Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK PSYCHé ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : A Forest Of Stars
- Membre : Twilight [usa]

NACHTMYSTIUM - Assassins: Black Meddle Part 1 (2008)
Par POSSOPO le 1er Août 2009          Consultée 3955 fois

En retard de 3, 4 métros, 2 changements et un ticket de RER usagé, je découvre enfin NACHTMYSTIUM, groupe ayant bénéficié de l'impact médiatique du webzine musical le plus réputé du web, j'ai nommé Pitchfork Media, pour se faire une place au soleil largement, mais alors très largement méritée. Et se voir signé chez Century Media. Après quelques années passées dans la fange des innombrables resucées de BURZUM ou BATHORY, le buzz avait commencé à grandir il y a deux, trois ans, le combo ayant enfin trouvé une voie musicale plus personnelle, plus intéressante à tous les égards. Tout ceci, je l'ai lu et j'avoue sans honte n'avoir pas encore posé l'oreille sur les précédentes réalisations du quintette de l'Illinois.

En 2008, NACHTMYSTIUM frappe un grand coup, libère sa toute-puissance créatrice, traverse à plein régime l'antichambre des meilleurs espoirs du metal pour poser un premier orteil dans la salle des grands, des très grands. En 2009, "Assassins: Black Meddle Part I" parvient enfin entre mes oreilles. Le constat est rapide, déjà définitif :
Mais quelle connerie j'ai fait de roupiller pendant tout ce temps au lieu de me pencher sur la plus sérieuse alternative à la mouture la plus moderne d'ENSLAVED !

Non, mon avis ne divergera guère de celui de la plupart des chroniqueurs ayant eu la bonne, la très bonne idée de blablater sur ce disque dont le temps pourrait fort bien lui permettre d'affirmer encore un peu plus son caractère afin de le faire entrer au panthéon du metal actuel.
ENSLAVED, le raccourci est abrupt, à mon avis flatteur, pourtant terriblement limitatif. Parcourons la liste des ingrédients :

Black par atavisme, prog de manière sensible autant que cérébrale, psyché par goût pour les vapeurs vertigineuses, expérimental par appétit des mélanges. Jusque là, on retrouve trait pour trait les caractéristiques de nos Norvégiens préférés dans leur période contemporaine. Jusque là, c'est facile.
Reste maintenant à décrire les différences, terriblement prégnantes mais tellement incrustées dans l'âme de la bête qu'on ne les distingue que péniblement. Aucune étiquette à la lecture évidente, des influences digérées mêlées à une histoire personnelle sévère. C'est bien ça, nettement plus accablé dans le propos que n'importe lequel des discours de la bande à Grutle, NACHTMYSTIUM vit son penchant pour la fumette, ses bidouillages électroniques et sa volonté mystique avec une pesanteur qui place immédiatement le disque parmi les ouvrages douloureux. Blake Judd hurle sa peine et ne craint pas de calquer une partie de son grain sur celui des partisans du black metal dépressif, le reste de son organe préférant la liberté d'un rock teinté de hardcore, de post quelque chose et d'un accent naturel. Les accélérations tombent elles aussi dans le carcan du dépressif, sans jamais se départir d'un esprit libre et étonnamment aérien, belle et riche contradiction. Il y a là certainement quelques scories d'un passé banal, il est aujourd'hui sublimé. Et si de nombreux riffs et quelques solos auraient très bien pu se nicher sur une quelconque plage de "Ruun" ou "Vertebrae", l'humeur n'est pas la même. Plus grise par endroits, plus triste mais jamais larmoyante, plus grave surtout.

N'oublions pas de compléter ce tableau de rêve en évoquant rapidement l'excellence de "Seasick", triptyque final au climat d'improvisation, délire multiforme, jazz rock aux entournures, imbibé d'essences narcoleptiques (bis repetita), message signifiant à quel point son auteur a su se détacher de tous les maîtres qui l'ont précédé, conclusion admirable d'une galette que j'ai déjà envie de hisser à la hauteur des meilleurs crus du black qui n'a plus rien de black. D'une galette au titre niveau top 10, Black Meddle, tripatouillage du black pour un résultat spectaculaire et magnifique.

A lire aussi en BLACK METAL par POSSOPO :


ENSLAVED
Below The Lights (2003)
Black psyché rock

(+ 1 kro-express)



NOKTURNAL MORTUM
Lunar Poetry (1996)
Les débuts du vrai parrain de la scène ukrainienne


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Blake Judd (guitares, voix)
- Jeff Wilson (guitares)
- Jon Necromancer (basse)
- Sanford Parker (synthé, moog)
- Zack Simmons (batterie)


1. One Of These Nights
2. Assassins
3. Ghosts Of Grace
4. Away From Light
5. Your True Enemy
6. Code Negative
7. Omnivore
8. Seasick Pt. 1: Drowned At Dusk
9. Seasick Pt. 2: Oceanborne
10. Seasick Pt. 3: Silent Sunrise



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod