Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 5)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Astral Doors, Axel Rudi Pell , Hear 'n Aid, Locomotive Breath, Blaze Bayley, Nightmare
- Membre : Ac/dc, Def Leppard, Stratovarius, Yngwie Malmsteen , Black Sabbath, Dokken, Msg, Riverdogs, Rainbow, Revolution Saints
- Style + Membre : Wami, Heaven & Hell

DIO - Angry Machines (1996)
Par ALANKAZAME le 24 Juin 2009          Consultée 6581 fois

Décidément les années 1990 n'auront pas profité à DIO. "Lock Up The Wolves" (1990) n'était pas terrible, "Strange Highways" (1993) était franchement mauvais et, aussi affligeant que cela puisse paraître, "Angry machines" enfonce le clou en s'avérant être carrément à chier. Difficile d'expliquer comment un pilier du heavy metal comme Ronnie James Dio a put s'égarer à ce point dans la médiocrité pendant toutes ces années. L'impérieuse nécessité de s'adapter aux modes du moment pour garder la tête haute dans les charts a beaucoup dégradé la finesse des compositions de DIO, toujours plus grossières et mauvaises d'un album à l'autre depuis que le très impopulaire guitariste Tracy G et son jeu simpliste a rejoint la formation. Compte tenu de la grande faiblesse d'"Angry machines", il n'était pas déplacé d'affirmer à l'époque de sa sortie que Dio, vieillissant, avait définitivement fait son temps. Affirmation qui sera, fort heureusement, démentie quatre ans plus tard avec l'arrivée de l'excellent "Magica".

En attendant, il n'y a vraiment pas grand chose à sauver parmi les dix titres de ce pauvre album. Les machines ont peut être la rage, mais au bout du compte ça ne donne pas grand chose. Quand ça n'est pas à du mauvais BLACK SABBATH ("Institutional Man", "Dying in America"), c'est carrément à du heavy bas-du-front, à la fois lourdingue et popisant, auquel on a droit, comme peuvent en témoigner "Black" et son abominable refrain. Le très lent (et très chiant) "Hunter of the Heart" n'arrange rien à l'affaire avec ses guitares poussives et son rythme récurrent épuisant au possible. Les nappes de synthé niaiseuses n'empêcheront pas "Stay Out of My Mind", titre à l'ambiance sinistre lamentablement ratée, de reproduire les mêmes erreurs... DIO, à force de creuser après avoir touché le fond, semble même très proche du noyau terrestre avec les abjectes "Big Sister" et "Double Monday", leurs riffs stupidement agressifs et leurs brefs interludes sentiments à deux balles, tout simplement confondants de crétinisme artistique. L'absence de mélodies lasse très vite et on a rapidement l'impression de toujours entendre la même chose. Bref on tourne en rond et on n'hésitera qu'un temps à zapper au titre suivant pour abréger notre calvaire.

"Don't tell the kids" est peut-être le seul titre un tant soi peu intéressant de la galette, avec son rythme élevé et ses guitares mélodiques. DIO fait aussi brièvement mine de renouer, hélas sans succès, avec l'ambiance de ses premiers albums par le biais du fadasse "Golden Rules", de toutes manière bien maladroit et aux sonorités toujours aussi péniblement redondantes. Le titre le plus supportable de l'album s'avère être au final la ballade "This Is Your Life", pourtant excessivement banale et attendue au tournant, mais qui a le mérite de mettre en valeur la voix de DIO, le seul élément réellement positif à retenir malgré un chant de plus en plus poussif. La collaboration avec Tracy G a sans conteste atteint ses toutes dernières limites, la recette est vraiment au bout du rouleau, et on peut difficilement imaginer de quelle manière les gaillards auraient put s'y prendre pour accoucher de quelque chose d'encore plus mauvais...

Il n'y a pas grand chose à ajouter, l'affaire ne mérite rien de plus qu'une rapide évacuation. "Angry machines" est un album réellement épuisant, plombé par une surenchère agressive devenue insupportable. Tracy G joue plus que jamais les gros bourrins, y'en a ras-le-bol et on ne pouvait que se réjouir du départ du bonhomme après la sortie de la galette. Craig Goldy le remplacera avantageusement et donnera enfin à Ronnie l'occasion de renouer avec la finesse de composition qui fait tout l'intérêt de ses premiers albums. En attendant "Angry machines" est un échec quasi-total, un album inutile et superficiel et qui, malgré son surprenant succès commercial en Grande-Bretagne, aura tôt fait de sombrer dans l'oubli. Heureusement que DIO a su se ressaisir par la suite.

A lire aussi en HEAVY METAL par ALANKAZAME :


DIO
At Donington Uk: Live 1983 & 1987 (2010)
Ronnie au sommet de son art...




HEAVEN & HELL
The Devil You Know (2009)
Dio + Iommi = ... BLACK SABBATH !


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Ronnie James Dio (chant)
- Tracy G (guitare)
- Jeff Pilson (basse)
- Vinny Appice (batterie)
- Scott Warren (claviers)


1. Institutional Man
2. Don't Tell The Kids
3. Black
4. Hunter Of The Heart
5. Stay Out Of My Mind
6. Big Sister
7. Double Monday
8. Golden Rules
9. Dying In America
10. God Hates Heavy Metal
11. This Is Your Life



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod