Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 



LOUDBLAST - Sensorial Treatment (1989)
Par POSSOPO le 8 Octobre 2007          Consultée 5594 fois

En fait, LOUDBLAST, c'est une question de goût. Thrash, death, plus mélodique, franchement bourrin, il y en a vraiment pour tous les appétits. "Sensorial Treatment", c'est l'album thrash death (les deux ensemble, c'est encore plus sympa). Après un "Licensed To Thrash" qui porte bien son nom, avant un "Disincarnate" estampillé Morrisound, 1989 ne pouvait voir que l'éclosion d'un bébé mi-figue mi-raisin, au son thrash noirci à l'extrême comme il s'agissait de le jouer en cette douce année précédant les nineties.

En cette douce année donc, le death metal voit sa côte grimper à une vitesse prodigieuse. MORBID ANGEL, DEATH, OBITUARY deviennent les nouvelles stars de l'extrême. Et LOUDBLAST a bien retiendu la leçon. En récupérant des plans floridiens à droite, à gauche, en appuyant sur quelques rythmiques blastées, en ralentissant le tempo de temps à autres à fin d'affection, en donnant un coup de grave au spectre sonore, en proposant un chant aboyé ayant éliminé toute trace d'aigus, le quatuor lillois opère sa première mue.

Analysons de plus près les cordes vocales de Stéphane Buriez. Bien piteuses en 1987 sur un premier split où AGRESSOR fait gentiment sa loi (plus sincère, plus méchant), baignant dans un jus caverneux profond sur "Disincarnate", le grand blond se cherche ici clairement une nouvelle identité et peine à convaincre en nous martyrisant de cette voix saccadée, à la limite du hardcore le plus brut et le moins inspiré, aux relents évidents de death particulièrement primaire.

Primaire, l'écriture ne l'est pas tant que ça, ne grossissons pas abusivement le trait. Les riffs thrash garantissent une certaine efficacité, une petite envie de pogoter accentuée par cette basse remarquablement présente et bondissante, une véritable surprise qu'il serait dommage de ne pas souligner (le parodique "Pouss Mouss" lui rendrait presque hommage). C'est malheureusement et assez curieusement (étant donné le savoir-faire indiscutable dont a su faire preuve le groupe sur "Disincarnate") dans le registre death que l'orchestre se noie. Sans personnalité aucune, insuffisamment assumé, mal agencé. Rions ensemble sur ce clavier inutile et déplacé de "From Beyond", exemple parfait de cette volonté de courir après la mode, une course désunie de dératée, car il faut bien refaire son retard. Une course qui anéantit toute possibilité de convaincre d'une galette bien en dessous du quelconque.

Oui, LOUDBLAST a débuté sa course folle dans le mauvais couloir, voilà mon idée. LOUDBLAST est mauvais quand il joue du thrash, il est pire quand il mélange les genres, il devient professionnel quand il se met au death metal savamment étudié, il frôle les sommets artistiques quand il tente la mélodie. Seulement, tout cela n'est, rappelons-le de nouveau, que question de goût et il se pourrait bien que certains apprécient cette mixture que je trouve personnellement imbuvable. Certains qui, forcément, auront du mal avec la discographie postérieure des nordistes. Certains qui voudront s'alimenter d'un sous-SEPULTURA (celui de "Beneath The Remains") nettement moins bien foutu. Mais comme il paraît que la bite n'a pas d'œil (ce dont je doute personnellement très fortement)…

A lire aussi en THRASH METAL par POSSOPO :


MACHINE HEAD
Burn My Eyes (1994)
ZE monument du Thrash des années 90 !!!

(+ 2 kros-express)



SEPULTURA
Roots (1996)
Groove metal

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Stephane Buriez (guitares, chant)
- Nicolas Leclercq (guitares)
- Francois Jamin (basse)
- Joris Terrier (batterie)


1. Fatal Attraction
2. From Beyond
3. Agony
4. Trepanning
5. Rebirth
6. Infinite Pleasures
7. Malignant Growth
8. Pouss Mouss
9. Oath Of Allegiance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod