Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  E.P

Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Hate Forest, Dark Ages, Old Silver Key
 

 Myspace Officiel Du Groupe (292)

DRUDKH - Anti-urban (2007)
Par POSSOPO le 18 Mai 2007          Consultée 4552 fois

Encore frais et lugubre sur "Forgotten Legends", doux et apaisant sur "Autumn Aurora", DRUDKH s'est ensuite mis à dévoiler une facette plus acerbe de sa personnalité. Plus politique aussi. Les premières amours naturalistes se sont naturellement muées en un message néo-païen de plus en plus vindicatif auquel s'est vite adjoint un discours à l'esprit nationaliste. De là, un rapprochement avec HATE FOREST qui, s'il était dès le départ évident sur le plan généalogique, restait plus flou quant à l'image et au parti pris artistique.

Avec "Anti-War", les derniers doutes se sont envolés. Oui, DRUDKH se ballade aujourd'hui à de très courtes encablures des terres du NSBM, dominées dans son propre pays par l'immense NOKTURNAL MORTUM. DRUDKH est donc devenu anti. Et anti-urbain, cela signifie beaucoup. Opposition farouche à tout le néfaste que peut représenter la ville, symbole de la révolution industrielle qu'a vécu le pays avec un demi-siècle de retard sous la férule communiste. Masses laborieuses, consommation, déni de l'individualisme, destruction de ses propres racines…paganisme pur jus qui pourrait facilement glisser vers le côté gris brun de la force à un moment où l'Ukraine se voit coincée entre une cousine polonaise qui vire à l'autoritarisme pro-catholique dur, un grand frère russe tenté par l'aventure de la néo-dictature ultralibérale à la chinoise et un neveu biélorusse toujours aussi malade de son despote moustachu.

Et dieu que cette orientation se ressent et pénètre la musique. Les atours fielleux aux accents de révolution de "The Swan Road" et le climat historique revanchard de "Blood In Our Wells" se sont totalement effacés et ont laissé place à un retour du lancinant des deux premiers albums. Le chant a même quasiment disparu comme pour accentuer ce besoin de retour au vert, qui a muté, caractère extrémiste de Roman Saenko oblige, en une profonde affliction pour tout ce qui est humain. La seule intervention vocale se rapproche d'ailleurs des grommellements de la bête sauvage qui officiait chez HATE FOREST, cette fois totalement sous-mixée, presque transparente, simple rappel de la dangerosité si excitante de dame nature.
Un retour du lancinant mais certainement pas du langoureux qui avait fait d'"Autumn Aurora" le chef-d'œuvre que l'on sait. La production de soie n'est plus d'actualité, l'esthétique papier émeri chère à tant de formations black revient sur le devant de la scène, accompagnée par un certain manque d'application dans le montage sonore qui marque d'une lourde empreinte artisanale un ouvrage résolument anti-industriel et production de masse. Et les 999 copies numérotées à la main uniquement distribuées via le label du groupe, Supernal Music, accentuent une nouvelle fois un propos résolument politique que la seule analyse de la pochette suffirait à comprendre.

On peut dès lors se poser la question du futur de DRUDKH. Le prochain longue durée dégagera-t-il autant de détresse et de noirceur, deux arguments inhabituels chez l'orchestre ? Attendons quelques mois, le déjà nommé "Estrangement" est déjà annoncé pour cette année. Pour ce qui est d'"Anti-War", sa courtitude (un petit quart d'heure) rend cette sortie mineure bien qu'elle permette de réfléchir sur ce fameux virage artistique tout à fait envisageable.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


GRAVELAND
Carpathian Wolves (1994)
Black metal




TAAKE
Hordalands Doedskvad (2005)
Le dernier chef-d'oeuvre du black norvégien


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Roman Saenko (guitare, basse)
- Thurios (voix, claviers)
- Amorth (batterie)


1. Fallen Into Oblivion
2. Ashes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod