Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH ORIGINAL  |  COFFRET

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition

MISANTHROPE - Misanthro-thérapie (15 Années D'analyse) (2004)
Par JULIEN le 18 Septembre 2004          Consultée 4653 fois

Fichtre ! Quinze ans déjà ! Quinze ans de passion et de foi, quinze ans d’un investissement sans limites... quinze ans que la France peut s’enorgueillir de posséder l’un des plus intéressants groupes de l’extrême, un visionnaire, un de ces électrons libres gravitant autour des uns et des autres en glissant quelques étincelles de folie, en faisant se déverser les notes bizarres de morceaux qui en laissèrent plus dans la difficulté d’en dire autre chose que des allégations couperets en forme d’incompréhension. C’est que MISANTHROPE, à l’image d’Alceste, a toujours préféré l’assouvissement de sa propre fièvre créatrice et courtoise à la bassesse des choses de ce monde. Et le groupe d’accoucher d’œuvres déroutantes, parfois avant-gardistes, d’autres fois franchement osées... la fierté chevillée à l’âme et le progrès en guise d’apostolat, le cœur frissonnant de cet espoir d’apporter, enfin, quelque chose à la musique extrême.

Aujourd’hui, difficile de contester la légitime prétention de MISANTHROPE au trône du Metal français, généreusement empanaché dans son vêtement altier qui lui ouvre les portes d’un rayonnement international. Si ses premières œuvres furent incomprises, boudées, écartées avec dédain faute de se loger dans des cadres étriqués, ses récentes explosions de talent lui permirent, enfin, d’écarter le rideau et d’apprécier à sa juste valeur la clameur de fans s’étant entichés de sa personnalité. Ce sont ces derniers, sujets spectateurs d’un théâtre dont ils acceptèrent d’être le fidèle public, que MISANTHROPE veut remercier aujourd’hui. D’où ce splendide coffret, richement ouvragé, garni de deux disques et de deux DVD.

Avec les 1793 exemplaires « Recueil D’écueils », MISANTHROPE célébrait à sa façon le passage à l’an 2000... et ce sont 2000 exemplaires numérotés de ce « Misanthro-Thérapie » qui, en cette année 2004, viennent sceller les quinze premières années du groupe. Une date anniversaire qu’il était important de mettre à profit pour réaliser quelques mises au point. Et c’est le premier DVD qui se charge d’assaillir quinze années de mensonges et de racontars, et qui portèrent tant préjudice au groupe. On se gaussa du caractère foncièrement théâtral nimbant MISANTHROPE ? On railla le chant exalté de S.A.S., l’âme du groupe ? On condamna ces français au bûcher infamant, consumant habituellement les prétentieux et les élitistes ? On leur reprocha d'être cuistres, orgueilleux, méprisants ? Visionnez donc les deux heures d’entretien vérité du "DVD 1", entrecoupés de représentations scéniques capturées en 2003... et découvrez comment MISANTHROPE abat le mur de la diffamation, avec les armes les plus meurtrières : la politesse et la modestie.

Les concerts ? La jouissance de MISANTHROPE, le moyen le plus probant d’entrer en contact avec un public chéri, la preuve par l’audition et la vision que le groupe est une authentique et excellente formation, habitée de musiciens brillants et dévoués au sérieux de leur office. Les entretiens ? La révélation de ce que d'aucuns voulurent dénier : les artistes de MISANTHROPE sont... profondément humains, sympathiques en diable, et d’une humilité qui tranche radicalement avec les ragots que l’on colporte sur leur compte. Charmants, d’une simplicité délicieuse, amoureux sincères de musique (le récit de l'opposition qui s'établit au début des 90's entre Jean-Jacques Moréac et S.A.S au sujet du Death Metal indique qu'on a bien affaire là à d'authentiques amateurs de Metal... sans compter les références très Metal "80's" égrenées par S.A.S. ou les souvenirs d'innombrables concerts underground)... fraternels et proches du public, les musiciens de MISANTHROPE se livrent comme jamais, apparaissant comme des personnages si amicaux que l’on en change même radicalement d’avis sur toute l’enveloppe lyrique et outrancière qui peut parfois les envelopper de préciosité. Ces longues et passionnantes minutes d’échange, qui voient intervenir tous les musiciens actuels du groupe (et à part égale en terme de durée de présence à l’écran, s’il vous plaît), ont le parfum d’une rencontre avec une vraie bande de potes, chaleureux, sans prétention, avec qui on passerait très volontiers une soirée... ou deux... ou trois... Comme vous. Ou moi (là, c’est moins sûr !). Une famille, pour reprendre l’expression par eux martelée. Et c'est un bonheur que de goûter les propos de tous ces musiciens qui se plaisent à nous faire revivre tout le parcours de MISANTHROPE, depuis sa formation jusqu'à l'intégration récente de Gaël Féret et Anthony Scemama, en égayant le récit d'anecdotes savoureuses, d'une présentation des musiciens par les musiciens, de bilans de tournée, de ressentis sur le dernier album ("Sadistic Sex Daemon")... Deux heures de bonheur.

Pour suivre, un deuxième DVD ventru (un peu plus de deux heures également) nous permet de nous replonger, avec plaisir, dans les tournées passées de MISANTHROPE, nous offrant tout d'abord des images des concerts de la tournée "Sur le chemin des Immortels" (2001) avec "Misanthrope Necromancer", "Khopirron", "L'Ecume Des Chouans", "Matador De L'Extrême", un superbe "Nuit Androgyne", "Passion Millionnaire" et "La Momie De Marianne", capturés dans diverses salles françaises. De la tournée de 1999 nous pouvons ici découvrir cinq extraits, à savoir "Total Eclipse Chaos", "Futile Future", "Le Roman Noir", "Courtisane Syphilitique" et "Bâtisseur De Cathédrales". Ces deux tournées sont ici illustrées de représentations qui sentent bon l'énergie brut, le son conservant une gaine crue et l'image gardant un côté "amateur" qui évitent l'effet superproduction. Authentique ! Et pour en finir avec les concerts, MISANTHROPE nous a concoté un petit florilège de moments scéniques cultes, avec des images d'archives du groupe depuis 1991 (et les tremplins !) jusqu'à des enregistrements de 1997. Une occasion de ressortir du tiroir des morceaux peu connus comme "Aeternitas, "The Grey Orchard" ou "And Also The Lotus"... attention toutefois : aussi précieuses soient-elles, ces images sont vraiment dédiées aux fans, les autres risquant de s'étrangler en découvrant le passé plus extrême et barré d'un MISANTHROPE au Death bizarre. Une heure et demi de Live au total, qui ravagent les propos mastiquant mille et un préjugés. Oubliez donc ce qu'on vous raconte, MISANTHROPE est là, sur scène : imposant, sérieux, très convaincant, théâtral mais ne ménageant pas son énergie, et témoignant d'une vraie proximité avec son public. On est loin des insupportables postures hautaines qu'affectent parfois certains groupes... Les trente dernières minutes de ce deuxième DVD, quant à elles, permettent de suivre une sympathique interview donnée fin 2003 au micro de Phil' Em All de Radio Aligre, mais aussi quelques instants de la vie du groupe capturés pendant les soundchecks, sans oublier le making of de ce coffret ("Suicide Nation", "Estampe Géopolitique", "Emmurement", "Reborn Through Hate", "Inspiration", "Le Bestiaire "Souterrain") qui met particulièrement en avant le travail fourni par les "petits jeunes" Gaël Feret et Anthony Scemama... une preuve supplémentaire, si besoin était d'en fournir une, de l'humilité des deux piliers de MISANTHROPE, (S.A.S. et Jean-Jacques Moréac) qui n'hésitent pas ici à se mettre en retrait pour souligner l'apport de ces deux musiciens frais et avides de jouer. Un bien beau document !

Et les deux disques audio, hein, monsieur le Schtroumpf ? Bien... Les titres qui figurent sur ces deux galettes sont tous inédits, enregistrés en cette année 2004 ou ressortis des tiroirs des 2000's. On y trouve du live (cinq titres visibles sur le DVD 1, portés par un son puissant et de qualité), des reprises, parfois surprenantes ("Real Life" de SUP, ses samples électro et ses vocalises trafiquées exaltées, "L’Elite" de TRUST, mordante et augmentée de claviers), d’autres fois plus fidèles, production exceptée (à noter que "Reborn Through Hate" et "Suicide Nation", toutes deux impeccablement interprétées, sont dotées ici de paroles en français) et, surtout, des morceaux inédits. Et plusieurs d'entre ces nouveaux rejetons misanthropiques ne serpentent pas autour d'élaborations orchestrales comme par le passé : "Crimes, Tyrannie Et Châtiments" (inédit 2002), même si manquant de charme à mon goût, étonne toutefois avec ses riffs pesants et quasi Doom, et "Contemplation" (inédit 2002 aussi) surprend en alternant riffs groovy à la PANTERA et accélérations sillonnées de chorus guitaristiques chantants et de quelques bruitages bizarroïdes de claviers. Un morceau plaisant mais un poil épuré pour moi, doté malgré tout d'un agréable solo. Le tout frais "Estampe Géopolitique" (2004), lui, se fait des plus dynamiques avec ses énormes riffs puissants et hachés, vecteurs d'une marche écrasante interrompue par des coups de fouets à la AT THE GATES et quelques riffs tournoyants simples mais bien sentis. Quelques morceaux s'illustrent aussi par leur originalité, comme le solo de basse de "Bassiste De Cœur" (sacré Jean-Jacques Moréac), le séduisant et mélodique "Exsilium Existentia", exhaussé d'un climat atmosphérique mystérieux (à noter que la progression thématique du début évoque un peu "Le printemps" de Vivaldi), ou encore "Amour Anthropophage", sorte de Power ballade tordue rappelant quelque peu le style de la merveilleuse "Nuit Androgyne" (en moins aboutie toutefois). "L'Antéchrist", lui, voit S.A.S. déclamer un superbe texte mêlant Victor Hugo et Saint Jean, sur fond d’ambiances sinistres de claviers cinématographiques : un exercice de style déjà tenté sur le précédent coffret("Les Litanis De Satan"), mais à mon sens bien plus réussi avec "L'Antéchrist". A noter, enfin, les relectures de deux morceaux du répertoire de MISANTHROPE : "Chair Organique" (très bel inédit disponible sur l'édition limitée de "Sadistic Sex Daemon") accueille ainsi le timbre vaporeux de Ludivic Loez (S.U.P.), tandis que "Conte Fantasmagorique", un excellent titre de « Misanthrope Immortel », se voit ici traversé des interventions folko-médiévales assez cocasses des français de STILLE VOLK. La nouvelle coloration appliquée par les sonorités stridentes et acoustiques d'instruments inédits du folklore pyrénéen, en sur-impression d’un titre très Heavy-Death ultra mélodique avec claviers, ne plaira pas à tout le monde (ce n'est pas mon cas)... mais la démarche truculente du groupe mérite au moins un sourire !

Plus décisifs et travaillés au demeurant, les cinq premiers morceaux de "Misanthro-Thérapie" (intervenant après l'intro à la Danny Elfman de "Titan Fall") : enregistrés en cette année 2004, ils nous donnent une idée du point où se situe actuellement MISANTHROPE. Et force est de reconnaître que les fans du MISANTHROPE débridé et audacieux de « Visionnaire » ou du groupe plus accessible et mélodique de « Misanthrope Immortel » pourraient s’en trouver quelque peu surpris : si l'excellent "Inspiration", accrocheur et vivifiant, séduit par ses clins d’œil à CHILDREN OF BODOM et au Death mélodique, avec quelques petits samples technoïdes, la tuerie Thrash Black mordante et puissante "Le Bestiaire Souterrain" (nantie d'enchaînements très bien pensés, de claviers ténébreux et d'un refrain addictif) et, surtout, l'impressionnant "Emmurement", surprendront par leur allure assez nettement Black : entre son intro lugubre, son riff principal en bourrasque menaçante à la NAGLFAR, son chorus évoquant un peu le DIMMU BORGIR période « Godless Savage Garden » et son break thrashisant, ce dernier titre radical dévoile un MISANTHROPE encore plus axé sur l'impact immédiat de son Metal extrême, avec cette simplification des structures qui prévaut depuis "Libertine Humiliations". Force est donc de reconnaître que MISANTHROPE a visiblement encore un peu accentué le côté brutal et direct discernable sur « Sadistic Sex Daemon », signe qu’il ne laisse pas en friche son soucis d’évolution : la production sonore (sculptée par le groupe lui-même), magistrale, musclée et excitante, soutient un penchant Metal de plus en plus affirmé, avec des claviers plus discrets. En tout cas, il est saisissant (et rassurant) de s'apercevoir que MISANTHROPE se garde de toute forme de décrépitude et sonne vraiment comme un jeune groupe, profitant toutefois d'une riche et solide expérience qui l'autorise à fourbir des armes toujours plus affûtées, certes moins alambiquées (bien que les breaks ne manquent pas), mais laissant planer une certaine atmosphère d'assurance (je n'ai pas dit de "désinvolture", attention)... celle d'un groupe enfin stabilisé autour d'un line-up solide et affamé, et dont on peut présupposer qu'un avenir radieux lui tend les bras... pas mal au bout de quinze ans, non ?

Il est temps, pour moi, de conclure. Je pense avoir assez insisté sur l’importance de ce coffret : MISANTHROPE s’y expose dans la tenue la plus risquée, celle de la simplicité, car il n’existe alors plus d’apparat pour dépeindre un tableau luxuriant et piqué de littérature. Il est à prévoir que les fans farouchement cramponnées à l’imagerie et au concept théâtral développés par le groupe puissent nourrir quelque déception en découvrant cette facette du groupe : « un groupe de Rock’n roll » dixit S.A.S. Mais si ces passionnés souffriront peut-être de la franchise avec laquelle le groupe traite son image extravagante - qui n'est qu'un aspect de MISANTHROPE et non pas un piège dont il serait prisonnier -, nombreux seront ceux qui trouveront là le contrepoint de modestie dont l’absence faisait jusqu’ici obstacle à la découverte d’une géniale formation taxée injustement de présomptueuse. Rien que pour le plaisir masochiste de se dire qu’on s’est lourdement fourvoyé, on se doit de considérer ce très bel objet ultra limité et au magnifique art-work, proposant pas loin de six heures de matériel, accessible à moindre prix (trente euros en moyenne) et que l'on ne réservera pas qu'aux fans, les néophytes pouvant trouver là une façon différente de s'initier à cette formation généreuse... Ils sont si rares, les groupes qui abordent leur public avec autant de considération ! Alors, et si on se donnait rendez-vous... dans quinze ans ?

A lire aussi en DEATH METAL par JULIEN :


DEATH
Scream Bloody Gore (1987)
Death original

(+ 2 kros-express)



SEPTICFLESH
A Fallen Temple (1998)
Les esthètes du Death dans leurs oeuvres !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- S.a.s. De L'argilière (chant)
- Jean-jacques Moréac (basse, claviers)
- Anthony Scemama (guitare, claviers)
- Gaël Féret (batterie)
- Jean-baptiste Boitel (claviers, programmation)


1. Cd 1 : Misanthro-therapie
2. Titan Fall (inédit 2001)
3. Inspiration (inédit 2004)
4. Le Bestiaire Souterrain (inédit 2004)
5. L'emmurement (inédit 2004)
6. Estampe Géopolitique (inédit 2004)
7. Amour Anthropophage (inédit 2002)
8. L’antéchrist (inédit 2004)
9. Crimes, Tyrannie Et Châtiments (inédit 2
10. Contemplation (inédit 2002)
11. Chair Organique (inédit 2002-2004)
12. Bassiste De Cœur (inédit 2004)
13. Conte Fantasmagorique (inédit 2002-2004)
14. Exsilium Existentia (inédit 2000)
15. Cd 2 : Traces Indiscretes
16. Into Perdition (live 2003)
17. La Marche Des Cornus (live 2003)
18. Eden Massacre (live 2003)
19. Les Lamentations Du Diable (live 2003)
20. Les Empereurs Du Néant (live 2003)
21. Revisionniste (live 2003)
22. Intro To R.j.p. (reprise Coroner)
23. Reborn Through Hate (reprise Coroner)
24. Suicide Nation (reprise At The Gates)
25. Real Nature (reprise S.u.p.)
26. L’elite (reprise Trust)
27. Le Scarabée Bleu (version Française De K
28. Dvd 1 : Live, Interviews (2 Heures)
29. Dvd 2 : Live (1991 à 2001), Studio Repor
30. Making Of, Backstage... (2 Heures)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod