Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nile, No Return
- Style + Membre : Dies Irae

VADER - The Ultimate Incantation (1992)
Par MEFISTO le 22 Mars 2015          Consultée 2307 fois

C'est quand même hallucinant de penser que lorsque j'avais 2 ans, alors que mes parents m'inondaient de musique pour bébé, le fondateur de VADER, Peter, se mettait au travail. Après quelques démos parues entre 1988 et 1990, tandis que les ténors du genre dont déjà des dommages, et plusieurs changements de line-up, le patriarche du Death polonais voyait enfin le jour en 1992 avec ce "Ultimate Incantation", inconnu au bataillon de plusieurs, surtout chez NIME.

Pourtant, quand on regarde la tracklist, quelques titres peuvent nous sauter aux yeux, 23 ans plus tard. Normal, ce colossal tremplin est l'album le plus représenté sur l'excellent best-of de réenregistrements "XXV" (2008), que je vous conseille fortement pour connaître ce groupe figurant dans mon top 10 (ce qui n'est pas peu dire).

Ainsi, "Dark Age", "Vicious Vircle", "The Crucified Ones", "The Final Massacre", "Reign Carrion" et "Chaos", figurent au panthéon VADER. Et, coïncidence, elles se retrouvent à la suite sur ce disque. Enfin, seul le titre "Testimony" vient « briser » ce feu roulant, cette déferlante qui vous plonge au cœur du talent précoce de Peter. Et cela ne veut pas dire que le reste de l'album soit mauvais, loin de là, "The Ultimate Incantation" jouit d'une aura de la tête à la queue ; dès qu'on a pénétré dans ce monde violent et funeste, on ne veut plus en ressortir. On y entre sous cet air vicié de l'intro et on en émerge amoché, flottant dans ce même air soufflant à la fin. Comme une traversée de l'Enfer. Aussi cliché cette image soit-elle.

VADER a employé la bonne vieille formule qui fonctionnait à l'époque du Death/Thrash à l'américaine : riff nerveux, mélodies obscures et solos en quantité industrielle, batterie clinquante, rapidité d'exécution et ambiance à cheval entre une cérémonie occulte et la fin du monde. Bref, le Death crasseux et malsain, aujourd'hui minimaliste, des années 90 ! Celui qui vivait surtout aux États-Unis et en Suède à cette époque.

Ce qui différencie peut-être VADER de la masse est sans doute ce côté thrashisant qu'il conservera toute sa carrière, cette émule entre un SEPULTURA et un DEATH, par exemple, cette musique des profondeurs bien vibrante dont les cordes tranchent des têtes. Un bon mix de technicité sans divagations et de gros fun noir, bref le nec plus ultra des diverses influences qui faisaient moshpiter les foules de partout. Bon, vous direz que VADER a eu de la chance de sortir des années après que les bases aient été jetées, c'est vrai ; il n'avait qu'à se servir au buffet. Sauf qu'il a fait ses classes pendant près de dix ans en coulisses avant de nous asséner cette monstruosité qu'est "The Ultimate Incantation" et bien des poids lourds en 1992 ne pouvaient se targuer de distraire autant.

En plus, ça demeure un Death sans prétention, évidemment, dans une ère où la simplicité dans la complexité dominait en reine assoiffée de sang. La voix de Peter est intéressante aussi, grave et sale, à un niveau que plusieurs pointures nord-américaines n'osaient pas encore employer. Bon, pas un chant à la INCANTATION quand même, on entend plus que partiellement Peter, mais disons que le niveau d'agression, musique y comprise, se situe entre 6 et 8, dépendamment de votre sensibilité !

En cette bonne vieille année 1992, "The Ultimate Incantation" avait tous les atouts pour batailler avec les gros canons du Death. Et ça lui en prenait des masses, car entre 1990 et 1995, la concurrence était forte ! Grâce à son efficacité, son groove, la qualité de ses riffs et sa production correcte rappelant les débuts du style, ce premier skeud du grand VADER est un de ses meilleurs albums. Ironique aussi qu'il puisse être considéré comme une large tranche de son testament.

Podium : (or) "Dark Age", (argent), "The Crucified Ones" (bronze) "Reign Carrion".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


BELPHEGOR
Totenritual (2017)
Un sommet après 11 albums ?




GOD DETHRONED
Under The Sign Of The Iron Cross (2010)
War Metal en acier trempé


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Piotr 'peter' Wiwczarek (guitare, chant)
- Jaroslaw 'china' Łabieniec (guitare)
- Krzysztof 'doc' Raczkowski (batterie)
- Jacek 'jackie' Kalisz (basse)


1. Creation (intro)
2. Dark Age
3. Vicious Circle
4. The Crucified Ones
5. The Final Massacre
6. Testimony
7. Reign Carrion
8. Chaos
9. One Step To Salvation
10. Demons Wind
11. Decapitated Saints
12. Breath Of Centuries



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod