Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (8)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition

MISANTHROPE - Irrémédiable (2008)
Par POSSOPO le 9 Juin 2008          Consultée 6054 fois

MISANTHROPE a composé ce disque. Nouvelle qui n'intéressera malheureusement pas grand monde. Ceux qui se sont toujours moqué de la troupe de l'Argilière ne risquent pas de changer d'avis à l'écoute de cette nouvelle dentelle metallique. Les supporters du groupe ont les oreilles tellement rivées sur cette même et fascinante dentelle qu'ils en oublient le tissu qu'elle ne devrait accompagner qu'avec un minimum de réserve. Mais voilà, MISANTHROPE, a toujours vécu dans l'exagération, MISANTHROPE a trouvé sa niche, MISANTHROPE caresse ses fans dans le sens du poil. Et s'aliène depuis toujours toute une frange du public par excès de pédanterie.

Enfin, c'est justement sur l'analyse du tissu qu'il serait bon de s'attarder, non pas sur les falbalas, marque de fabrique devenue sans surprise aucune. Je me demande même s'il est encore bien utile de parler des lignes de basse de Jean-Baptiste Moréac, co-leader à la force du poignet, professeur es arabesques graves, patron indéboulonnable de la section instrumentale. Haut dès sa première apparition discographique (le thrash death technique de KRAKKBRAIN), côtoyant les plus impressionnants sommets depuis plusieurs albums misanthropiques, représentant du côté humble de la force, balance vitale à la prétention sans bornes de l'Argilière.

Un Argilière double face sur ce disque. Une voix peu convaincante (doux euphémisme, je l'admets), un organe forcé qui sent la trachéotomie mais une diction audible, détail essentiel quand on connaît l'importance du concept chez son bébé. Un concept qui sent la énième resucée, c'est vrai. Jean-Baptiste Poquelin Molière – Charles Pierre Baudelaire, les bâtisseurs de cathédrales – les retourneurs de pierre… Une resucée qui refait pourtant mouche, formule facile mais efficace.

Tout ça, c'est le prévu d'avance. Depuis "Visionnaire", MISANTHROPE n'évolue finalement plus. Un son de plus en plus accessible, des années STRATOVARIUS, un retour vers plus de sombre, "Irrémédiable" poursuit l'aventure sans qu'on s'étonne de grand-chose.
Sans qu'on s'étonne de grand-chose mais un grand sourire après les premières écoutes. Un grand cru. Un grand cru fait de riffs marquants et d'arrangements intelligents. "L'Infinie Violence Des Abîmes" et son esprit death old school, un solo au son dénudé sur "Les Limbes", du IN FLAMES bien fait avec "Phenakistiscope, "Prodigalité" et son piano très DIMMU BORGIR, l'arpège bite et chatte de "Plaisirs Saphiques", l'addictivité sans limites de "Névrose". Quelques exemples qui attestent d'une grande variété pleine de cohérence et d'un rééquilibrage des forces. L'orchestre bavarde et lèche toujours le même falbala, c'est ainsi qu'il hypnotise son public, il recommence ici à… composer (voir plus haut).

Et c'est à ceux qui crachent sur le baroque boursoufflé de MISANTHROPE que s'adresse ce dernier paragraphe. Composer, un travail qui n'a pas toujours constitué l'effort principal de L'Argilière, Moréac, Féret et Scemama, souvent trop contents de leur style tout en vanité et en affectation. C'est bien en se reposant sur des lauriers que certains trouvent hideux que le plus haut représentant du metal gaulois s'est aliéné une grande partie du public national, public qu'il ne reconquerra jamais, public qui ferait pourtant bien de goûter à quelques morceaux de ce festin sophistiqué et d'une finesse qui n'a cette fois-ci rien d'un trompe-l'oeil. Qui sait, il se pourrait que quelques-uns terminent même leur assiette. Oui, ceux-là regretteront tout de même les flonflons. Ils n'auront pas tout à fait tort, "IrréméDIABLE" serait plus bel encore s'il savait la jouer simple. Mais MISANTHROPE conserve sa politique excessive, tant pis. Le plat baigne dans une sauce trop épaisse mais la viande (maigrichonne et de piètre qualité sur plusieurs ouvrages passés) est bonne en 2008. Très bonne.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


IN FLAMES
Used & Abused... In Live We Trust (2005)
Du live, des clips, un documentaire... bon boulot




MISANTHROPE
Libertine Humiliations (1998)
Death melodique


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- S.a.s De L’argilère (chant)
- Jean-jacques Moréac (basse et synthés)
- Anthony Scemama (guitares et synthés)
- Gaël Féret (batterie)


1. Les Retourneurs De Pierres
2. Phénakistiscope
3. Les Limbes
4. Le Passager Du Hasard
5. L'infinie Violence Des Abîmes
6. Prodigalité
7. Le Dandy De Bohème
8. Fantasia Artificielle
9. Le Maudit Et Son Spleen
10. Plaisirs Saphiques
11. Névrose
12. 1857
13. Ixion
14. L’oracle De La Déchéance
15. Lxxxiv L'irrémédiable



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod