Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/THRASH  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nile, No Return
- Style + Membre : Dies Irae

VADER - The Empire (2016)
Par MEFISTO le 24 Novembre 2016          Consultée 1264 fois

Ça y est : VADER a atteint la douzaine. Quelle machine quand même ! Douze putains d'albums, un autre de reprises et huit E.P depuis 1983, quand Peter a crevé le voile avec une de ses meilleures réussites, "The Ultimate Incantation". Trois ans plus tard, "De Profondis" lançait les Polonais pour de bon tellement ce Death/Thrash visait droit dans le mille et se fondait bien dans son époque.

En 2016, force est d'admettre que la formule est restée la même, sans que Peter n'y change rien de majeur. Le type vieillit en âge, mais pas musicalement, car il surfe sur les valeurs sûres qui font de lui un des plus prolifiques artistes de son genre et de sa génération. Chaque disque de VADER est bon, sans défoncer le mur du son ou obtenir un trophée pour sa réinvention du Death. Peter se contente de s'amuser en créant des chapelets de pièces sans prise de tête qui déboulent comme des hordes de bêtes sauvages dans nos conduits, à part quelques raretés plus épiques/symphoniques ou des trucs moins véloces telles que "Iron Reign" ou "Send Me Back To Hell". Des pièces souvent courtes axées sur les riffs incisifs, les solos de dingue et le groove contagieux. Peu importe qui sont ses acolytes, c'est le mortier de Peter.

"The Empire" est ainsi l'œuvre que vous attendiez sans bander, lancée sans prétention et avec, encore une fois, une pochette kitsch à souhait, possiblement une des pires de la disco. En insérant le CD par contre, on se rend rapidement compte que VADER n'a pas l'intention de ralentir le rythme, surtout que "Tibi Et Igni" s'avérait un des meilleurs skeuds du groupe depuis longtemps. Et c'est mission accomplie encore une fois – on a l'impression de se répéter avec VADER – parce que les Polonais savent comment additionner simplicité et efficacité. Cette équation a toujours été son pain et son beurre et au risque de subir une crise cardiaque, Peter se sert avidement en beurrant son pain d'une épaisse couche de graisse avant de le dévorer. Zéro subtilité donc.

Sur une note personnelle, les bonnes vieilles pantoufles de Peter commencent à me casser les pieds. Je suis un fan fini du groupe, mais j'ai l'impression de vivre le jour de la marmotte album après album. Bien sûr, j'adore le son VADER, sa violence me parle encore, mais le pilote automatique est enclenché depuis trop longtemps à mes yeux. Je ne prétends pas que la formation soit finie, au contraire, elle trouve le moyen de sortir des bombes 33 ans après sa création, mais il me semble que j'entends constamment la même pièce galette après galette ! Z'avez pas ce feeling ? Le mien vient jeter une ombre…

Mais bon, "The Empire" et ses 33 minutes vous fournira votre énième dose de VADER, la drogue fonctionne, ne vous faites pas de mouron. Il y a aussi suffisamment de verve dans ces dix brûlots pour ne pas que Peter se fasse brûler sur le bûcher comme perroquet. Sauf que le côté épique exploité sur les derniers efforts du groupe a été passé à la trappe. Grosse erreur. Au niveau des textes, on repassera pour l'originalité et de toute façon, ça ne sera jamais la force du groupe. Le modus operandi ultra direct frôle la redite, mais merde, demander à Peter de se métamorphoser après douze albums est l'équivalent de demander à votre grand-père de créer un site web alors qu'il n'a jamais touché à un ordi…

Je ne bouderai donc pas trop mon plaisir, VADER est vivant, a l'âge du Christ et mord comme un bulldog malgré sa barbe grise.

Ouais…

Mais ça plafonne quand même ce gros éléphant paresseux. Alors je casserai cette longue liste de quatre étoiles octroyées à VADER, car… j'en ai envie.

Podium : (or) "No Gravity", (argent) "Parabellum", (bronze), "Angels Of Steel".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


NECROPHOBIC
Death To All (2009)
Ébouriffant death/black à ne pas louper !




FLESHGOD APOCALYPSE
Oracles (2009)
La Terre tremble... à partir de la grosse botte.


Marquez et partagez






Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Piotr 'peter' Wiwczarek (guitare, chant)
- Marek Pająk (guitare)
- James Stewart (batterie)
- Tomasz Halicki (basse)


1. Angels Of Steel
2. Tempest
3. Prayer To The God Of War
4. Iron Reign
5. No Gravity
6. Genocidius
7. The Army-geddon
8. Feel My Pain
9. Parabellum
10. Send Me Back To Hell



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod