic Race" je ressens une certaine déception : le riff et la mélodie principale du titre ne me convainquent guère et accrochent mon oreille avec une sorte de dissonance déstabilisante... pourtant la suite reste de qualité, "Deathcry Of A Race" comporte de nombreux passages mémorables, le très DeepRainbowPurplesien "Into The Ocean" apporte de l'énergie et un côté rétro fort plaisant et, évidemment, les nombreux passages folk sont toujours un régal et forment la "Arjen touch" qu'apprécie tant le fan d'AYREON.

Et c'est rageant car bien qu'il n'y ait aucun mauvais titre, rien n'y fait, la baisse de régime et perte de vitesse de la deuxième galette nuit à l'ensemble. Preuve ultime, "The Human Compulsion", le pénultième morceau, s'annonce comme un morceau de bravoure dans la veine des "The Sixth Extinction" (01011001), "Day Twenty : Confrontation" (The Human Equation) ou plus récemment "Lost In The New Real" (idem)… mais non, il est chouette mais expédié en un peu plus de deux minutes avant d'embrayer sur "March Of The Machines" indispensable à l'histoire mais musicalement sans intérêt, surtout pour conclure l'album.

Bref (soupir) après le feu d'artifice des deux premières "chronicles", on s'attendait vraiment à un final en apothéose, hors c'est plus sur un rythme de croisière qu'on achève notre voyage sur la planète Y et quand en plus les effets sur la voix de Tommy Rogers m'agacent, que Floor Jansen m'a l'air d'avoir oublié de desserrer le frein à main et que Michael Mills, bien qu'impressionnant, semble parfois réduit à un rôle de choriste de luxe, on se dit qu'à la place d'un chef d'œuvre, on termine juste avec un très bon disque qui laisse un goût d'inachevé.

Et dire que pour une fois Tobias Sammet n'était pas énervant, c'est trop bête…

CD1 : 5/5 (les doigts dans le nez).
CD2 : 3/5 (ok, un poil sévère).

A lire aussi en METAL PROG par METAL :


AYREON
The Final Experiment (1995)
Opéra rock-métal progressif lumineux




STREAM OF PASSION
Live In The Real World (2006)
Chaleureux et bon enfant : une réussite


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   METAL

 
   (2 chroniques)



- James Labrie (chant – the historian)
- Tommy Karevik (chant – the opposite leader)
- Tommy Rogers ( chant – the chemist)
- Hansi Kürsch (chant – the astronomer)
- Michael Mills (chant - th-1)
- Russell Allen (chant – the president)
- Simone Simmons (chant – the counselor)
- Nils K Rue (chant – the prophet)
- Tobias Sammet (chant – the captain)
- Michael Eriksen (chant – the diplomat)
- Floor Jansen (chant – the biologist)
- Will Shaw (chant)
- Wilmer Waarbroek (chant)
- Jan Willem Ketelaars (chant)
- Lisette Van Den Berg (chant)
- Arjen Anthony Lucassen (guitare, basse, mandoline, claviers,, hammond, solina)
- Joost Van Den Broeck (piano, piano électrique)
- Mark Kelly (synthétiseur sur cd2-2)
- Ed Warby (batterie)
- Ben Mathot (violon)
- Paul Gilbert (guitar lead sur cd1 - 4)
- Guthrie Govan (guitare lead sur cd2 - 6)
- Marcel Coenen (guitar lead sur cd2 - 2)
- Jeroen Goossens (vents)
- Maaike Peterse (violoncelle)
- Zaher Zorgati (chant – the preacher sur cd2 - 3)


- Chronicle 1: The Frame
1. The Day That The World Breaks Down
2. Sea Of Machines
3. Everybody Dies
- Chronicle 2: The Aligning Of The Ten
4. Star Of Sirrah
5. All That Was
6. Run! Apocalypse! Run!
7. Condemned To Live

- Chronicle 3: The Transmigration
1. Aquatic Race
2. The Dream Dissolves
3. Deathcry Of A Race
4. Into The Ocean
- Chronicle 4: The Rebirth
5. Bay Of Dreams
6. Planet Y Is Alive!
7. The Source Will Flow
8. Journey To Forever
9. The Human Compulsion
10. March Of The Machines



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod