Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  COFFRET

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Style : Melted Space
- Membre : Gorefest, The 11th Hour , Hail Of Bullets, Demiurg, Guilt Machine, Ambeon, Vengeance, Anthony, Stream Of Passion, Bodine
- Style + Membre : Arjen Anthony Lucassen , The Gentle Storm , Arjen Anthony Lucassen's Star One
 

 Site Officiel (1108)
 Myspace (151)
 Chaîne Youtube D'arjen Lucassen (133)

AYREON - The Theater Equation (2016)
Par JEFF KANJI le 26 Décembre 2016          Consultée 2614 fois

La frustration principale des fans d'AYREON a toujours été, je pense, de ne pas voir les Opéra-Rocks d'Arjen Lucassen portés à la scène ou du moins à l'écran. En vérité, j'ai toujours eu l'impression que les Opéra Rocks modernes avaient progressivement pris la place qu'avait l'opéra autrefois. Et ceux d'Arjen Lucassen véhiculaient tout ce qu'on pouvait en attendre ; des émotions, du drame, des rebondissements, et une musique fortement reliée aux textes. Et le concept de "The Human Equation", l'opus le plus introspectif d'AYREON, est celui qui se prêtait le mieux au passage par la scène avec ses émotions personnifiées et le fait que le drame se déroule à la fois dans le monde réel et dans la tête du protagoniste.

Disposant d'une équipe soudée qui s'est constituée au fur et à mesure des rencontres et des collaborations, Arjen, devenu quelque peu allergique à la scène après l'avoir arpentée de nombreuses années avec BODINE puis VENGEANCE, la première tournée de STREAM OF PASSION restant sa dernière incursion à ce jour, a confié la mise en scène et la direction musicale à des hommes et femmes de confiance et le résultat est des plus bluffants.

Pour les besoins de la mise en scène justement, on remarquera l'insertion de quelques leitmotivs entre les morceaux pour servir la trame narrative et l'utilisation poussée du Epic Rock Choir (dont une growleuse hors-pair qui supplée parfaitement aux absences de Devin et Mikael) qu'Arjen a embauché pour l'album de The GENTLE STORM et qui apporte une dimension supplémentaire en permettant une alternance habituelle de l'opéra entre soli, duos, trios etc et chœurs. L'autre bonne idée est d'avoir créé deux niveaux de scène, celle du haut pour représenter le monde extérieur avec ces médecins et celle du bas pour l'intérieur et les souvenirs, la mise en scène de la rencontre entre la femme et le protagoniste rappellera à bien des égards les mises en scène de la Traviata telles que présentées au Met ces dernières années.

La grande force de cette interprétation, la dernière des quatre données au Luxor Theater de Rotterdam est de proposer le concept interprété en direct. Joost Van Den Broeck, en charge d'adapter la musique pour le Live a recruté un line-up de tueurs, avec des noms connus de l'entourage d'Arjen puisqu'on retrouve Johan Van Stratum, par ailleurs bassiste de STREAM OF PASSION, Ed Warby bien sûr aux baguettes, les fidèles Ben Mathot (qui va jusqu'à jouer une partie de mandoline avec son violon) et Jeroen Goossens aussi à l'aise avec une flûte traversière, un didgeridoo ou un basson, et la violoncelliste Maaike Peterse. En outre, si Arjen n'est pas sur scène, l'imposant Marcel Coenen (SUN-CAGED) fait un remplaçant de luxe. Et pour terminer il fallait bien deux claviéristes (dont Ruben Wijga de REVAMP) pour interpréter les nombreuses parties originalement jouées par Arjen Lucassen.

L'autre tour de force, qui paraît dérisoire à côté, est d'avoir pu réunir la quasi-intégralité du casting d'origine à l'exception de Mike Baker (RIP) et de Devin Townsend et Mikael Åkerfeldt. Et les remplacements peuvent être surprenants d'ailleurs, entre Mike Mills (de TOEHIDER et repéré sur "The Theory Of Everything") qui joue double-rôle (Father et Rage) et surtout la fidèle Anneke Van Giersbergen qui vient remplacer le leader d'OPETH ! Mais ce remplacement n'a rien de trop déstabilisant vu qu'il permet d'équilibrer le casting entre hommes et femmes. D'autant que les premiers s'avèrent des acteurs hors-pairs, notamment Eric Clayton qui incarne une Raison charismatique de sa voix profonde, et Devon Graves (DEADSOUL TRIBE, PSYCHOTIC WALTZ) qui campe une Agonie théâtrale. Et quel plaisir de retrouver Wudstik pour reprendre le rôle du Meilleur Ami initialement tenu par Arjen. Ses vibes et son background Hip Hop sont parfaits pour reproduire les parties vocales toutes en nuances de l'original. Marcela Bovio chante encore mieux qu'à l'époque et Magnus Ekwall impose toujours autant par son physique de viking et sa voix de stentor nordique.

"The Theater Equation" est un véritable opéra des temps modernes, parfaitement scénographié et incarné par des musiciens excellents et respectueux de l'oeuvre studio, et un casting clairement à la hauteur (c'est dans ce genre d'environnement que James Labrie est exceptionnel de profondeur – l'album est d'ailleurs dédié à sa mère, décédée juste avant la première de la production). Arjen Lucassen apparaît à la toute fin du spectacle, la foule acclamant le créateur d'une œuvre qui est selon moi transfigurée par la scène. "The Human Equation" est devenu sous sa forme visuelle une œuvre qui a enfin pris toute sa mesure et parvient à dépasser toutes les images que la musique du concept-album avait implantées dans ma tête. Il semblerait d'ailleurs que cette belle réussite ait encouragé Arjen lui-même à enfin proposer quelques concerts (déjà sold-out) pour 2017…

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JEFF KANJI :


AYREON
The Theory Of Everything (2013)
Six ans pour quatre titres




Arjen Anthony LUCASSEN
Lost In The New Real (2012)
Enfin l'album solo


Marquez et partagez






 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- James Labrie (me)
- Marcela Bovio (wife)
- Jermain 'wudstik' Van Der Bogt (best friend)
- Michael Mills (rage/father)
- Magnus Ekwall (pride)
- Irene Jansen (passion)
- Heather Findlay (love)
- Eric Clayton (reason)
- Anneke Van Giersbergen (fear)
- Devon Graves (agony)
- Peter Jan Moltmaker (doctor)
- Nienke Verboom (nurse 1)
- Katinka Van Der Harst (nurse 2)
- Anita Van Der Hoeven (mother)
- Ed Warby (batterie)
- Johan Van Stratum (basse)
- Marcel Coenen (guitare)
- Freek Gielen (guitare)
- Erik Van Ittersum (claviers)
- Ruben Wijga (claviers)
- Jeroen Goossens (flûtes et vents)
- Ben Mathot (violon)
- Maaike Peterse (violoncelle)
- Epic Rock Choir


- Act I
1. Day One: Vigil
2. Day Two: Isolation
3. Day Three: Pain
4. Day Four : Mystery
5. Day Five: Voices
6. Reprise Pain 1
7. Day Six: Childhood
8. Day Seven: Hope
9. Day Eight: School
10. Reprise Childhood
11. Day Nine: Playground
12. Day Ten: Memories
13. Reprise Pain 2
14. Day Eleven: Love

- Act 2
1. Day Twelve: Trauma
2. Day Thirteen: Sign
3. Day Fourteen: Pride
4. Reprise Vigil
5. Day Fifteen: Betrayal
6. Reprise School
7. Day Sixteen: Loser
8. Day Seventeen: Accident?
9. Reprise Pain 3
10. Day Eighteen: Realization
11. Reprise Trauma
12. Day Nineteen: Disclosure
13. Day Twenty: Confrontation
14. Dream Sequencer System Offline



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod