Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hate Forest, Dark Ages, Old Silver Key
 

 Myspace Officiel Du Groupe (313)

DRUDKH - Estrangement (2007)
Par POSSOPO le 24 Septembre 2007          Consultée 8075 fois

Un pas en avant, deux pas de côté, deux pas en arrière. DRUDKH continue, avec ce déjà sixième album studio, à danser sur un même pré carré qu'il laboure depuis ses débuts en long, en large et en travers. Je viens de terminer ma chronique du dernier et pathétique album d'OBITUARY et je compte bien vous faire part d'une réflexion qui me vient à l'instant sur l'évolution de deux ensembles. Rien à voir, bien sûr, époques, notoriétés, géographie, styles différents. Pourtant, après cinq albums (on passera sous silence le remix acoustique de l'an passé) studios, DRUDKH devrait commencer à tomber dans la redite, maladie qui a contaminé le gang de Floride dès son deuxième effort discographique. Et puis, ce fameux pré carré d'Ukraine, ce petit emplacement réservé et sérieusement gardé, n'est guère étendu. Du lancinant, un soupçon d'épique, un caractère très exotique mais toujours semblable. Reprenons très brièvement l'histoire là où elle a commencé.

Forgotten Legends, on ne connaissait pas, on aurait dit du BURZUM, on n'avait pas encore compris de qui, de quoi et où ce nouveau venu au patronyme improbable voulait en venir. Autumn Aurora, la claque, l'explication subite et fulgurante. C'est langoureux, ce n'est absolument pas noir, une mélancolie soyeuse a évincé la déprime si récurrente chez les autres membres du club black drone. Лебединий Шлях et on visite le passé d'une nation, on sent comme une mutation douce, les armes surgissent depuis une forêt que l'on croyait si sauvage. Кровь В Наших Криницах, l'accent militaire et nationaliste grossit, le climat devient de plus en plus historique, la nature ne reste présente que par son imprégnation dans l'âme des cosaques. Mais oui, l'évolution est patente, logique, intéressante, la politique inverse d'OBITUARY en somme. Sauf que le concept devrait commencer à se tarir. Et admettons-le, il est bel et bien tari, DRUDKH l'a parfaitement compris et a effectué ses fameux deux pas en arrière. Le lancinant, qui n'avait cependant jamais totalement déserté la partie, reprend la totalité de ses droits, le voyage se poursuit avec une nouvelle visite de cette forêt déjà connue.

Mais alors ça ne sent pas très bon, tout ça. Un Forgotten Legends 2, un Autumn Aurora 2 ? Oui, mais non, pas du tout (mais plutôt le premier quand même). Et voilà que, au même moment où OBITUARY nous clame haut et fort qu'il est reparti sur ses anciennes bases tout en lâchant un poil de nouveauté, DRUDKH le fait en silence, avec application et talent. L'un parle, l'autre agit …et avec quelle maestria.
La nouveauté chez DRUDKH, c'est la production. De l'abrasif, une esthétique dure, bras tendu, une batterie, caisse claire en tête, terriblement organique, des guitares mal nettoyées … Ceux qui ont posé une oreille sur Anti-Urban ont tout de suite fait le rapprochement avec un EP qui annonçait en partie les nouvelles couleurs du géant de Kharkov.

Вiдчуженiсть fait donc bel et bien du neuf avec du vieux. Les idées, on les connaît toutes, des riffs éternels, un solo tranchant au beau milieu d'une dynamique désertique, un chant mâle et déterminé, un sens rythmique indiscutable, une odeur artisanale … 2/3 des débuts du groupe, 1/3 des derniers albums et cette vraie fausse innovation sonore. Ça sent la formule. Oui, on est en plein dedans et nul doute que DRUDKH risque bientôt de sonner son arrêt de mort s'il continue ainsi à se moquer du monde. Mais il le signera en se laissant encore une marge de manœuvre et quelques années de réussite musicale. L'escroquerie est de toute façon trop bien foutue pour qu'on refuse de s'y laisser prendre.

Et bon, une dernière chose, DRUDKH, le prince de la non-information parvient tout de même à créer un buzz autour de son affiliation politique. Les geeks sont tout heureux de tenter de décortiquer de l'infime, et Wikipédia balance fièrement l'étiquette Conservatrice Révolutionnaire pour un artiste plus qu'avare en paroles. Une étiquette opposée à l'étiquette Nationale Socialiste, un élitisme intellectuel opposé au populisme. Certes, on s'en fout un peu sauf que voilà la nouvelle preuve que la machine à louanges DRUDKH, malgré une mort annoncée, est en 2007 encore parfaitement vivante, peut-être le plus grand groupe de black metal en activité en ce moment. Sur la voie de l'industrialisation musicale mais encore relativement frais, aujourd'hui devenu people, DRUDKH est maintenant number one, c'est certain. Profitons avant que tout cela ne commence à pourrir, si ce n'est déjà fait.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


KROHM
A World Through Dead Eyes (2004)
Black metal, mélancolie, talent...




VINTERRIKET
Der Letzte Winter - Der Ewigkeit Entgegen (2005)
La fille qui avait perdu son affect


Marquez et partagez






 
   POSSOPO

 
  N/A



- Roman Saenko - (guitares, basse)
- Thurios (chant, guitares)
- Amorth (batterie, claviers)


1. Solitary Endless Path
2. Skies At Our Feet
3. Where Horizons End
4. Only The Wind Remembers My Name



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod